Cinéma d’action rétro sur les planches du TTO avec Kill Fiction de David Nobrega

KILL FICTION de David Nobrega et la compagnie Crash Prod se joue sur les planches du TTO du 17 février au 19 mars 2022 (du mercredi au samedi à 20h30)

Né en 1991, David Nobrega a grandi avec la télévision allumée du matin au soir. Pour toute cette génération et la précédente (la mienne), le cinéma d’action américain était vraiment très populaire. C’est l’époque de Sylvester Stallone (Rocky, Rambo, Demolition Man), Arnold Schwarzenegger (Commando, True Lies, Last Action Hero), Chuck Norris (Delta Force, Invasion USA) ou encore Bruce Willis (Piège de cristal, 58 minutes pour vivre, etc.).

Hémoglobine, huis clos
et films hollywoodiens…
Quand la fiction questionne la fiction.

Synopsis de la pièce:

Punchlines et hémoglobine !

Welcome dans cette comédie qui parodie le cinéma de genre américain en le tournant en dérision. Kill Fiction met en scène six personnages attachants (évidemment, sinon ce ne serait pas du cinéma américain), qui évoluent dans un huis-clos tendu inspiré de Reservoir Dogs de Quentin Tarantino. Personnages qui vont, dans un rythme effréné, enquêter pour débusquer la taupe qui s’est infiltrée parmi eux…

L’urgence et la violence des évènements révèlent la véritable nature de ces gangsters: peureux, rêveur, amoureux, fidèle, sensible ou mignon. Amateurs ou conspueurs de films dont le spectateur est harcelé de punchlines et de jets d’hémoglobine, Kill Fiction va vous baffer.

L’avis de Douglas et Jean-Pierre:

Le casting 100% masculin répond parfaitement aux attentes. Ces six truands transpirent la testostérone dans le plus pure style des 90’s. Les échanges sont dynamiques et le charisme des comédiens fait parfois la différence à lui tout seul. Si la mise en scène est parfois un peu confuse avec des blagues un peu trop prévisibles et quelques petits détails techniques pas totalement au point le jour de la première, l’intrigue avance sans temps morts même si elle reste finalement assez classique et prévisible.

Après une introduction plutôt réussie accompagnée d’extraits de films d’époque et d’effets spéciaux originaux dans ce qu’on peut appeler le générique de la pièce, ce cinéma théâtral ou plutôt cette pièce de théâtre inspirée par le cinéma débute dans une ambiance à la Pulp Fiction. Les deux truands du film sont facilement identifiables, enfin surtout pour Jonathan Simon en John Travolta car on cherche encore le sosie de Samuel L. Jackson. A ce propos, n’attendez pas une pièce qui reprend les grands moments du film mythique de Tarantino. Des clins d’œil au Maestro sont disséminés ici et là, comme la musique de Kill Bill en sonnerie de téléphone, mais la suite de l’intrigue s’écarte du scénario du film. L’histoire suit plutôt la veine des thrillers policiers et films d’action retro où l’hémoglobine coule à flot. N’espérez donc pas la danse de Mia Wallace et Vincent Vega ou encore un remake de la scène mythique avec la crampe, ça n’arrivera pas. Bref, il ne s’agit pas d’une pièce « remake » de Pulp Fiction.

On regrettera néanmoins l’absence d’un personnage féminin à l’affiche. Un hommage à Patricia Arquette ou Sharon Stone et la présence d’une comédienne au milieu de cette bande de gros bras aurait probablement pu apporter une dimension supplémentaire à la pièce. Benjamen Torrini était particulièrement convainquant dans son rôle et la musculature de Jonathan Simon en bouche n’a pas laissé les dames présentes dans la salle totalement indifférentes. Colin Javaux a également donné de la voix pour se faire respecter par ses complices de crime pour le plus grand plaisir du public. Mention spéciale pour le panda!

L’humour omniprésent du début à la fin fait parfois mouche mais pas systématiquement. Ce qui ne nous empêche pas de passer un bon moment dans la salle principale du Théâtre de la Toison d’or. A ce propos, on sent qu’il ne s’agit pas non plus d’une pièce avec la griffe et la marque de fabrique TTO de Nathalie Uffner, ce qui est parfois déstabilisant dans le temple du rire. Exit les chorégraphies musicales et autres calambours bien connus des habitués. C’est également ça qui fait la magie de ce théâtre qui ose donner sa chance à des jeunes talents dans des projets originaux.

De David Nobrega Avec Benjamin Torrini, Wilhem Baerdemaeker, Colin Javaux, Mathieu Fonteyn, Jonathan Simon, Emilien Vekemans Costumes Mélissa Roussaux Création Lumières Jérôme Dejean Mise en scène David Nobrega Coproduction Théâtre de la Toison d’Or, Crash Prod asbl Photo ©Fahd Zidouh

Durée : 1h40

En collaboration avec les cinémas AventurePalaceVendôme et le Festival International du Film Fantastique de Bruxelles.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.