Dans Kaiju n°8, manga coup de coeur, vivez une aventure SF pleine d’action et de franches rigolades

Après l’anime Godzilla: La planète des monstres de Gen Urobuchi et le film Pacific Rim de Del Toro, Naoya Matsumoto part affronter du Kaiju dans son manga.

Résumé de l’éditeur : Les Kaiju sont d’effroyables monstres qui surgissent de nulle part pour attaquer la population. Au Japon, ces apparitions font désormais partie du quotidien… Enfant, Kafka Hibino rêvait d’intégrer les Forces de Défense pour combattre ces terribles ennemis, mais après de nombreux échecs à l’examen d’entrée, ce trentenaire travaille à nettoyer les rues de leurs encombrants cadavres. Jusqu’au jour où une mystérieuse créature s’introduit dans son organisme et le métamorphose en une entité surpuissante mi-humain, mi-kaiju. Son nouveau nom de code: Kaiju n°8!

Kafka Hibino est un trentenaire travaillant comme « équarrisseur ». Il doit débarrasser la ville des restes de kaiju une fois que ceux-ci se sont fait éliminer par les Forces de Défense japonaises. Lors d’une intervention de nettoyage sur le terrain, il est confronté à une entité et est emmené à l’hôpital. Lors de sa convalescence, une chose improbable se passe et il se voit métamorphosé en Kaiju.

Naoya Matsumoto, nous tient en haleine tout au long de son manga. Jouant parfaitement entre les phases humoristiques (je vous avoue que j’ai beaucoup ri) et les scènes de combat, il impose une dynamique très proche de l’animation. Il y a plein de petits effets visuels et de détails qui attirent le regard. On ne s’ennuie pas, grâce à son découpage et la variation des cases, il renforce la fluidité des actions.

Le scénario est brillant et, une nouvelle fois, le mangaka surfe parfaitement dans l’univers des Kaijū Ega (film de monstre en japonais). Les références à certaines licences aident le lecteur à très vite trouver ses marques et on se sent vite à l’aise avec le vocabulaire ou la nature de ces monstres. Mais, attention, nous ne sommes pas face à une copie de tel ou tel film, anime, manga… L’auteur nous fait découvrir sa propre vision de ces créatures. Je tiens à souligner une nouvelle fois le coté humoristique. Naoya Matsumoto crée vraiment des moments drôles qui viennent pimenter son univers. Ce n’est pas simplement pour faire de l’humour, elles s’intègrent de manière naturelle dans l’histoire. Je pense que c’est ce qui permet de s’identifier aux personnages et de les rendre si attachant.

C’est mon coup de coeur manga de ce début d’année (même s’il est sorti fin de l’année dernière). Naoya nous rend une copie parfaite alliant un dessin précis à un scénario dynamique et marrant. Les éditions Kazé nous proposent une impression au top et quelques belles pages couleurs. Le petit détail qui tue, le dessin sur la jaquette et celui de la couverture qui nous montrent le héros sous ces deux formes.

Titre: Kaiju n°8

Tome: 1

Scénario: Naoya Matsumoto

Dessin: Naoya Matsumoto

Genre: Aventure/sciences fictions

Traducteur: Sylvain Chollet

Éditeur: Kazé

Nombre de page: 192

Prix: 6,99€

Date de sortie: le 06/10/2020

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.