Au Magic Land Théâtre, « Visa pour Pékin » pousse le curseur au maximum et se décline entre délires absurdes et péripéties haletantes sur les routes de l’Empire du Milieu

On avait frémi et bien ri avec les deux premiers épisodes de sa trilogie consacrée aux aventures de Sherlock Holmes, et le moins que l’on puisse dire c’est que, pour ce troisième chapitre, Patrick Chaboud ne déçoit pas. Visa pour Pékin pousse le curseur au maximum et se décline entre délires absurdes et péripéties haletantes sur les routes de l’Empire du Milieu. Du grand Chaboud !

Cloué au lit par une terrible fièvre, Sherlock Holmes attend vainement son ami le docteur Watson; mais c’est le professeur Kubrick, le directeur du British Museum, complètement terrifié qui frappe à sa porte en pleine nuit.  Il faut dire que l’heure est grave, le mystérieux parchemin de Lhassa vient d’être dérobé… Ce texte essentiel à la survie de l’humanité est désormais entre les mains d’individus dont le but ne fait aucun doute. Oubliant sa maladie, Sherlock Holmes embarque pour cette nouvelle aventure qui va l’emmener des ruelles de Pékin aux montagnes enneigées du nord de la Chine. Un récit palpitant dont Watson et notre héros ne sortiront pas indemnes… ( source: Magic land Théâtre)

Une fois encore, cette nouvelle aventure inédite de Sherlock Holmes nous fait passer une excellente soirée.

Philippe Drecq n’a pas son pareil pour se glisser dans la peau d’un Sherlock affaibli par la maladie mais qui ne résistera pas à la tentation d’une nouvelle énigme à résoudre, surtout si son vieil ami le Docteur Watson accepte finalement d’être de la partie.

Se déroulant en alternance sur deux scènes, la première représentant le bureau du célèbre détective, l’autre un décor pittoresque quelque part en Chine, l’action de Visa pour Pékin est prétexte à de nombreux jeux de mots et scènes hilarantes dont le spectateur se délecte de bout en bout sans aucun temps mort. Si on aime le côté déjanté du Magic Land Théâtre, ici on est particulièrement gâté.

Barnabé Dekeyser, Stefania Greco, Anne-Isabelle Justens, Juan Marquez Garcia et Michael Manconi forment, autour de Philippe Drecq, une joyeuse troupe de comédiens bien barrés comme on les aime au Magic Land, chacun y mettant tout son coeur pour incarner les personnages allumés et colorés issus de l’imagination fertile de l’auteur. Une mention particulière aux deux filles de l’équipe qui chacune dans leur genre sont craquantes.

En résumé, je ne peux que vous conseiller d’aller voir ce spectacle, qui fait du bien au moral en ces temps compliqués.

Actuellement les représentations sont interrompues car une des comédiennes est positive au Covid-19, elles reprendront en toute sécurité à partir du 14/12 et trois dates de reports ont été ajoutées les 20, 21 et 22 décembre.

Infos et réservationshttps://www.magicland-theatre.com/wordpress/

Jean-Pierre Vanderlinden

VISA POUR PEKIN

Texte et Mise en scène de Patrick Chaboud

Avec : Philippe Drecq, Barnabé Dekeyser, Stefania Greco, Anne-Isabelle Justens, Juan Marquez Garcia et Michael Manconi

Décors : Amandine Fontaine, Pierre Cap, Laurent Weins, Arthur Debot, Ari Rodriguez et Romain Rousserez

Création Lumière : Laurent Weins

 Régie Son/Lumière : Laurent Weins, Ari Rodriguez et Arthur Debot

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.