Le songe du corbeau: une histoire perturbante où le réel se lie à la rêverie et au cauchemar

« Dis, Koji… tu le vois, l’homme-corbeau ? Promets-moi… même si tu as peur de lui… Tu vas l’en empêcher, hein? » Magnifique et intense, cet album nous ramène à notre enfance pour affronter dans le présent nos plus grands démons!

Résumé: Kidnappé à 10 ans, Koji vivait avec d’autres enfants dans une maison, isolée dans les bois et gardée par un monstre inquiétant et protecteur. Vingt ans plus tard, une nouvelle série de disparitions a lieu autour de lui. Koji doit alors faire face à son passé et ses démons car ses souvenirs sont la clé pour stopper le kidnappeur. Mais peu à peu, la frontière entre présent et passé s’estompe…

Dans Le songe du corbeau, on se retrouve face à la magie du dessin asiatique de L’atelier Sentô. Ce collectif est composé de deux illustrateurs: Olivier Pichard et Céline Brun. Travaillant à la fois sur la gravure ou les aquarelles, ce duo nous gratifie d’un graphisme doux rappelant certains album pour enfants aux lignes coréennes. Et c’est tout naturellement qu’ils ont fait appel à Alberto M.C (Martin Curto) pour mettre en lumière leur histoire. Cet illustrateur espagnol partage le même univers onirique et asiatique que notre duo.

On estime qu’il y a entre 70 et 200 000 enfants en Chine et une disparition toutes les deux minute sur le territoire européen. C’est sur ce phénomène que ce base cet album. Le scénario touche au thriller psychologique. Les pièces de puzzle s’emboitent au fur et à mesure pour nous faire découvrir le passé de ces enfants disparus. Koji, employé moyen voit son quotidien bouleversé après la réception d’une lettre. On comprend petit à petit le drame qu’il a subi dans son enfance et la difficulté de se reconstruire après un traumatisme. On comprend aussi qu’il a croisé et reconnu cet homme-oiseau tortionnaire qu’il lui a fait tant de mal. Il faudra qu’il se souvienne de son passé pour son présent.

Malgré la dureté du thème abordé par l’Atelier Sentö et Alberto M.C., nous sommes aspirés dans ce monde tendre cachant pourtant une noirceur bien profonde et tenace. Ils parviennent à décrire de manière simple et enfantine les difficultés de se construire en tant qu’adulte après avoir vécu un drame et les facultés de la mémoire à transformer des traumatismes en scènes plus acceptables et plus édulcorés.

Titre: Le songe du corbeau

Scénario: Atelier Sentô

Dessin: Aberto M.C

Couleurs: Alberto M.C

Traduction: Ilan Brunelli

Genre: seinen/Aventure/fantastique

Éditeur: Delcourt

Nombre de page: 76

Prix: 18,95€

Date de sortie:  16/06/2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.