Le retour d’Antoine Marcas tant attendu par le duo Giacometti et Ravenne, en réalité augmentée

Cela fait quelques temps que le duo d’auteurs Eric Giacometti et Jacques Ravenne ne nous avaient plus régalés avec une aventure du célèbre Antoine Marcas. Flic intrépide, que l’on suit avec bonheur depuis toutes ces années. Faut-il avoir lu toutes les aventures précédentes ? C’est mieux mais pas indispensable. Ce retour est-il réussi ? Absolument ! En plus, les auteurs vous offrent une expérience inédite de lecture immersive. Ce n’est pas totalement abouti mais on sent qu’on est au début d’une plus value de choc pour le monde de l’édition… 

« Paris, Palais de l’Elysée. La cérémonie de passation de pouvoir est en train de se terminer quand on révèle au nouveau chef d’Etat l’existence du cinquième rituel. Un secret qui ne se transmet qu’entre présidents. Un mystère que nul n’a jamais percé.

Cinq ans plus tard. Alors que de nouvelles élections approchent, un meurtre au coeur d’une obédience maçonnique fait ressortir l’étrange rituel. La légende devient réalité. Des profondeurs hantées de Moscou jusqu’à un château maudit : ce que la nuit des temps n’a pu effacer s’apprête à ressurgir. Et cette fois, Antoine Marcas va devoir affronter son destin. »

C’est évidemment dans le milieu de la franc-maçonnerie qu’une fois de plus l’intrigue se déroule. Parce qu’il faut compter sur le fait que le héros de Giacometti et Ravenne est un frère lui-même et qu’il est flic. Et ce meurtre en plein milieu du siège du Grand Orient, c’est une affaire pour lui… Si, en plus, un voleur a emporté avec lui les pages d’un très ancien rituel maçonnique aux pouvoir mystiques, alors, c’est réellement de Marcas qu’on a besoin.

Comme d’habitude, les auteurs jonglent entre les références historiques. Ici, on croise les cathares de Dordogne, le Moyen-Âge, les nazis dans la même région… Et même le général de Gaulle.  C’est en fait toute l’histoire d’un château, celui de Castelrouge qui est déroulée sur plus de huit siècles pour notre plus grand bonheur. Légendes, mythes, fantômes, secrets, cachettes, trésors…. C’est une vraie quête du graal comme on les aime. Et Antoine nous ravit une fois de plus.

Même si le château de Castelrouge n’existe pas, on ne peut s’empêcher, en cherchant un peu d’y retrouver le château de Castelnaud et celui de Beynac, qui surplombent tous les deux la Dordogne… Et qui ont de beaux donjons…

Et même si l’intrigue de ce livre justifie à elle seule une bonne chronique, nous passerions à côté de l’essentiel si nous ne vous parlions pas de cette expérience de lecture immersive. Une première à notre connaissance dans le monde du roman…

Disons-le tout de suite, c’est exaltant. Un peu comme lorsque la première console de jeux Sega est arrivée dans les salons européens et que tout le monde avait la possibilité de tirer sur des canards pour se divertir… Ok, le fusil n’était pas précis, il avait des ratés nombreux… Ok, le graphisme de ces premiers jeux vidéos n’étaient guère plus élaborés que Pacman ou le jeu de tennis dont j’ai oublié le nom.

Si l’analogie des jeux vidéos ne vous parle pas, pensez à votre première connexion internet par fil et modem qui faisait un bruit immonde quand on essayait de téléphoner en même temps… Et qui mettait des plombes pour charger une page au graphisme, à nouveau, rudimentaire…

C’était pourtant une promesse. On avait le sentiment de vivre la technologie, la révolution numérique en direct. On ne savait pas encore à quel point cela allait changer nos vies mais on imaginait des possibilités infinies. On rêvait.

Alors ce premier essai de lecture immersive, c’est un peu la Sega de la fin des années 80. Et on imagine toutes les possibilités qui vont s’ouvrir. On imagine même accepter de payer près de 50 euros pour un livre qui offrirait une expérience enrichie de films, d’illustrations, de court-métrages, d’histoires, d’anecdotes, d’énigmes, de jeux… La lecture ne serait alors plus simplement de la lecture mais une expérience totale. On pourrait imaginer que les maisons d’édition sortent le livre en version classique et un livre en version « immersive ». Cela pourrait se faire avec une playlist de musiques pensées pour chaque page, par des sons qui viennent enrichir au bon moment la lecture, par un mot de l’auteur en début ou en fin d’ouvrage, par des illustrations des tableaux ou des endroits décrits, par un chapitre supplémentaire sous la forme d’une vidéo, par une histoire plus détaillée d’un personnage … Bref, un nouveau monde s’ouvre… Et c’est fabuleux.

C’est une véritable expérience de réalité augmentée que nous proposent les auteurs et les éditions Lattès. Vous téléchargez l’application comme mentionné au début de l’ouvrage, ensuite, dès la couverture et chaque fois que le symbole de l’application apparaît pour une page, vous scannez la page et l’expérience commence (ou se poursuit).

D’ailleurs, il ne faut pas oublier de scanner la couverture, les auteurs vont apparaître au milieu de votre salon ou dans votre salle de bain (suivant l’endroit où vous lisez)… C’est un peu désarçonnant au début, il y a quelques bugs mais c’est prometteur et tellement intelligent d’avoir pensé la lecture de cette façon. Un nouveau monde s’ouvre…

N’ayez crainte si vous ne possédez pas de smartphone, rien de primordial pour comprendre l’intrigue dans ces ajouts. C’est d’ailleurs le côté décevant de cette première expérience. Quelques vidéos et des pages de texte à lire… Par exemple, le meurtre se déroule au siège du Grand-Orient, les auteurs vous proposent une visite guidée des lieux… Mais en plein jour, en pleine lumière, presque surexposé… alors que le meurtre se déroulait la nuit… On aurait pu imaginer que l’expérience proposée ne vous « sorte pas » de l’ambiance du livre mais la complète…. Et disons-le, c’est un peu cheap et même attendrissant par les quelques imperfections… Mais les auteurs ont proposé quelque chose de nouveau et j’adhère complètement !

Bref, pour toutes ces raisons mais surtout pour l’histoire et le plaisir de retrouver Antoine Marcas, lisez ce bouquin !!

Auteurs : Eric Giacometti et Jacques Ravenne

Titre : Marcas

Editions : JC Lattès

Sorti le 13 octobre 2021

430 pages

Prix : 22 €

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.