Kilomètre zéro : la toux des prolétaires en attendant le tchou-tchou, et des industriels, prêts à dérailler pour être les premiers sur les rails

En voiture, s’il vous plaît, pour l’acte 2 de Kilomètre Zéro, le récit de la mise sur les rails d’un projet casse-gueule, la première ligne ferroviaire internationale (parce qu’entre France et Suisse). Avec toujours autant de passion débordante et contagieuse, mais si ça tousse en attendant le tchou-tchou c’est surtout à cause des maladies des industries toxiques, Stéphane Piatzszek et Florent Bossard continuent de brosser le portrait d’une époque, dans toutes ses strates.

© Piatszsek/Bossard chez Grand Angle
© Piatszsek/Bossard chez Grand Angle

Résumé de l’éditeur : Nicolas Koechlin, l’homme le plus riche d’Alsace, se lance dans un projet fou : la construction de la plus grande ligne de train internationale de l’époque : le Strasbourg/Bâle. En ces années 1830, le train n’en est qu’à ses balbutiements. Nicolas va relever ce défi avec son courage, sa générosité, mais aussi sa rouerie et sa folie. Cette grande aventure ferroviaire bouleversera le destin des Koechlin, mais aussi celui de toute la ville de Mulhouse et d’une région, l’Alsace où chacun poursuit ses rêves, mais joue aussi sa survie dans cet impitoyable XIXe siècle industriel.

© Piatszsek/Bossard chez Grand Angle

Vous n’aimez pas les machines, les petits trains ? Pas grave, embarquez immédiatement, la trilogie proposée par Piatzszek et Bossard est tout sauf pour les puristes. C’est une porte ouverte sur l’Histoire, ou plutôt les histoires: sociale, économique, industrielle, politique, féministe.

© Piatszsek/Bossard chez Grand Angle

Après un premier album qui plantait le décor dans la ville de Mulhouse, il n’est plus question de faire machine arrière pour les richissimes Koechlin qui, à mesure que les concurrents montent au créneau, ont plus à perdre qu’à gagner.

© Piatszsek/Bossard chez Grand Angle

Après avoir exploré le volet avant tout social (entre prolétaires toussotants et bourgeoisie industrielle) d’une époque de grands changements, tout en continuant d’explorer les visages marquants d’une galerie de personnages tous azimuts, les auteurs s’intéressent un peu plus au pan économique de ce pari sur l’avenir, que d’aucuns disent déjà impossible à mettre en oeuvre et à faire fructifier. Et qui, de toute façon, laisse déjà sur le quai les faibles.

© Piatszsek/Bossard chez Grand Angle

Mais il y a de la lumière au-dessus des fumées des usines et le dur labeur ne peut empêcher de rêver, de s’émanciper. En allant chercher un peintre sur le déclin mais qui a un héritier tout trouvé, et en renforçant le rôle joué par Salomé, qui tente de vivre de sa plume, indépendante, en devenant journaliste quitte à mettre à mal l’empire de sa famille : le binôme d’auteurs réussit à conserver la fraîcheur de son premier acte, en scrutant les drames de cette époque pas si lointaine et en provoquant l’excitation de savoir si ce challenge sera payant. Florent Bossard va au charbon mais aussi aux couleurs pour faire ressentir de manière puissante le climat de cette épopée humaine, dans sa lumière comme sa noirceur.

© Piatszsek/Bossard chez Grand Angle

Série: Kilomètre Zéro

Tome: 2/3 – Les Koechlin, une saga familiale

Scénario: Stéphane Piatzszek

Dessin et couleurs : Florent Bossard

Genre: Drame, Histoire, Saga familiale

Éditeur: Grand Angle

Nbre de pages: 56

Prix: 14,90€

Date de sortie: le 03/03/2021

Extraits: 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.