Nos meilleures vies de Kii Kanna : destins croisés et inspirations de jeunes adultes à l’aube de leur 20e anniversaire

Dans Nos meilleures vies, laissez-vous entraîner dans le quotidien de la jeunesse japonaise. La vie y est décrite avec justesse, sincérité et sans tabou.

Résumé: Ils sont six, à l’aube de la vingtaine, à Tokyo, aujourd’hui. Gentiment paumés comme on peut l’être une fois passé du côté des adultes, ils se croisent, se télescopent, s’aiment, ne se comprennent pas. Ils font un bout de chemin ensemble, en se débattant avec les questions de leur âge : ai-je le droit d’avoir des rêves, et surtout, méritent-ils que je me batte pour eux ? (Mais aussi : les rêves paient-ils le loyer ?)

Kanna Kii a l’âge de ses personnages, elle saisit l’air de son temps avec une acuité et une sincérité désarmante, pour en faire la matière de récits qui subliment l’ordinaire. Cette jeune mangaka s’est fait connaitre par des Yaoi (ou Boys’ love, histoire centrée sur les relations amoureuses entre deux garçons) de très bonne qualité tant sur le plan graphique que scénaristique.

Ici encore le résultat est au rendez-vous. Les traits sont fins, harmonieux. On sent une certaine délicatesse comme de la pudeur dans son dessin. Les expressions sont justes et débordent d’authenticité. C’est un régal pour les yeux, malgré que tout est en noir et blanc (normal pour un manga), tout semble plus lumineux presque solaire. Le dessin renforce avec douceur et sincérité un scénario plein de véracité.

Parlons-en, du scénario: nous suivons le parcours de 6 jeunes gens pleins de doutes et d’aspirations concernant leur relation amoureuse, leur vie professionnelle ou identitaire. L’auteure trouve avec justesse les mots et les contextes qui nous touchent. L’histoire de chaque personnage fait écho à notre vécu. Il n’y a pas de voyeurisme, de tape-à-l’oeil ou de sensiblerie mal placée, non juste de pures émotions ressenties par ces jeunes adultes.

La poésie qui émane de ce manga réjouira les ados de la famille et amènera de savoureux dialogues durant les repas familiaux. Cette tranche de vie nous apporte beaucoup de bien-être et nous ouvre la porte de cette génération que l’on fut mais qui nous semble si compliquée à comprendre maintenant. Il y a pas de vice caché, pas l’ambiguïté, seulement de la justesse. La fin ouverte pourra en perturber quelques-uns. Mais, pour moi, elle symbolise bien le récit de l’auteure, on suit à un instant T les différents protagonistes et on les laisse suivre leur cours ou parcours de leur vie. Les éditions Casterman sublime,t le travail de Kii Kanna en optant pour un format plus grand permettant de profiter au maximum de l’oeuvre.

Titre: Nos meilleures vies

Scénario et dessin : Kii Kanna

Genre: Chronique sociale, Quotidien, Seinen

Éditeur: Casterman

Nombre de page: 224

Prix: 12,95€

Date de sortie: 17 mars 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.