Double-dose de Lou Lubie pour regarder le renard qui passe et vous squatte, pour plonger dans nos détresses

Dans deux univers et chez deux éditeurs différents, c’est pourtant deux albums qui se complètent que Lou Lubie a sorti ces derniers mois. Une fiction haletante et coupant le souffle à la fois avec L’homme de la situation et un documentaire autobiographique avec la réédition de Goupil ou Face (du même nom que le site tenu par l’auteure d’origine réunionnaise), dans un style abordable, faussement naïf pour explorer en profondeur la face sombre de l’être humain.

© Lubie/Butin chez Dupuis

Résumé de l’éditeur : Manu, qui a toujours assumé son rôle d’homme fort et protecteur, voit son monde bouleversé quand sa compagne le quitte et que son employeur lui préfère une femme au nom de la parité. En perte de repères, il se raccroche à une fratrie de sept enfants difficiles pour laquelle il va jouer le rôle de père tutélaire. Ainsi s’amorce une longue descente au coeur de ses pires angoisses…

© Lubie/Butin chez Dupuis

Résumé de l’éditeur : Certains ont un chien, un chat ou un poisson rouge. Lou a une cyclothymie : un trouble de l’humeur de la famille des maladies bipolaires, sous la forme d’un petit renard. Que faire quand on découvre un étrange animal dans son cerveau ? Peut-on l’apprivoiser, le dompter ? Et comment être heureux quand on doit cohabiter avec une nature aussi imprévisible ?

© Lubie chez Delcourt

Prenons L’Homme de la situation, d’abord, qui s’intéresse au sort de Manu pris dans une spirale destructrice sur laquelle il n’a aucune prise. En est-il vraiment responsable ou une obscure force a-t-elle pris le dessus au moment où son monde s’est écroulé ? En une première planche, Lou Lubie l’avait installé comme un winner, sûr de son fait dans son couple et sa carrière professionnelle bientôt dotée d’une promotion attendue depuis longtemps. Pour être encore plus fort, encore plus homme! Sans s’autoriser la faiblesse.

© Lubie/Butin chez Dupuis

Puis, en contrecoup inattendu, du moins si vite, sur la deuxième planche et celles qui suivent, c’est la déconfiture. Tout a volé en éclat et Manu n’est plus sûr de rien.

© Lubie/Butin chez Dupuis

Oh il ne tombe pas tout de suite dans le creux de la vague puisque, dans ses sentiments contradictoires, Manu peut faire preuve d’humanisme, et voir qu’il y a pire que son propre sort. C’est ainsi qu’il est happé dans le drame silencieux et invisible vécu par une famille nombreuse, placée sous l’égide d’une mère seule et  ambiguë, entre fragilité et emprise gargantuesque. La promotion de Manu, ce sera de tirer vers le haut ces têtes blondes en perte de repères et larguées dans les matières premières: lire, écrire, calculer, raisonner. Ce que lui-même ne parvient plus à faire.

© Lubie/Butin chez Dupuis

Mais ce réflexe de survie solidaire, humanitaire même s’il se passe au coin de la rue, au bout du terrain vague, ne risque-t-il pas paradoxalement de pousser un peu plus Manu dans ses retranchements, à force de ne pas régler ses propres problèmes. Peut-être est-ce ça qui le pousse à voler un baiser à une personne qui n’est pas de son âge?

© Lubie/Butin chez Dupuis

Dans ce Split inversé, Lou Lubie mène bien sa barque à notre nez et notre barbe pour rendre pesante l’ambiance de ce thriller fantastique et peut-être plus que ça, au fur et à mesure que les démons resserrent leur étreinte et emprisonnent durablement ce professeur des écoles, qui s’est mis tout le monde à dos en aidant corps et âme l’étrange fratrie. Avec son trait très doux et des couleurs de plus en plus oppressantes (merci Maud Butin), Lou Lubie signe un cauchemar prenant mais qui nous laisse peut-être un tout petit peu sur notre faim…

© Lubie/Butin chez Dupuis

… pour mieux que Goupil ou Face, de la même auteure, nous amène à satiété dans un exercice compliqué puisqu’il s’agit de se mettre à nu et, même plus loin, de plonger en soi et ses malaises; de percer ses forces et surtout ses failles. Parce que Lou ne rentre pas dans les cases, elle est instable.

© Lubie chez Delcourt

Ses sautes d’humeur se suivaient et ne se ressemblaient pas jusqu’à ce qu’elle fasse une tentative de suicide (subtilement, pudiquement et poétiquement mise en scène, malgré l’effroi de cette possibilité), quasiment à l’insu de son plein gré. C’est comme ça qu’elle a consulté une psychologue puis un psychiatre et qu’un diagnostic a été posé : cyclothymie (du grec Kyklos, cercle, et Thymos, humeur). Non pas un état passager mais une maladie bien ancrée et héréditaire. Un renard (c’est le totem choisi par préférence) avec ses phases d’éveil et d’hibernation, grandissant plus ou moins vite en fonction des circonstances de la vie. La petite princesse à la conquête de la galaxie constellée sous sa peau, va devoir apprivoiser son mal pour toute la vie. Ça forge le caractère mais le tempérament, lui, est inné.

© Lubie chez Delcourt
© Lubie chez Delcourt

Dans sa solitude parfois criante, mais bien entourée, Lou Lubie pousse la porte de ces maladies invisibles, et dont le monde extérieur peut parfois douter, et partage son art entre ses ressentis et ce que nous apprennent les différentes études scientifiques et sociales menées autour de cette altération complexe. Ainsi apprend-on que 6% de la population mondiale souffre, à des degrés divers, de cyclothymie. Surtout au fil de ces vraies aventures semées d’embûches dans un quotidien tout sauf normal, outre des dessins dynamiques et inspirés, Lou Lubie met des mots sur cette maladie difficilement cernable et mouvementée.

© Lubie chez Delcourt

Plus qu’un remède, cet album est une aide autant qu’une ode à la vie, avec ses petits et grands challenges, pour valoriser au mieux un patrimoine de départ avec ses élans et ses déficiences. En noir, blanc et orange, dans sa vie haute en couleurs, Lou montre que rien n’est jamais gagné… mais encore moins perdu.

© Lubie chez Delcourt

Voilà deux albums qui font yin et yang, sont complémentaires et se renforcent, entre divertissement et mise à portée du commun des mortels de la partie immergée de l’iceb-être.

© Lubie chez Delcourt

Lou Lubie est partie vers d’autres aventures et met la dernière main à un autre album du réel explorant les contes de fées chez Delcourt. « Une BD didactique pour explorer un patrimoine culturel passionnant… et parfois très sombre. Humour noir garanti ! », annonce l’auteure dont on peut suivre le travail en s’abonnant à son Tipee pour avoir accès à des contenus exclusifs. Aperçu via une de ses story Instagram:

Titre : L’homme de la situation

Récit complet

Scénario et dessin : Lou Lubie

Couleurs : Maud Butin

Genre : Drame, Fantastique, Psychologique

Éditeur : Dupuis

Nbre de pages : 144

Prix : 19,95€

Date de sortie : le 08/01/2021

Extraits : 

Titre : Goupil ou face

Récit complet

Scénario, dessin et couleurs : Lou Lubie

Genre : Autobiographie, Documentaire, Humour, Psychologie

Éditeur : Delcourt

Nbre de pages : 156

Prix : 17,95€

Date de sortie : le 05/05/2021

Extraits : 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.