Dans 100 Bucket list of the dead, un mauvais choix de carrière est bien plus grave qu’une apocalypse

Haro Aso et Kotaro Takata nous donnent peut-être une piste pour de sortir de cet état d’esprit destructeur qu’est le Karōshi. Et si une invasion de zombies nous permettait de mettre de l’ordre dans nos vies?

Résumé: Le remède au burn out? Une apocalypse zombie! Cela fait trois ans qu’Akira Tendô, 24 ans, travaille comme un forcené pour une société esclavagiste. Il est en total burn out mais n’est même plus assez lucide pour s’en apercevoir… jusqu’au jour où son quotidien bascule: les zombies ont pris le contrôle de Tokyo?! Pour le jeune homme, c’est la délivrance: rien de mieux qu’une bonne épidémie zombie pour enfin profiter joyeusement de chaque jour qui passe! Désormais, Akira va pouvoir croquer la vie à pleines dents! Pour ce faire, il décide de dresser une liste des 100 choses qu’il voudrait absolument faire avant de devenir un zombie! Akira parviendra-t-il à rayer toutes les lignes de sa liste avant de mourir?

Nous sommes beaucoup dans ce cas-là, on s’investit dans notre travail et dans notre quotidien mais quand notre métier nous empêche de vivre, il y a un gros souci. Le burn out peut se définir comme une situation de mal-être physique et mental lié au quotidien professionnel. Il ne doit pas être confondu avec la dépression ou le surmenage. Et c’est sur ce problème qui touche de plus en plus de monde que notre duo s’est basé. Le scénario est de Haro Aso et le dessin de Kotaro Takata.

L’histoire complètement décalée est extrêmement cohérente et proche de la réalité, pas par les zombies hein… mais bien par l’impact de la pression sociale et professionnelle que certaines personnes subissent. Bien souvent, il faut l’admettre, c’est en vivant une catastrophe émotionnelle ou physique que l’on s’en rend compte. Parfois même trop tard. Le Karōshi est le terme japonais qui se définit par la mort par excès de travail. Elle peut prendre plusieurs formes telles que le suicide, un AVC ou encore une crise cardiaque. Il vient d’ailleurs d’être reconnu comme maladie professionnelle. Et c’est la que le scénariste est malin, c’est en tournant son histoire au surnaturel que notre héros se décide à changer les choses. Grâce à cet angle, il met en évidence de manière détournée les problèmes que l’on ose à peine suggérer. Mais ne vous y trompez pas, ce n’est pas un manga larmoyant, bien au contraire. On se trouve dans une aventure déjantée où l’humour est hyper présent.

Côté graphique, Kotaro Takata fait le taf’. L’agencement dynamique des cases rend le manga très rythmé. On ne compte plus les doubles pages ou les gros plans qui soulignent le soin apporté par le mangaka à son oeuvre.

Les éditions Kana ont mis le paquet sur les couleurs très pop de la couverture et sur la jaquette, ce qui contraste avec les zombies et l’apocalypse. L’impression est parfaite et met en valeur les traits de Kotaro Takata. J’espère qu’il ne faudra pas attendre la fin du monde pour que l’on puisse vivre une vie épanouissante tant sur le plan social que celui professionnel. Faut-il vraiment choisir entre ses passions et ses devoirs ou peut-on allier les deux? Le scénario bien que WTF nous ouvre les yeux sur quelque chose de bien réel et qui ruine beaucoup de monde. Alors je vous souhaite d’être heureux et libre dans votre travail avant qu’une apocalypse zombies ne vienne définitivement ruiner votre promotion…

Titre: 100 Bucket list of the dead

Tome: 1

Scénario: Haro Aso

Dessin: Kotaro Takata

Traducteur: Sophie Lucas

Genre:apocalypse zombies/humour/seinen

Éditeur: Kana

Nombre de page: 160

Prix: 7,45€

Date de sortie: 13 mai 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.