Une vague d’amour qui fait du Ravard : une mer au second degré dans une Bretagne poétiquement rêvée

En cet été pourri jusqu’ici (dans ma région du moins) mais loin d’être fini, de la flotte on en a eu. On a fait trempette contre notre gré quand tempête, orage et même tornade ont amené leur lot de trombes d’eau et d’inondations. Avec des dégâts parfois conséquents. Vivement que le soleil ramène sa fraise et que l’eau s’écoule tranquillement dans les espaces qui lui sont dédiés, où elle fait sa loi. Et sa poésie, quand François Ravard y fait voguer ses crayons, ses peintures de petits moments cocasses et inestimables.

Rencontre percutante © François Ravard

Résumé de l’éditeur : De Renoir à William Turner, en passant par Corot, Gauguin, Henri Rivière ou Matisse, la Bretagne a de tout temps inspiré les peintres et illustrateurs. François Ravard, auteur de bande dessinée résidant à Dinard, est de ceux-là. Et lorsqu’il quitte sa table à dessin, il aime croquer sa Bretagne, ses couleurs, ses rivages, ses plages et ses habitants dans de belles et touchantes illustrations aussi drôles que sensibles.

La foule © François Ravard

Quittons la gadoue, donc, pour trouver le sable, le pays des bouées et des maillots de bain, des odeurs de sel et de la crème solaire. Où l’homme est petit et touchant, comme dans la galerie de personnage, de seconds rôles, face à la plage et la mer (qu’on voit danser) auxquels François Ravard continue de donner le premier rôle.

© François Ravard chez Glénat

Auteur de BD mais aussi de tableaux caustiques, contemplatifs et humoristiques, François Ravard a lancé il y a quelques années, à Dinard, sous le regard encourageant d’une statue de Sir Hithcock, la Galerie Alfred. De quoi sortir des cases et décliner son art en surfant la vague ou en buvant la tasse. À moins d’hésiter à y plonger ses orteils. En effet, ce n’est pas à Gruissan ou Ramatuelle que François Ravard nous emmène mais sur les belles côtes de la Bretagne, son pays de cœur et de chair, où il faut être courageux pour se risquer dans le flot frisquet. Mais là où on est sûrs qu’il n’y pas Un jour sans soleil. C’était le titre de son premier recueil. Vague d’amour est le deuxième.

Contre vents et marées © François Ravard

Et, en effet, de l’amour, il y en a beaucoup ici, pour transpercer les nuages, l’écume et explorer les relations sociales et naturelles de l’homme breton, vacancier ou autochtone, dans son élément. Les animaux marins ne sont d’ailleurs pas en reste, non plus. Avec quelques mots d’accompagnements, amplifiant le décalage, François Ravard explore chaque minute d’une journée et toutes les ambiances auxquelles le soleil et les conditions météorologiques donnent lieu. Les marées, également. Ainsi, l’eau comme le sable peuvent changer de couleurs. Ou les reflets. Comme le temps file alors que l’eau va et vient inlassablement, le casting proposé par le dessinateur réunit tous les âges, avec beaucoup d’esprit et d’aventure, quelques rhumatismes et pas mal d’insouciance. Celles de vacances qui marquent la rétine par le bonheur que chaque illustration communique. Dans une maîtrise et une richesse inestimables. En exposition mer- et permanente.

La Parisienne © François Ravard

PS : L’album peut être commandé dédicacé sur le site de la Galerie Alfred.

Titre : Vague d’amour

Art Book/Recueil d’illustrations

Auteur : François Ravard

Préface : Aurélie Valognes

Genre : Contemplation, Humour, Romance

Éditeur : Glénat

Nbre de pages : 104

Prix : 15€

Date de sortie : le 07/07/2021

Extraits : 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.