Back to movies : Présidents au rythme inégal mais avec Jean Sarkozy Dujardin et Grégory Hollande Gadebois brillants

Présidents, c’est LE film français qui est promotionné sur tous les plateaux de télévision. Jean Dujardin (Nicolas) est excellent client de ce type d’exercice et vole complètement la vedette à Grégory Gadebois (François). Et pourtant, dans le film et dans le rôle de François, ce dernier est réellement bluffant. Une présence, un charisme, une verticalité qui s’impose… Il est méconnaissable. Le film est clairement une référence à la politique française puisqu’il met face à face deux anciens présidents de la république, deux anciens adversaires. Ensemble, ils vont créer un nouveau parti. C’est truculent de références, d’imitations sans l’être, d’évocation et de parodie sans jamais être caricatural. C’est aussi intelligent car le film propose une réflexion sur le pouvoir, les hommes qui le recherchent, la capacité à tourner la page et à se réinventer. Et, en cela, il parlera à tous. Mais il faut aussi reconnaître que le rythme est inégal, il y a parfois des longueurs, des lenteurs, des lourdeurs qui auraient méritées d’être supprimées au montage… 

« Nicolas, un ancien Président de la République, supporte mal l’arrêt de sa vie politique. Les circonstances lui permettent d’espérer un retour sur le devant de la scène. Mais il lui faut un allié. Nicolas va donc partir en Corrèze, pour convaincre François, un autre ancien Président (qui, lui, coule une retraite heureuse à la campagne) de faire équipe avec lui. François se pique au jeu, tandis que Nicolas découvre que le bonheur n’est peut-être pas là où il croyait… Et leurs compagnes respectives, elles, vont bientôt se mettre de la partie. »

Jean Dujardin propose une interprétation plus qu’une parodie de l’ancien président Nicolas Sarkozy. Mais une interprétation truffée de références gestuelles et textuelles. Il est nerveux, de mauvaise foi et a l’épaule voyageuse. C’est brillant et intelligent. Il incarne totalement le personnage au point que ce n’est plus lui que l’on voit mais l’autre…sans imitation, sans fausse note. Parfaitement crédible.

Grégory Gadebois incarne François Hollande avec une telle présence qu’il est totalement scotchant. L’acteur est pourtant très effacé et introverti en interview et, il faut le dire, il vend très mal le film sur les plateaux de télévision. Mais dès qu’il enfile le costume, on y est, on voit François, ancien président de la république « normal », homme de pouvoir et au charisme puissant. C’est impressionnant de constater que Gadebois s’efface à ce point derrière son rôle. Il est une grande révélation pour la béotienne que je suis. Je ne le connaissais pas, je ne l’avais jamais remarqué. Il est ici, inoubliable.

Notons également la présence de Pascale Arbillot qui joue Isabelle, la compagne de François. Elle est vétérinaire et voit d’un mauvais œil la venue de Nicolas dans son pays de campagne. Il est la source du réveil des tourments de son compagnon et l’équilibre de leur couple en est perturbé.

Puis il y a Doria Tillier (Nathalie) qui joue l’épouse de Nicolas. Une chanteuse lyrique qui s’est mise au chant dès l’enfance pour pouvoir crier en toute impunité. Elle succombe très rapidement au charme de François, ce qui a le don d’énerver Nicolas. Je ne sais pas si c’est le rôle dans lequel on l’a mise, les dialogues ou l’actrice elle-même mais c’est la moins crédible du casting.

Au delà de l’aspect comique indéniable de ce film inhérent aux situations mises en image : un président qui chute de manière grotesque de son vélo, un président qui fait la cuisine avec son tablier à carreaux, un président qui s’ennuie et qui mange seul à table… Les lumières et les images sont très jolies. Mais il est aussi important de souligner l’intelligence de ce film et la réflexion qu’il propose sur le pouvoir et les manigances politiciennes. C’est aussi un film sur la capacité de chacun à s’adapter aux changements, à accepter un nouvel état, une défaite, une transition.

Ces deux-là sont incapables de tourner la page et, après le cocasse, ils en deviennent tendres. Les dialogues d’Anne Fontaine contiennent des punchlines succulentes, des vérités intelligentes, des constats émouvants mais aussi des moments de longueurs regrettables… 

Titre : Présidents

De Anne Fontaine

Acteurs : Grégory Gadebois, Jean Dujardin, Doria Tillier, Pascale Arbillot, Denis Podalydès, …

Sorti le 30 juin 2021

Durée : 1h 40min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.