À la découverte d’un peintre de l’armée Belge durant la première guerre mondiale au Musée royal de l’Armée et d’Histoire militaire

Le 10 février, en présence de la ministre de la Défense, Ludivine Dedonder, le Musée royal de l’Armée et d’Histoire militaire (MRA) inaugurait les salles 14-18, partiellement rénovées par les équipes du War Heritage Institute. La collection présentée en ces lieux est énorme, elle comporte des milliers de pièces dont des uniformes, des équipements, des armes, des pièces d’artillerie, des chars et des avions et c’est une des collections les plus riches au monde sur ce thème.   

Chose exceptionnelle, le Musée royal de l’Armée et d’Histoire militaire a eu la bonne idée de créer une pinacothèque au sein de laquelle seront exposées les nombreuses œuvres d’art que contiennent les collections et qui ne pouvaient jusqu’alors être présentées dans de bonnes conditions. L’idée est ainsi – tant pour renouveler l’intérêt du public que pour protéger les œuvres – d’organiser régulièrement de nouvelles petites expositions consacrées à un peintre ou à une thématique donnée.  Ce sera aussi l’occasion de faire découvrir les quelque 1.500 œuvres conservées dans les réserves du musée, pour le plus grand plaisir des amateurs d’art.

Le premier accrochage vous propose de découvrir 21 œuvres du peintre Fernand Allard l’Olivier, mettant en scène différentes scènes relatant la première guerre mondiale dans une palette de couleurs très vives et dans une approche profondément humaniste.

Ce premier accrochage fut également l’occasion de présenter un livre de référence sur l’artiste et l’homme Fernand Allard l’Olivier. Dû aux bons soins de Monsieur Pierre Peeters et des éditions Wapica, l’ouvrage de 431 pages, brillamment illustré de l’essentiel de l’œuvre de l’artiste contient tout ce que vous pourriez avoir envie de savoir sur son destin hors du commun et notamment un excellent article de Madame Sandrine Smets, une des scientifiques du musée qui présente l’oeuvre militaire de Fernand Allard l’Olivier.

Livre de référence sur l’artiste et l’homme Fernand Allard l’Olivier – Editions Wapica

FALO : Artiste peintre de l’armée belge durant la première guerre mondiale

Tournaisien d’origine, Fernand Allard l’Olivier se trouve en Bretagne en 1914 avec sa famille lorsque la mobilisation générale est déclarée pour la grande guerre. Bien qu’ayant souhaité s’engager dans le corps des volontaires belges s’offrant à la France, il essuiera un refus. Malgré cela, il publie déjà des dessins patriotiques dans « Les Annales ».

N’ayant jamais été convoqué, il écrira directement au ministère afin de proposer ses services. Ceux-ci seront acceptés au service camouflage de l’armée Belge.

Après une correspondance avec le ministre pour relayer la mauvaise expérience au sein du service camouflage, Fernand Allard l’Olivier est muté dans la section artistique de l’Armée belge en campagne, chargé de peindre des scènes observées et vécues dans les tranchées de Flandre. Il rejoint à la Panne d’autres peintres comme Alfred Bastien, Pierre Paulus, Jos Verdegem, dont le Musée royal de l’Armée et d’Histoire militaire est également dépositaire de nombreuses œuvres.  Il y restera jusqu’à la fin de la guerre et deviendra ainsi un des peintres officiels de l’armée belge durant la première guerre mondiale.

Madame Tack : Un portrait touchant

Parmi les nombreuses œuvres exceptionnelles de Fernand Allard l’Olivier, se trouvent deux portraits de Madame Tack sur son âne. Cette dame de plus de 80 ans fut un symbole de la première guerre mondiale, parcourant sans cesse les tranchées sur le dos de son âne.

Portrait de Madame Tack

Modalités pratiques

La pinacothèque consacrée à Fernand Allard l’Olivier est à découvrir au Musée royal de l’Armée et d’Histoire militaire jusque fin juin. Il est toujours possible de se procurer l’ouvrage portant sur l’œuvre de l’artiste.

Le Musée royal de l’Armée et d’Histoire militaire comprend des expositions sur la première guerre mondiale, la deuxième guerre mondiale, un impressionnant hall de l’air, une salle russe, une salle d’armes et d’armures, des collections napoléoniennes prestigieuses, et offre un panorama complet de 5 siècles de l’histoire militaire de nos contrées pour le plaisir des grands et des petits.

Hall de l’air

Le Musée royal de l’Armée et d’Histoire militaire est ouvert du mardi au vendredi, de 10h à 16h et de 9h à 17h les weekends et jours de congés scolaires. Pour réserver votre visite : visites.mra@warheritage.be / 02/737 78 33 / Parc du cinquantenaire, 3 – 1000 Bruxelles

Céline Lucas

Facebook : Céline Lucas – Carte blanche 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.