Les belles personnes, héros (extra)ordinaire d’un quotidien que Chloé Cruchaudet fait voltiger par le trait et la poésie

On ne va pas jouer aux innocents, de quelque manière que ce soit, borderline par rapport aux règles liberticides du moment ou en faisant preuve d’imagination, les liens sociaux depuis ce sinistre mois de mars 2020 ont été distendus, soumis à rude épreuve, mais ont tenu. Du moins dans le cercle des très proches. Par contre, il est indéniable que cette pandémie et les confinements successifs qu’elle a fait subir ont hypothéqué les possibilités de rentrer en contact avec de nouveaux venus, d’élargir son cercle de connaissances. Chloé Cruchaudet, dans le tourbillon du monde, nous en offre l’opportunité de papier, avec quatorze portraits: Les Belles Personnes. Et nous rend vivants.

© Cruchaudet chez Soleil

Résumé de l’éditeur : « Faire des portraits d’anonymes ». Cette idée, impulsée par le festival Lyon BD, a assez vite interpellé Chloé Cruchaudet. Elle a alors modelé cette proposition pour rendre le dispositif interactif : un appel à contributions a été lancé, afin de recueillir des éloges de « belles personnes » ; l’objectif étant d’inciter les gens à ne pas se fier aux apparences. Son choix s’est orienté vers quatorze témoignages parmi ceux qu’elle a jugés les plus étonnants ou touchants : Denise, présumée sorcière, Mint, chien d’aveugle, ou encore Mme Neuville, professeure de philosophie… Chacune de ces belles personnes étant singulière, l’autrice a souhaité adapter son traité graphique à chaque récit.

© Cruchaudet chez Soleil
© Cruchaudet chez Soleil

Après nous avoir emmenés au plus profond de la noirceur moyenâgeuse dans le roman graphique La croisade des innocents, inspiré de faits divers, Chloé Cruchaudet fait plus court, toujours en se basant sur des histoires vraies, mais trouve la lumière, la chaleur humaine, qui nous fait tant défaut en ces temps inimaginables. Dans les pages de son nouvel album, c’est tout un petit monde qui s’anime, le nôtre dans ses pulsions et ses exaltations, sa quête de beauté et de bonheur pas toujours accomplie mais s’y efforçant.

© Cruchaudet chez Soleil

Ces passants qui marquent la rétine une demi-seconde, d’ordinaire, le trait de l’auteure les a arrêtés. Oh, elle a arrêté leur image, par leurs espoirs ni leur danse. Chacun la sienne. Faisant appel à ses amis, ses connaissances ou des anonymes, Chloé Cruchaudet a donc réuni matière à concevoir ce recueil d’histoires courtes partant dans tous les sens mais touchant toujours celui de l’humanité. Même masquée par des décors ordinaires voire crasseux (hé oui, l’éboueur qui a le coeur en joie et la voix enchanteresse fait aussi partie du casting).

© Cruchaudet chez Soleil

Alors que le festival de Lyon (où se trame l’essentiel de ces tranches de vie, tout en touchant à l’universel) lui avait mis la puce à l’oreille, l’auteure a donc reçu des lettres, argumentées ou sommaires, imagées ou réalistes, dénonçant la beauté de gens ordinaires mais exceptionnels. Au moins pour quelqu’un et désormais pour tous les lecteurs de cette admirable et enlevée bouffée d’air frais et de lumière. Oh, à l’identique, tous les messages reçus et ayant servi de support sont regroupés en fin d’ouvrage, assortis de différents portraits réalisés selon différentes techniques de peinture.

© Cruchaudet chez Soleil

Pour le reste, Chloé Cruchaudet s’est laissée faire par sa nature d’inventrice, se laissant porter plus ou moins loin par son imagination, sa licence artistique et poétique, pour faire devenir ces personnages qu’elle ne connaissait ni d’Ève ni d’Adam, ses propres personnages. Les nôtres aussi: de l’inconnu de l’abribus à la voisine un peu sorcière en dépit de son grand âge, en passant par le frère malade mais capable de miracle ou ce chien turbulent, qu’on dit trop anormal pour convenir à un malvoyant. Enfin, il y en a tout de même une, Seï, que Chloé a véritablement côtoyé, peut-être pas assez, et dont elle s’est donné le défi de retranscrire un peu de son intensité de vie. Bouleversante.

© Cruchaudet chez Soleil
© Cruchaudet chez Soleil

Engouffrant dans chaque mini-récit la volonté de réinventer son dessin (par des anthropomorphes, des lignes de fuite ou d’encrage, du noir ou des couleurs) pour coller plus à la vivacité de ses acteurs, Chloé Cruchaudet fait entrer dans notre vie une galerie de personnages inoubliables, avec des forces et des failles, des idées noires, parfois, mais aussi beaucoup d’espoir que l’humanité prenne le dessus.

© Cruchaudet chez Soleil

Titre : Les belles personnes

Recueil d’histoires courtes

Contributions : Roxanne Caty-Leslé, Mai et Ben, Morgane Z., Pierre B., Samantha Barendson, Catherine, Bernard V., Charlotte F., Séverine Garrel, Benoît L., Raphaël Ruffier-Fossoul, Anonyme, Jules C.

Scénario, dessin et couleurs : Chloé Cruchaudet

Genre : Biographie, Docu-Fiction, Récits de vie, Société

Éditeur : Soleil

Collection : Noctambule

Nbre de pages : 144

Prix : 17,95€

Date de sortie : le 21/10/2020

Extraits :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.