Skip : le spectacle intense et multicolore, clair et opaque de Molly Mendoza, qui met le papier en relief pour célébrer l’essentiel naturel

Skip, au suivant mais pas trop. Dans un grand zapping entre les décors, entre les couleurs qui se marient et se déchirent, on ne risque pas d’oublier Molly Mendoza de sitôt. Pour sa première oeuvre traduite et publié dans nos contrées, par Dargaud, Molly Mendoza nous place à la frontière, au basculement des univers en compagnie de deux héros (du sexe des anges) qui n’étaient pas appelés à découvrir le vaste monde, peut-être encore plus vaste que ce qu’ils ne le pensaient.

© Mendoza chez Dargaud
© Mendoza chez Nobrow

Résumé de l’éditeur : Pour échapper à la violence de sa ville d’origine, Eclo, vit en exil avec la survie pour seul but. Il est brutalement jeté dans un autre monde et rencontre Gluan, une drôle de créature foncièrement dilettante, chassée de chez elle par ses amis. Ballottés de dimensions en dimensions, ils vont tomber pêle-mêle sur des géants pleureurs, des îles alligators ou des mondes en 2D inversés. Pour rentrer chez eux et vaincre leurs propres peurs, ils ne pourront compter que sur eux-mêmes et leur belle amitié.

© Mendoza chez Dargaud

Éclo et Bee vivent avec les moyens du bord du lac, que l’enfant doit surveiller coûte que coûte. En effet, si les jours là ont l’air insouciant, survivant chichement de poissons et d’eau fraîche, les deux humains (ni homme, ni femme ici, que des personnes non-genrées dont le destin est écrit inclusivement, faute de trouver des termes permettant en français d’être complètement fidèle à la volonté de l’auteure) sont un sursis. Le pays en guerre d’une menace qui ne dit que son nom : les technophiles. C’est dans la nature qu’Éclo et Bee sont à l’abri, jusqu’à ce que sur la radio, tout juste réparée, l’appel à l’aide de survivants les attire. Oh il ne s’agit pas vraiment de suivre celui qui part en mission de sauvetage mais plutôt celui qui reste. En l’occurrence Éclo qui est encore trop petit.e que pour prendre part au monde des brutes. Il doit faire le guet en attendant le retour, hypothétique, de Bee. Pour son réconfort, il y a ce médaillon qu’iel lui a laissé. Si Éclo dompte sa volonté de partir à l’aventure, dans le bruissement de l’eau si calme jusque-là, il y a un portail.

© Mendoza chez Nobrow
© Mendoza chez Nobrow

De l’autre côté (mais lequel?), il y a Gluan, long échalas maladroit en lien direct avec les humains. Alors que le maître de ces bois semble être un druide champignon, Gluan, sous sa casquette, est couvert de poils ou peut-être est-ce de lianes ? Mini-Chewbacca ? Toujours est-il que si cet.te ado est un peu dans son monde, qu’il faut savoir le motiver, alors que l’heure de la fête (la moisson lunaire) approche, iel va mettre du coeur à l’ouvrage mais faire pire que mieux. Proche de mettre le feu à plusieurs hectares. Alors que les autres pensent qu’iel a réussi son coup pour s’épargner le labeur. En vérité, Gluan va se morfonde près du champ où apparaît… Éclo. Ahuri de se trouver là.

© Mendoza chez Nobrow

Car Skip, ça veut avant tout dire sauter. Et Éclo vient de faire son premier saut, sans comprendre comment a pu s’amorcer cette machine à voyager dans l’espace et, peut-être, le temps. Premier saut en solo, loin d’être le dernier puisque suivi bientôt d’autres, cette fois accompagné. Car Gluan, trop heureux de se trouver un ami qui le comprend plutôt que de le juger. En plus, iel peut se rendre utile à aider le nouveau venu à regagner son chez ellui. Mais la machine est incontrôlable et voilà le duo propulsé dans un vertige kaléidoscope utilisant toutes les couleurs et les formes possibles et imaginables, y compris celles qu’on ne pensait pas exister. Parce que Molly Mendoza y met les formes et les matières, quitte à, comme sur la couverture, mettre du relief.

© Mendoza chez Nobrow

Pris en tenaille, au piège, par un sort qui les étire ou les rapetisse, Éclo et Gluan ne sortent plus de ce huis clos qui les propulse de pièce en pièce: aux prises avec un chat, au coeur d’un château assiégé ou au milieu d’une soirée pizza de dragons-ninjas. À chaque fois, l’auteure réinvente son style, ses découpages pour que l’atmosphère puisse s’extraire de ces pages et nous envelopper.

© Mendoza chez Nobrow

C’est aussi infernal que puissant ce que propose Molly Mendoza, complètement fou et enivrant. De sa créativité immodérée, infinie, la conteuse livre un album à nul autre pareil puisque chaque lecteur pourra y mettre ses affects, son ressenti, ses élans. Dans ce récit-monde(s), Molly Mendoza laisse le soin aux aventuriers livresques de prendre les clés de compréhension qu’ils veulent, tant l’ensemble reste opaque et énigmatique, mais élégant et profond.

© Mendoza chez Nobrow

Cela dit, dans ce périple profondément « papier », qui devrait plaire à un Jean-François Laguionie (on pense à son Tableau), on sent l’envie tourbillonnante de Molly de bâtir un empire en accord avec son microcosme, qui ne se le mette plus à dos mais vive au fil de l’eau et à fleur de plante, de naturel qui revient au galop. Un nouvel esprit écologiste qui calmerait les tempêtes modernes du progrès destructeur, mais qui irait de pair avec des valeurs universelles : le courage, le repoussement de ses limites, l’amitié, la recherche de la paix plutôt que du conflit. D’ailleurs, peut-être, ces deux êtres auront-ils rêvé tout ça, trop emballé.e.s à l’idée de faire un bout de chemin avec un. ami.e imaginaire, loin des sentiers de la guerre. Et nous avec. Si ce récit reste complexe par ses lignes de fuite et son envie de ne rien expliquer, comment ne pas être charmé, fasciné devant l’ampleur de ce travail artistique qui transperce allègrement le papier pour se faire spectacle vivant.

© Mendoza chez Nobrow
© Mendoza chez Nobrow

Titre : Skip

Récit complet

Scénario, dessin et couleurs : Molly Mendoza

Traduction : Nora Bouazzouni

Genre : Drame, Fantastique

Éditeur VF : Dargaud

Éditeur VO : Nobrow

Nbre de pages : 160

Prix : 21€

Date de sortie : le 12/02/2021

Extraits : 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.