Mutafukaz goes west et toujours plus crazy

Univers fort et déjà multiformat, l’excellent Mutafukaz de Run se paie le luxe d’avoir plusieurs vies. Alors que la première saga ne cesse de se trouver de nouveaux afficionados et fait toujours autant trembler les luchadors, un premier spin-of avait vu le jour avec Loba Loca qui mettait Guillaume Singelin aux manettes, voilà que le deuxième se profile et nous emmène, aussi étonnant cela puisse-t-il paraître, sur le territoire du western et des chercheurs d’or. Voilà Mutafukaz 1886. Comme dans certains univers de jeux vidéo, Run, cette fois accompagné de Simon Hutt T., remonte le temps et font leur de nouvelles armes et montures. Pour démonter le décor.

Résumé de l’éditeur : Dans cette uchronie poussiéreuse aux couleurs chaudes de western, nous retrouvons Vinz et Angelino en proie aux Machos, entités cosmiques issues de la matière noire de l’Univers, qui ont fait main basse sur les compagnies minières de la Californie tout juste naissante. Mutafukaz 1886, c’est la relecture sauce western des aventures de Vinz et Angelino.

© Run/Hutt chez Ankama

Ça commence banalement, à rêve perdu sur un filon d’or épuisé s’il a un jour donné. Pourtant, c’est jour de chance pour Vincent Scavo et Angelino Diaz, deux chercheurs de bonne fortune sur lesquels on n’aurait pas parié. Oh, il n’ont pas trouvé le gros lot, mais une belle pépite qui peut les mettre à l’abri du besoin quelques semaines. Bon, ils n’ont pas le temps de se disputer le magot, et la poche dans lequel il sera protégé, ni de mener la grande vie à la ville (oh ils le feront quand même), voilà que des outlaws tentent de le leur réclamer dans la douceur qui caractérise les flingues prêt à canarder. Et ce n’est que le début des ennuis, dans ce monde décérébré. D’ailleurs, pourquoi donc Angelino a-t-il ces visions spectrales, tentaculaires?

© Run/Hutt chez Ankama

Annoncé comme un remake à une autre époque que celle originelle (et pourtant plus tardive), ce 1886 nous réserve pourtant bien des surprises. Dès le départ, si les personnages (ou leurs aïeux) nous reviennent, je n’ai pas eu l’impression de lire la même histoire et me suis laisser entraîner dans ces 31 pages (+1 page de pub d’époque) poussiéreuses et fumantes, dans lesquelles l’action n’a même pas le temps d’être posée qu’elle déborde déjà de partout. Les truands ont l’air dur à cuir mais, jusqu’ici le duo terrible et pourtant minable s’en sort bien. Évadé du jeu vidéo pour réaliser des histoires courtes dans Doggybag, le concept artist pour le jeu vidéo qu’est Simon Hutt T. prend ses aises dans ce nouveau western déjà cinglant et sans répit.

© Run/Hutt chez Ankama

Avant, on s’en doute, un recueil, cinq fascicules sont déjà parus. Le deuxième viendra le 12 mars, le troisième le 9 avril, le quatrième le 7 mai et le cinquième le 11 juin.

Le premier peut, en attendant, être commandé dans un coffret collector qui accueillera les quatre suivants. PS : Il y a aussi des produits dérivés sur www.lamotherbase.com.

Titre: Mutafukaz 1886

Spin-off de Mutafukaz

Issue: 1

Scénario : Run

Dessin et couleurs : Simon Hutt T.

Genre: Action, Fantastique, Western

Éditeur: Ankama

Nbre de pages: 32

Prix: 4,95€

Date de sortie: le 12/02/2021

Extraits : 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.