Sur un nuage magique ou dans des bottes de sept lieues, un chat et un baron montrent qui sont les darrons dans des contes revisités en BD

C’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures (dé)confitures, dit la maxime populaire. Bon, nous ne franchirons pas le pas de dire qu’il ne faut faire que des reprises, loin de là… mais quand elles sont d’aussi beau calibre que les deux albums parus coup sur coup aux Éditions Delcourt, comment résister. Dans une ambiance de cape et d’épée, un trio d’un côté et un homme en solo de l’autre revisitent deux contes populaires et les font détonner de modernité.

© Chauvel/Guinebaud/Lou chez Delcourt

Plutôt que dans l’Histoire, le Baron (de Munchhausen) a choisi d’entrer dans les histoires, de la terre à la Lune en passant par le crayon de Masbou

© Masbou/Turf/Mazan/Loyer chez Delcourt

Résumé de l’éditeur : À l’automne de sa vie, le Baron de Münchhausen se retrouve confronté au livre fraîchement publié qui raconte ses aventures. Un livre qui, certes, lui amène une popularité et une certaine notoriété bien au-delà de la région où il réside mais qui le confronte à la mort en faisant de lui un héros de papier et non plus un conteur ! Notre baron se décide à rétablir la vérité, et quelle vérité !

© Masbou chez Delcourt

Quatre ans après l’ultime fin de De Cape et de crocs, Jean-Luc Masbou revient seul aux commandes, le dos toilé, et les nuages inspirés en couverture, pour nous livrer sa version du turbulent trublion (enfin un peu moins de puis que sa femme les séquestrent lui et ses rêves) qu’est Le Baron de Münchhausen. Après Méliès et Gilliam, Karl Friedrich Hieronymus de son petit nom reste une valeur sûre de la culture populaire.

© Masbou chez Delcourt

Avec la chance que, malgré son potentiel certain, le personnage admirable de créativité est resté exploité avec parcimonie au fil des décennies; Jean-Luc Masbou pouvait s’engouffrer dans la brèche pour en faire un vrai héros de BD, comme on les aime, généreux, pétaradant, comme un boulet de canon mais révélateur de parts de nous-mêmes. Et de nos envies d’histoires, que le réel parfois terne prenne toutes les couleurs dont il est capable dans nos rêves les plus fous.

© Masbou chez Delcourt

Après avoir varié autour des affabulateurs, en compagnie de quelques copains de crayon qui s’amusent comme des petits fous, dans ce véritable acte de foi autour de l’affabulation, Jean-Luc Masbou est allé rechercher l’increvable pas croyable Baron dans une retraite dorée mais pas vernie. Sa petite femme au tempérament de feu lui interdit depuis belle lurette de passer son temps au bar (peut-être est-ce le même que le bar où traîne le shérif Fritz Alwill dans Robin Dubois ?) et donc de raconter ses carabistouilles. Tout juste a-t-il le droit de chasser, de partir à l’aventure dans ses vastes forêts.

© Masbou chez Delcourt

Mais, cela dit, le vieillard a tant parcouru le monde et marqué les esprits dans sa prime jeunesse qu’à l’insu de son plein gré un romancier en a fait un fameux recueil. Du bouche-à-oreille aux colporteurs qui traînent leur bazar de village en village, ce roman vient d’arriver à Bodenwerder et de renourrir la passion et la soif de récits des piliers de comptoir et néanmoins amis du Baron. Sacré faune là aussi. Et c’est ainsi que l’un ou l’autre à tour de rôle va tenter de faire sortir de sa réserve leur (anti)héros. Oh, il ne se résout pas, il tient bon et il ne veut pas faire d’histoires à sa femme. Trahir la réalité, d’accord, mais pas la daronne baronne. Sa seule sortie reste donc les soirées mondaines aux côtés de freluquet qui pètent plus haut que leur cul et brillent de n’avoir rien fait. Mieux vaut alors trop en faire mais avec modestie, ne croyez-vous pas ?

© Masbou chez Delcourt

Plongeant dans les meilleurs souvenirs cousus de toutes pièces du Baron sans le lâcher d’une semelle dans sa vie de vieil homme, Jean-Luc Masbou manie la langue et le trait avec une sincérité et une onctuosité formidables. Pendant 62 planches, l’auteur use sa plus belle plume pour nous évader sur la banquise ou sous l’océan, dans la gueule du lion ou du canon. Il contemple le ciel et ses nuages incroyables qui appellent le Baron, mais pas si vite. Étudiant et faisant varier ses vertus graphiques pour mieux coller aux univers et aventures qu’il raconte, Masbou réussit aussi le pari de faire une histoire à sketches sans jamais perdre le fil rouge qui nous mène de bout en bout, émerveillés. On le relit ?

© Masbou chez Delcourt

Robilar : un chat lexical à prendre sans gant mais avec des bottes

Charadesign © Guinebaud

Résumé de l’éditeur : Robilar est un chat domestique qui coule des jours heureux auprès d’une comtesse dont l’obsession est de marier son fils à la fille du roi. Un jour qu’ils cheminent tous ensemble vers le royal château, un ogre vient malencontreusement pulvériser le carrosse, ne laissant parmi les débris qu’un seul survivant : Robilar. Anéanti, perdu, chassé, passé à tabac, il ne doit son salut qu’à la gentillesse d’un fils de meunier et décide de le remercier… à sa façon.

© Chauvel/Guinebaud/Lou chez Delcourt

De leur côté, David Chauvel, Sylvain Guinebaud et Lou domptent un chat qui a déjà fait énormément parlé de lui : le chat botté popularisé par Charles Perrault. C’est fou comme on retient parfois le sous-titre alors que le titre passe dans l’oubli populaire. Ainsi, à l’origine, ce conte franco-italien se nommait-il Le maître-chat ou le chat botté. Et il avait un prénom, figurez-vous. Du moins celui que lui a inventé David Chauvel : Robilar.

Projet de couverture abandonné © Guinebaud

Cette histoire permet ainsi aux auteurs de s’attaquer à un genre bien connu du dénommé Masbou, ci-dessus: l’anthropomorphisme. Ils le font avec saveur en racontant à leur mode l’histoire de ce chat blanc sur qui le destin s’est acharné mais qui a bien décidé de sortir les griffes pour contre-attaquer. Sans pour autant se départir de passages en vieux françois.

© Chauvel/Guinebaud/Lou chez Delcourt

C’est ainsi dans un décor de fin de conte de fée (ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants, et bla bla bla) que les auteurs plantent leur gros chat. Les souris moqueuses du grenier se sont même aventurées aux étages inférieures tellement le danger ne rôde plus. Elles ont tôt fait de s’amuser de ce bouboule qui ne manque pas d’agressivité mais n’a plus les pattes pour la porter. Mais un accident de la route, sous le pas lourd d’un géant déboussolé a vite fait de briser le confort et le luxe auquel aspire ad vitam aeternam notre félin peu inspirant. Le voilà en fuite sur les chemins du pays désormais tremblant de toutes les menaces qui pourraient avoir raison de lui. Heureusement, il va trouver refuge et remise en forme dans un moulin. La suite, vous ne la connaissez peut-être pas… selon la relecture à point qu’en fait le trio d’auteurs. Tant mieux.

© Chauvel/Guinebaud/Lou chez Delcourt

Sans complexe et avec le comique de répétition savoureusement dosé, sans galvauder la richesse du verbe, David Chauvel et Sylvain Guinebaud font a paire, expressive et soulevant la poussière entre les têtes couronnées, les soirées mondaines, et la faune qui vit dans la crasse ou la tête dans les nuages. Ce premier tome de 62 planches, c’est tout ce qu’on veut quand on nous présente une histoire vue et revue à l’envi. Dans laquelle on n’aurait pas forcément envie de s’embarquer. Mais il y a, ici, tout, le bonheur graphique et le découpage osé, la frénésie et l’envie de surprendre, choquer, dérouter tout en nous ramenant au plaisir de découvrir une histoire, fabuleuse, nous parvenant en nous mettant dans la peau du dernier réceptionniste du téléphone arabe, avec une histoire complètement différente que celle qu’a entendue le premier de la chaîne. Trépidant, que cet animal de (bonne) compagnie qui retrouve sa liberté non sans éclat.

© Chauvel/Guinebaud/Lou chez Delcourt

Le tome 2 paraît le 13 janvier.

En attendant, making-of du premier tome avec le scénariste.

Titre : Le Baron

D’après les aventures du Baron de Munchhausen

Récit complet

Scénario, dessin et couleurs : Jean-Luc Masbou

Avec la participation de : Turf, Mazan et Loyer

Genre : Aventure, Cape et épée, Fantasy, Humour

Éditeur : Delcourt

Collection : Terres de Légendes

Nbre de pages : 64

Prix : 23,95€

Date de sortie : le 28/10/2020

Extraits : 

Série : Robilar ou le maistre chat

Tome : 1 – Maou !!

Scénario : David Chauvel

Dessin : Sylvain Guinebaud

Couleurs : Lou

Genre : Aventure, Anthropomorphe, Fantasy, Humour

Éditeur : Delcourt

Collection : Conquistador

Nbre de pages : 64

Prix : 15,50 €

Date de sortie : le 30/09/2020

Extraits : 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.