Un policier réaliste, actuel et addictif mis en scène par Killian Day : Chicago Blues

Chicago Blues est assez intéressant sur le fond. La forme est là, l’écriture facile, les chapitres courts et immersifs et le décor est rapidement planté par l’auteur. Mais le fond est suffisamment original que pour attirer à lui seul le lecteur. En effet, dès le départ, le crime est décrit rapidement, évacué dans les premières pages de cette intrigue plus judiciaire que policière. On ne recherche pas un coupable ici, on connaît parfaitement les faits qui se sont produits… On s’interroge par contre sur la manière dont cette histoire va se terminer. On s’interroge sur le destin de Lester, on s’inquiète pour lui. Et puis on comprend un peu mieux le système policier et judiciaire américain qui, loin de faire rêver, inquiète grandement. Est-ce que l’enquête va mettre au jour le réel rôle de chacun des protagonistes ou est-ce que Lester va se faire dévorer tout cru par un système plus lourd que lui ? C’est complètement immersif, en quelques mots l’univers est planté. Et les pages défilent sans effort mais avec un intérêt grandissant. En quelques heures, deux jours à peine, je l’ai terminé. Bravo Mr Day, un bon polar américain, réaliste et très actuel.

« Bronzeville, banlieue sud de Chicago, Lester Jackson, dix-huit ans, occupe ses journées à livrer des colis d’un genre particulier. De son côté, après neuf mois d’enquête sur le jeune homme, le sergent Pierce Patchett est sur le point de boucler sa plus grosse affaire depuis qu’il a été injustement mis sur la touche. Mais les choses vont prendre une tournure dramatique. Au rythme des tribulations de ces deux personnages, Chicago Blues nous plonge dans les rouages judiciaires, sociaux et médiatiques d’une société américaine aux multiples visages. »

C’est au volant de sa vieille Ford Taurus que l’enquêteur Pierce Patchett mène l’enquête. Rapidement, nous sommes plongés dans une ville aux rues désertes, aux devantures des magasins calfeutrées par des planches de bois et où l’insécurité se glisse dans toutes les pages.

C’est la force de l’auteur, nous faire immédiatement et entièrement ressentir ce climat. Tous les sens sont sollicités, il peut décrire le bruit du vent qui entraîne les déchets le long des voies, il peut aussi nourrir votre odorat de l’odeur du poisson fraîchement pêché.

Puis, comme « l’événement catalyseur » (le crime si vous préférez) est immédiatement décrit, il évacue les sous-entendus, les questionnements inutiles et l’on peut directement s’attacher au parcours de Lester. Certes, ce n’est pas le gendre idéal mais il est n’est pas non plus un mauvais bougre. Et la situation a vraiment dégénéré en quelques minutes. Il ne lui reste plus qu’une seule chose à faire : fuir.

Oui mais une cavale ne s’improvise pas, on laisse toujours des traces, des indices derrière soi. En plus, lorsque l’on fuit, on est fragilisé. Et quand on es jeune, inexpérimenté, il y a un gouffre entre les rêves et la réalité d’une cavale. Rester dehors tard le soir, passer ses nuits dans les gares routières ou couché sur les bancs d’un abribus, ça attire le gens louches et les rencontres hasardeuses. La faim, le froid, la fatigue et la peur occupent bientôt toute la place dans la vie de Lester… Et Pierce Patchett se rapproche de plus en plus.

Mais ce roman apporte aussi une description très actuelle de la société américaine. Il évoque les chaînes d’actualité en continu qui privilégient le temps d’antenne à la véracité des faits, les émeutes qui embrasent rapidement une banlieue, une cité, une ville après une bavure policière et s’inscrit dans le cadre des mouvements Black Lives Matter. On est en pleine actualité et ce qu’il se passe dans les pages écrites par Killian Day pourrait se passer demain, ou s’est déjà déroulé hier dans l’une ou l’autre ville des USA.

Surtout, Chicago Blues est un roman sur l’enquête policière et judiciaire d’un homme (Pierce Patchett) qui refuse d’accepter des vérités un peu trop arrangées et de condamner un jeune à 40 ans de prison sans être certain de toute sa culpabilité. Et pourtant, les preuves sont contre lui.

Brillant, immersif, réaliste… ce roman policier est très efficace. Bravo !

Auteur : Killian Day

Titre : Chicago Blues

Editions : Le Lamantin

Sorti le 10 mai 2020

Nbre de pages : 262

Prix : 18 €

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.