La couronne ne fait pas tout, poux au-dessus ou lunettes en-dessous, de sympathiques déconvenues pour princes et princesses

Après Les princes aussi font pipi au lit et Les princesses aussi mangent leurs crottes de nez, Katherine Quénot et Miss Prickly récidivent en transposant les contes de fées dans un soupçon de réalité. Si les dorures et les habits impayables mêlés aux courbettes qu’on se doit de leur faire quand ils passent font croire qu’ils viennent d’un autre monde, que nenni, les princesses sont des petites filles comme les autres et les princes des petits bonshommes comme il y en a tant. Et, sans doute, vivent-ils des aventures bien moins stupéfiantes que celles qu’on voit à la télé. En dépit du rang et de la prestance, n’auraient-ils pas les mêmes problèmes que le commun des mortels ?

© Quénot/Miss Prickly chez Glénat Jeunesse

Résumé de l’éditeur : Quand la princesse Mireille apprend qu’elle a des poux, c’est le drame ! Comment réaliser son rêve et devenir toiletteuse pour chien avec les cheveux infestés ? Et pire encore : à l’école royale, plus personne ne veut l’approcher de peur de les attraper ! Qu’à cela ne tienne, elle réussira à se débarrasser de ces bestioles, poute que poute, euh, coûte que coûte !

© Quénot/Miss Prickly chez Glénat Jeunesse

Résumé de l’éditeur : Le prince Delapoudrauyeu refuse catégoriquement de porter des lunettes. La raison ? Il a peur d’être ridicule ! Mais la reine, sa mère, ne voit pas les choses de la même façon et le conduit malgré lui chez l’opticien du château. Et si, finalement, c’étaient ses lunettes qui lui changeaient la vue, euh, la vie ?!

© Quénot/Miss Prickly chez Glénat Jeunesse

Ça gratouille ou ça vous chatouille ? Un peu des deux, serait tentée de répondre Mireille que les boucles rousses qui surplombent sa couronne ne finissent pas de démanger. Si elle n’a jamais entendu ce drôle de mot qu’est pou (qui à l’instar de hibou et de caillou prend un x au pluriel mais est bien le seul de cette trib-ou à avoir sa place, même pas invité, dans les cheveux), Mireille va être servie.

© Quénot/Miss Prickly chez Glénat Jeunesse

De son côté, son altesse Delapoudrauyeu veut garder sa fierté et ne pas s’abaisser à porter des binocles. Bon, avec son valet dévoué à ses côtés, il fait illusion depuis longtemps à la visite médicale. Mais quand il est seul dans les longs couloirs de son fastueux palais, force est de constater qu’il est parfois passé à ça d’un conflit diplomatique. Ça ne fait pas un pli..ssement d’yeux, dans le tout petit comme le très grand, Delapoudrauyeux ne reconnaît plus personne. Et pas besoin de Harley Davidson. Il va falloir cerner ce nez d’un royal promontoire.

© Quénot/Miss Prickly chez Glénat Jeunesse
© Quénot/Miss Prickly chez Glénat Jeunesse

En 24 pages par histoire (et, en bonus, des pages de garde toujours hilarantes quand il s’agit de jouer au jeu des familles, de lunettes ou de poux), les deux auteures ont trouvé la ficelle pour raconter des histoires de familles royales des temps modernes. Dans un palais digne de Sissi ou dans une oasis qui verrait bien passer Aladin, Katherine Quénot et Miss Prickly ont pris le parti de changer, à chaque récit, de protagoniste.

© Quénot/Miss Prickly chez Glénat Jeunesse

Une diversité de têtes blondes (ou brunes, rousses et que sais-je encore) pour servir des histoires et craintes universelles. À l’économie de décor, Miss Prickly fait la part belle aux visages et aux expressions de ses héros très attachants une fois les signes extérieurs de richesse dégagés et les signes intérieurs de normalité révélé.

© Quénot/Miss Prickly chez Glénat Jeunesse

Titre : Les princesses aussi ont des poux / Les princes aussi portent des lunettes

Livres illustrés jeunesse

Scénario : Katherine Quenot

Dessin et couleurs : Miss Prickly

Genre : Conte, Humour

Éditeur : Glénat Jeunesse

Nbre de pages : 32

Prix : 11€

Date de sortie : le 26/08/2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.