D’un petit bout de mandragore à un terrible géant nommé Pinocchio, Foerster réédite sa réinvention

Magic Strip, ça veut aussi dire Horror Strip. Trifouillant les majestueuses archives du mythique éditeur, les Éditions du Tiroir, avec le soin qu’on leur connaît, ont eu la bonne idée de donner une nouvelle vie à un personnage qui en a déjà eu un quota illimité : Pinocchio. Oui, mais pas n’importe lequel : Pinocchio. Oh, pas tant celui de Carlo Collodi que celui de Foerster. Dans la collision des univers, dans l’arrivée du surréalisme bien belge, la petite marionnette est devenue une grosse bûche, un monstre de Frankenstein qui créerait une grosse indigestion à la baleine qui tenterait de l’avaler.

© Foerster

Résumé de l’éditeur : Une jeune femme malmenée dans son village à cause de sa petite taille, décide de partir de celui-ci, non sans avoir emmené avec elle un Pinocchio très particulier…

Et si ce petit bout de bois que Disney a rendu immortel, incapable de moisir, avait été l’arbre qui cache la forêt ? Pinocchio a-t-il eu des frères ? C’est fort probable. Et comme vous le savez, le milieu dans lequel on vit, on grandit, on fait ses branches et son feuillage a une grande importance sur ce que vous êtes. Dans la pluie et le chagrin d’une contrée hostile, aride, Pinocchio a été plus entouré de désespérance que d’amour.

© Foerster Sérigraphie proposée dans le cadre du crowdfunding qui a contribué à la réédition de cet album

Le Pinocchio de Foerster, c’est le fruit d’un pendu, le dernier effort du suicidé : une mandragore. Le trésor de Geppetta, la petite gitane qui va en faire son monstre de foire, et d’espoir, le clou du spectacle. En plus, il est fort, ce n’est pas une brindille, l’idéal bras armé pour protéger la toute petite femme. Sauf que l’attraction mobile est moins attirée par l’amour et la lumière que par la mort et la noirceur.

Avant – Après retravail © Foerster / Foerster-Taymans aux Éditions du Tiroir

Pinocchio a des pulsions, semer la mort, c’est un peu sa manière de faire l’amour. Et quand il quitte un village, il n’est pas rare qu’il laisse derrière lui un cadeau, un cadavre dans le caniveau. Et comme il ne passe pas inaperçu, les frères non pas Dalton mais Dominelli, dont l’homme des bois a tué la daronne, ont vite fait de retrouver sa trace et de crier vengeance.

© Foerster

En trente planches, rien de moins rien de plus, et une dernière case qui fait rêver et cauchemarder que Philippe Foerster y replonge un jour, voilà toute une oeuvre culte qui se réaffirme dans sa singularité et une bichromie détonante d’André Taymans. Adoubée par Thomas Owen en quatrième de couverture, l’oeuvre bientôt quadragénaire du seigneur du surréalisme graphique n’a pas pris une ride ni un cerne. Le bois, ça conserve. Et force est de constater que Foerster sait y faire pour rendre les oeuvres immortelles, avec un franc-parler qui n’appartient qu’à lui et cette manière de faire tournoyer la bizarrerie. Dans cette oeuvre où personne n’est tout juste, l’authenticité et la puissance du chantre de l’étrange se révèle à nouveau. Un peu plus ?

Couverture de la première édition © Foerster

Notons, que ce mythe obsédant avait connu une autre adaptation de la part de Foerster, vingt ans plus tard, Gueule de bois. Toujours en mode Frankenstein mais avec un Pinocchio (rebaptisé Woody Woodstock) devant affronter son créateur originel, Gepetto.

© Foerster/André Taymans aux Éditions du Tiroir

Titre : Pinocchio

Récit complet

Scénario et dessin : Philippe Foerster

Couleurs : André Taymans

Genre : Drame, Fantastique, Horreur

Éditeur : Les Éditions du Tiroir

Collection : Les joyaux de l’Aventure

Nbre de pages : 32

Prix : 12€

Date de sortie : le 11/09/2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.