Petit vampire au cinéma: ou quand l’anormalité est la mesure de l’humanité

Malgré les circonstances de cette année des plus étranges, les organisateurs du FIFF (Festival International du Film Francophone de Namur) avaient pensé à tout pour que la fête du 7e Art francophone égaye aussi l’actualité des plus jeunes. Si l’adage veut que l’homme guérisse le mal par le mal, il se pourrait qu’il s’abstraie de l’étrange par ce qui est des plus étranges. Et dans ce domaine, Joann Sfar semble être le maître d’œuvre idéal.

Il y a peu, le créateur de petit vampire plaidait sur les réseaux sociaux pour que la France se donne les moyens de faire réémerger un véritable cinéma de genre attrayant. Le créateur du chat du rabbin allie donc parfaitement le geste à la parole.

View this post on Instagram

A post shared by Joann Sfar (@joannsfar) on

View this post on Instagram

A post shared by Joann Sfar (@joannsfar) on

20 ans après les débuts de petit vampire en format BD, Joann Sfar donne vie à son héros sur grand écran. Ce n’est néanmoins point la première fois que la foire aux monstres de Sfar a l’honneur d’être animée. En 2004, cette œuvre fut déjà adaptée en une série dessin animé de 52 épisodes réalisée par France Animation et diffusé par France Télévision. Elle est intégralement et légalement disponible sur Youtube.

Le passage du 9e au 7e Art est un exercice périlleux pour un univers qui a déjà connu le succès. La mission est encore plus complexe quand une première expérience fut réalisée avec brio pour le petit écran. Pourtant Joann Sfar relève le défi avec énormément de réussite. Sans trahir son œuvre initiale, il lui redonne vie sans procurer de sentiment de déjà-vu.

En mêlant monstres et pirates dans une aventure enfantine, Sfar crée une confrontation des mondes attendrissante et empreinte de bons sentiments et d’acceptation. Les thématiques que sont le sens de la famille, l’amitié, la jalousie, le rejet et les regrets sont exploités de manière subtile pour offrir une expérience, humaniste et non moraliste, qui plaira tant aux plus petits qu’aux plus grands qui n’ont pas perdu leur âme d’enfant.

Le casting vocal est digne d’un film cinq étoiles. Jean-Paul Rouve, Alex Lutz et Camille Cottin sont quelques-uns des acteurs qui ont pris la relève des artistes qui prêtaient leur voix au dessin animé des années 2000. L’animation, qui fut confiée au studio L’Enclume (dont les bureaux sont situés à Molenbeek), est très soignée et beaucoup plus fluide que celle du spectacle proposé à l’époque sur les chaînes de France Télévision.

Les musiques et les décors sont le résultat du travail d’un véritable passionné de cinéma de genre. Sans être pédant, Joann Sfar distille dans son long-métrage les notions clés nécessaires à la redécouverte de l’âge d’or du cinéma horrifique.

Sfar, sans faire de propagande, n’omet pas la place de la femme dans son récit. Tout en étant l’héritier d’un cinéma dont les codes plaçaient souvent le beau sexe dans une position d’être sans défense, ne comptant que pour son esthétique et pour redorer le caractère héroïque des exploits produits par le héros, le créateur de Petit Vampire donne une véritable importance aux femmes sans pour autant sombrer dans les dérives de la mode actuelle qui empêche de conclure une œuvre sans passer par la case de la transcendance héroïque du féminin.

Ce conte monstrueusement décalé trouve sa conclusion dans un final épique digne des grands films de cape et d’épée. Le film Petit Vampire sort en salle ce mercredi. Et, l’aventure appelant souvent à de nouvelles escapades héroïques, les éditions Rue du Sèvres ont profité de l’arrivée imminente de Petit Vampire sur grand écran pour publier une nouvelle trilogie, dont le troisième tome vient de paraître, qui permettra aux spectateurs de continuer leur voyage dans le monde des monstres de Joann Sfar.

Dernière clé de prolongation, Joann Sfar a trouvé en Laurent « Kegron » Bernasconi et Tristan Lhomme des comparses idéaux pour prolonger l’aventure de ses univers dans un jeu de rôle. Intitulé Monstres, celui-ci a été crowdfundé avec succès et devrait donc bientôt partir à la conquête de son public bédéphile ou ludophile.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.