Malgré le décès d’Eddie Van Halen, non, les Guitar Heros ne sont pas mort: Murder Falcon envoie du bois

Daniel Warren Johnson et Mike Spicer ont soigné leur partition pour nous démontrer l’alchimie qui lie le Rock et les comics.

Résumé: Le monde est menacé par une attaque de monstres, et la vie de Jack part en vrille: son groupe de rock est dissout, il n’a plus de nana et encore moins de futur. Mais ça, c’est jusqu’à ce qu’il rencontre Murder Falcon, envoyé du Heavy afin d’anéantir le mal. Mais il ne peut pas le faire sans l’aide de Jack qui déclenche ses pouvoirs avec ses accords de guitare.

Si je devais résumer ce comic book en utilisant des titres de rock, je dirais qu’on commence avec « Loser » de Beck, qu’on enchaîne avec un petit « Self Esteem » de The Offspring puis, crescendo, on arrive à l’album « S&M » de Metallica pour finir en apothéose sur « Stairway to Heaven » de Led Zepplin.

J’avoue avoir dévorer cet album. Daniel Warren Johnson a su faire le pont entre ces deux univers de prédilection que sont le comics et le métal. Et cela fonctionne du Thunder… heu du tonnerre pardon. Les « metalleux » s’y retrouvent autant que les fans de BD. Le dessin est soigné et très dynamique. Il n’y a pas de fausses notes. Les monstres et les décors sont nombreux. On a autant de scènes extérieures qu’intérieures et elles s’inscrivent parfaitement en continuité dans le scénario. Plus les créatures sont grandes, plus les décors prennent de l’ampleur et acquièrent une foultitudes de détails. Le travail de Mike Spicer sur les couleurs est tout simplement « Amazing », il transcende les simples lignes de décors et y rajoute de la profondeur ou de l’émotion. On a parfois l’impression de lire en 3D.

Le scénario est classique mais notre scénariste incorpore plusieurs histoires dans l’histoire. Un peu à la manière des matriochkas, il y a l’invasion, puis la séparation du groupe… pour enfin terminer sur le thème de la maladie. Tout est lié et fonctionne bien. On comprend bien les difficultés affrontées par notre héros et son entourage. Et on s’identifie très vite à eux et, malgré le délire visuel, les explosions, on a beaucoup d’empathie pour ces personnages qui pourraient très bien exister dans la réalité.

Je recommande ce début de série comics, en le lisant, j’avais les mélodies de mes groupes préférés dans les oreilles, tels que Van Halen, Alice Cooper, Iron Maiden et j’en passe. J’ai grandi avec le métal et cela fait du bien de le ressentir dans une bande dessinée. Mais le fait le plus marquant qui émane de ce récit, ce sont les liens qui se créent entre les êtres grâce à la musique. Ce vecteur d’émotions permet de sortir du marasme de nos vies et des coup du sort. Je tenais à rendre hommage également à Eddie Van Halen qui nous a quittés et le remercier pour toutes les émotions que j’ai pu ressentir sur ses titres.

Le Rock ne disparaitra pas tant que le dernier « Guitar Hero » sera debout.

Titre: Murder Falcon

Dessin : Daniel Warren Johnson

Scénario: Daniel Warren johnson

Couleurs: Mike Spicer

Genre: Comics/fantastique/action/aventure

Éditeur: Delcourt

Éditeur VO : Image Comics (Skybound)

Prix: 17,50€

Date de sortie: 09 septembre 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.