Meyer: la vieillesse comme naufrage, mais aussi comme parc d’attractions pour le baroud d’honneur d’un bandit

Dans les histoires de mafia, le lecteur-spectateur est souvent mis face à un héros candide, pas encore trop irrécupérable, qui fait ses premiers pas dans un monde gangrené d’argent, de violence et de pouvoir. De là viennent l’ascension et parfois la déchéance. Cette fois, sans que le procédé soit inédit, Jonathan Lang et Andrea Mutti (sous une couverture de Shawn Martinbrough, avec un revolver en guise de moustache) ont voulu fantasmer les dernières années du mafieux Meyer Lansky, contemporain de Lucky Luciano (dont Olivier Berlion s’est d’ailleurs emparé dans la série Agata). Ses derniers pas dans la mafia.

Résumé de l’éditeur : Le vieux Meyer laisse croire qu’il perd la boule dans une maison de retraite. Ainsi, il peut tranquillement régler quelques affaires en cours. Mais quand un jeune aide-soignant se retrouve involontairement impliqué, les deux compères s’embarquent dans une aventure endiablée… dont aucun des deux ne connaît la destination.

© Lang/Mutti/Szymanowicz aux Humanoïdes Associés

Dans le feu de l’action, ou plutôt son eau, c’est ainsi que commence le dernier baroud d’honneur de Meyer, à quelques noeuds d’une épave de bateau. Comme Tom Cruise ou Daniel Craig le ferait, notre bandit se détache de la chaise où il était amarré, sans qu’on lui demande ses dernières volontés, et regagne la surface. Comme dans la dernière aventure de Blake et Mortimer selon Gunzig, Van Dormael et Schuiten, Lansky approche les 80 ans mais peut compter sur la force des jeunes premiers. Le parti pris est assumé de bout en bout, Lansky est un super-papi, qui n’a pas peur de se jeter dans la mare aux crocodiles.

© Lang/Mutti/Szymanowicz

Sorti de sa maison de repos, Meyer n’a pas risqué sa vie à chaque instant où il frayait avec les requins du milieu pour mourir comme Monsieur tout le monde. D’autant plus qu’il y a encore un casse, un trésor qui l’obsède. Et une équipe à reconstituer, quitte à faire appel à un jeune paumé qui a un besoin criant d’argent et à former avec lui un vrai duo, duel parfois, de bras cassés, qu’il faudra pourtant serrer face à une horde de truands lancés à leurs trousses et une sanguinaire daronne.

© Lang/Mutti/Szymanowicz aux Humanoïdes Associés

Ne s’encombrant ni de la véracité des faits (pas de bannière « inspiré de faits réels », ici, Meyer est incarné comme un vrai héros de BD), ni de leur rationalité; les deux auteurs offrent à leur héros sa dernière chance, une prolongation pour gagner son billet vers Israël, le pays de ses origines. Andre Szymanowicz accomplit les couleurs jouant de contrastes (pour vous faire péter les phares d’un bateau de contrebande dans les yeux) et d’explosifs. Entre Miami et Floride, porté par le scénario de son acolyte, parfois un peu confus, Andrea Mutti fait dans le grand spectacle, le thriller d’action décérébré, quitte à laisser un peu de cervelle sur les coins (peut-être ce pourquoi il vaut peut-être mieux laisser son cerveau à l’entrée de cette lecture?). Si la vieillesse est un naufrage, elle peut aussi être un parc d’attractions. Sans prétention, un bon divertissement.

© Lang/Mutti/Szymanowicz aux Humanoïdes Associés

Titre : Meyer

Sous-titre : Derniers pas dans la mafia

Récit complet

Scénario : Jonathan Lang

Dessin : Andrea Mutti

Couleurs : Andre Szymanowicz

Traduction : Alex Nikolavitch

Genre : Polar, Thriller

Éditeur´VF : Les Humanoïdes Associés

Collection : H1 – Ignition

Éditeur VO : Humanoids

Nbre de pages : 120

Prix : 17,99€

Date de sortie : le 23/10/2019

Extraits :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.