Isa Python, gaiement porno et Mal Tournée: « Un conte initiatique avec du poil, drôle mais pas sinistre »

Mal tournée, pour un porno, c’est plutôt bien tourné. Au coeur de la collection Porn’Pop, Clotilde Bruneau, Isa Python et Scarlett Smulkowski en font voir de toutes les couleurs et toutes les moiteurs en tirant leur héroïne dans les affres (et les bonheurs aussi) d’une imagination infiniment lubrique et débordante. Daphné, elle, ne voit pas des nains partout mais plutôt des géants, bien membrés. Dégagé de la perversion et du voyeurisme, de la violence même, des images diffusées sous code secret et à pas d’heure, le trio d’auteures est gagnant et pertinent. Interview avec Isa, la dessinatrice, lors de la Foire du Livre de Bruxelles.

© Isa Python

Bonjour Isa, vous nous revenez avec un projet complètement décomplexé.

Oui, Mal Tournée, un album réalisé avec Clotilde Bruneau avec qui j’avais déjà travaillé sur d’autres albums (NDLR. Le Petit Prince). Nous avions sympathisé et nous sommes repartis sur ce projet.

© Bruneau/Python/Bussi/Lambin chez Glénat

Le genre d’album dont certains diront qu’il ne faut pas le mettre dans toutes les mains. C’est du porno ?

C’est la question: est-ce une BD porno ? Oui, sans aucun doute. Mais pas au sens pornographique comme on l’entend. Avec Clotilde, nous voulions nous dégager du malsain, du triste, de cet aspect guerrier et violent. De la nudité, même. C’étaient mes conditions. Et Scarlett, la coloriste, avait les mêmes revendications.

© Isa Python

Et ce qu’elle a fait, qu’est-ce que c’est beau ! Mais, c’est triste, Scarlett n’est pas à mes côtés pour les interviews, les dédicaces. Les coloristes ne sont jamais invités. Nous pourrions faire du bon boulot à deux.

©Bruneau/Python/Scarlett chez Glénat

Quelle est la genèse de ce projet ?

Le directeur de collection est venu nous trouver et nous proposer ce projet. Clotilde en a tiré un scénario irrésistible, très libre, ce qui m’a plu et m’a entraînée dans une réelle récréation. La représentation qu’on se fait du porno revient souvent à imaginer des femmes qui ont peu besoin de leurs vêtements. C’est la grande tendance dans cette industrie. Sauf qu’ici, dans Mal Tournée, il n’y a aucune raison que ça arrive à Daphné, notre héroïne. Sauf qu’un jour, un lendemain de veille, le sexe déboule gratuitement dans sa vie.

© Isa Python
© Isa Python

Car tout devient sujet à interprétation, forcément libidineuse.

C’est un conte de fée avec du poil. Les contes de fée, ça s’adresse aussi aux parents. Il y a dans Mal Tournée!, un côté initiatique, imaginant combien la vie peut être cruelle et qu’il faut parfois accepter l’échec.

© Isa Python

Quelqu’un a lu ces pages avant parution ?

Mon mari les a vues et il voulait les garder rien que pour lui ! Bon, il a quand même attendu que j’aie fini, il n’aime pas lire petit à petit. Il a donc lu l’album, une fois le dessin terminé, et ça lui a beaucoup plu. Notamment, pour ce côté libre dont je parlais.

© Isa Python

Aussi dans la manière de créer ?

Un scénario, à la base, c’est un nombre de cases prédéfini. Cette fois, sans cadre fermé, je me suis amusé à faire autrement, le processus était souple et spontané. Avec le feu vert de Clotilde, j’ai fait les choses à ma façon.

©Bruneau/Python/Scarlett chez Glénat

La collection dans laquelle s’intègre cet album s’intitule Porn’Pop.

Le pop, c’est important. Une telle entreprise devait être drôle, pas sinistre. Une fois qu’on ouvre la porte, ça part dans tous les sens. Dès que notre héroïne touche une poignée, celle-ci se métamorphose dans son esprit. Elle est seule avec son fantasme et le problème que celui-ci peut devenir.

© Isa Python
© Isa Python

On s’est tous pris un jour un moment à prêter significations aux nuages.

Oui, ça arrive dans la vraie vie. Je sais que des gens se sont amusés, par exemple, à compiler les logos et travaux de graphistes malheureux, ambigus. Sans que les créateurs n’aient réfléchi au double-sens que cela pouvait provoquer. Mais on s’imagine des choses aussi en se promenant dans la rue. À proximité de la forêt de Fontainebleau, je sais qu’il y a un rocher en bord de route, une sorte de borne, avec une forme bizarre. Il m’interpelle toujours.

© Isa Python

Dans notre album, nous voulions conserver un côté familier, drôle, léger… mais ne convenant pas forcément aux enfants. Remarquez, il n’y a rien de malsain. Mais c’est le genre d’album devant lequel les gens adoptent une attitude prudente. Parce que la sexualité reste quelque chose de réservé, qu’on n’étale pas en toutes circonstances. C’est quelque chose d’intime. Mais le décomplexer, ça peut être très drôle.

Nous, humains, avons un problème avec la nudité ?

En tout cas, elle n’est pas naturelle sinon humaine. Les autres habitants de la Terre ont des poils, de la fourrure, des écailles. Nous, pour courir, on doit se cacher. La nudité est liée à un aspect de découverte. Je me souviens avoir été éblouie la première fois que j’ai vu un homme nu. C’est comme au cirque.

© Isa Python
© Isa Python

Dans Mal Tournée, la nudité est exacerbée. Bien malgré elle, Daphné la perçoit comme une agression visuelle. Comme un lapin qui serait pris dans la lumière des phares d’une voiture.

Quelles sont vos attentes par rapport à un tel album ?

Je suis souvent impatiente à la sortie de mes albums. Ici, je l’étais encore plus. Je suis impatiente de voir comment les lecteurs vont recevoir cet album. Bon, j’ai déjà eu un aperçu avec mes voisins. J’ai été dénoncée. Du coup, ils étaient au taquet. Lors d’une fête, tous m’ont demandé quand il sortirait, ils étaient enthousiastes. Sur ma table de la foire du livre, je n’ai vu qu’un seul Monsieur ouvrir l’album et repartir aussi vite.

© Isa Python

En librairie, ne risquez-vous pas de souffrir d’une mauvaise visibilité ?

Des fois, nous ne sommes même pas placées du tout ! À la librairie de Fontainebleau, Mal Tournée est en hauteur, hors d’atteinte. Pour ne pas que les enfants puissent attraper, mais personne ne saurait! Donc, à part pour les gens qui s’intéressent à ce que je fais, il va être difficile de mettre la main dessus. Pourtant, c’est bien d’une attitude naturelle dont il s’agit dans cette histoire. On ne s’installe pas devant comme un pervers pépère, la goutte au nez !

© Isa Python

Comment crée-t-on la couverture d’un album comme ça ?

En plusieurs essais. Pour les Éditions Glénat, il était impensable de dessiner une bite sur la couverture. Du coup, certains de mes projets ont été écartés – je les expose sur mon stand – et je me suis orientée sur des dessins plus neutres. Bon, ce n’est pas trop grave.

Dans cette collection, on retrouve Céline Tran, mieux connue comme porn-star sous le nom de Katsuni.

Elle était très présente et impliquée lors des réunions de travail. Elle veille au côté artistique de la chose. Sur son blog, elle parle de la collection, s’entretient avec les auteurs.

Quel est le principe de cette collection ?

Je crois qu’il s’agit de rafraîchir et rajeunir le porno, dont la dénomination implique trop souvent des choses explicites. Il s’agit aussi de faire intervenir des auteurs qui ne sont pas spécialement connus pour des travaux dans le domaine de l’érotisme. La volonté de Glénat est de se dire que tout le monde peut réussir.

© Isa Python
© Isa Python

La suite pour vous ?

C’est une histoire de complot dans la ville de Semur en Auxois, en Bourgogne. L’action se passe au XVe siècle, alors que Louis le onzième n’est pas encore roi de France. Le scénariste de cet album est romancier, il s’appelle Marc Rey et c’est sa première expérience en BD. Nous travaillons avec les éditions de la Muse et une personne attachée au patrimoine de Semur et de la région.
En dehors de ces projets, j’ai publié en auto-édition quelques albums, sur ma région, mes expériences vécues en festivals, et plus récemment, sur le regard qu’on porte sur les femmes artistes, toujours par le biais de ma propre vie.
En ce moment, je termine un petit format sur le confinement (j’y parle d’ailleurs de Bruxelles, dernier salon avant le chaos !) mais avec mon boulot, ça traîne un peu ! Cette BD sortira peut-être au prochain confinement…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour le reste, je réalise des illustrations historiques et scolaires pour Nathan.

Une lecture érotique à nous proposer ?

Epoxy de Jean Van Hamme et Paul Cuvelier. Cuvelier, c’est un vrai mec. Au-delà de la représentation hétéro-sexuelle, son art est prodigieux sur cet album.

© Van Hamme/Cuvelier

Titre : Mal tournée

Récit complet

Scénario: Clotilde Bruneau

Dessin : Isa Python

Couleurs : Scarlett Smulkowski

Genre: Erotisme, Humour, Surréalisme

Éditeur: Glénat

Collection : Porn’pop

Nbre de pages: 112

Prix: 19,95€

Date de sortie: le 19/02/2020

Extraits: 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.