L’été à Kingdom Fields, nous ne le verrons pas, mais Jon McNaught en montre toutes les nuances

Alors on regardait les bateaux
On suçait des glaces à l’eau
Les palaces, les restaurants
On ne faisait que passer d’vant
Et on regardait les bateaux
Le matin on se réveillait tôt
Sur la plage pendant des heures
On prenait de belles couleurs

(Pierre Grosz/Michel Jonasz)

© Jon McNaught chez Dargaud

Au vu des circonstances, nous n’irons certainement pas à Kingdom Fields, petite ville côtière imaginaire et sauvage peuplée de mouettes, de corbeaux et de touristes, cet été. Tant pis. Pour nous mettre du baume au coeur, l’Anglais Jon McNaught a fait le voyage et nous en a ramené la teneur, la splendeur, la lenteur, la langueur formidables. Dans l’art de ne rien raconter et de raconter tout à la fois.

© Jon McNaught chez Dargaud

Résumé de l’éditeur : Une famille part pour un séjour dans un camp de bungalows sur la côte britannique. Les décors familiers à tout à chacun défilent : autoroute, stations-services, falaises sur la mer, musées décrépits, boutiques pour touristes, absence de réseau, visite à la lointaine famille, amitiés estivales. Jon McNaught met des mots et des images sublimes sur le rythme de la nature, le temps qui passe, l’adolescence, l’ennui et la beauté des vacances d’été avec un talent unique : transformer l’ordinaire en extraordinaire.

© Jon McNaught chez Dargaud

35 cases sur une page plus petite que le format classique, tel est le gaufrier dont Jon McNaught use à certains moments du rendez-vous estival qu’il nous fixe. C’est dire l’aventure graphique, immobile mais sensitive qui nous attend en compagnie de Suzie, Andy et leur maman. Ça se mérite, avant d’atteindre le lieu de villégiature, il faut se farcir la route et ses colonies de voitures, le fast-food, le soleil et puis la pluie. Heureusement, Andy a sa console et les bornes d’arcade qu’il trouve sur l’aire de repos. Parce qu’on va vite le voir, la côte, la mer, les couchers de soleil et la vie en trio familial, ce n’est pas sa tasse de thé.

© Jon McNaught chez Dargaud

Lui, ses rêves sont portés sur l’action, les balles sifflantes et tonnantes, la violence sur les écrans… Andy est perdu dans ce monde où la nature a su garder le dessus sur le paysage de cartes postales envahis de plaisanciers. Sa soeur et sa maman feront ce que bon leur semble, Andy, lui, va vagabonder, jouer les sniper visant, pour de faux, les amoureux de la playa. Il faut tuer le temps.

© Jon McNaught chez Dargaud

Cet album de BD aurait pu faire facilement le double de sa pagination, 104 pages, tant Jon McNaught y amène une quantité d’images et de tableaux folle. C’est comme ça qu’il joue sur le rythme de lecture, sans l’étouffer de texte (finalement peu présent et balançant entre passages en anglais et d’autres traduits, pour ne pas désacraliser cette oeuvre forte en sensations), allant chercher les détails, et jouant, au coeur du gaufrier on ne peut plus classique, avec la grandeur des cases.

© Jon McNaught chez Dargaud

L’été à Kingdom Fields, c’est comme un clip qui aurait été découpé image par image et mis sur la table, découpant les mouvements et optant pour des couleurs tranchantes, des aplats doux et d’autres des éclairs zébrant le papier. À l’heure où l’enfance grandit et ne sait plus trop où aller avec une connexion internet ramollie, où la distance s’installe avec les autres membres de la famille, Jon McNaught prend le temps de la réflexion et de l’exploration, des souvenirs, de la tendresse, de la rudesse, des aspirations et des inspirations. Avec toujours la mer pour rappeler le terrain « vagues » qu’il faut nourrir de projets, se laissant porter par le courant ou y résistant. L’oeuvre de McNaught est totale tout en restant incomplète pour mieux laisser le lecteur y mettre ses envies, ses émotions, ses ressentis.

Titre: L’été à Kingdom Fields

Récit complet

Scénario, dessin et couleurs : Jon McNaught

Traduction : Nora Bouazzouni

Genre : Drame intimiste, Roman graphique

Éditeur: Dargaud

Éditeur VO : Nobrow

Nbre de pages : 104

Date de sortie : le 31/01/2020

Extraits : 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.