La cour des miracles assiégée mais déchaînée dans le Paris des brutes

Didjeu qu’elle est badass, cette couverture. Julien Maffre fait du Ronan Toulhoat et ça crache le sang à tout va. Alors qu’on attendra encore un nouvel opus de Stern, le dessinateur continue de revisiter La cour des miracles en compagnie de l’excellent Stéphane Piatzszek. Un deuxième livre toujours aussi palpitant, avec des moments de latence pour mieux se réorganiser et de grands moments déchaînés.

© Piatzszek/Maffre/Durandelle chez Quadrants

Résumé de l’éditeur : Les gueux n’ont jamais été aussi nombreux à Paris tant l’état économique du royaume est catastrophique. Le Lieutenant Criminel La Reynie, qui a emprisonné Anacréaon à la prison du Châtelet, entreprend d’éradiquer toutes les cours des miracles que compte la capitale. Leur roi neutralisé, les gueux décident d’élire leur nouveau chef et convoquent la canaille pour une élection secrète en Vendée. La Marquise, redevenue une voleuse solitaire, s’en prend aux soldats dès qu’elle le peut. Elle finit par tuer un mousquetaire…

© Piatzszek/Maffre/Durandelle chez Quadrants

Les principaux protagonistes du premier tome sont au mieux morts, au pire arrêtés et mal en point. Autant dire que la saga pourrait tourner court. C’est sans compter les capacités de rois de l’évasion Piatzszek et Maffre qui n’ont pas leur pareil pour redistribuer les cartes (le fou et le joker en tête) et donner les bons pour les nouveaux départs… pour faire pareil en pire quand on connaît le roi des gueux et sa progéniture. Même si toutes les petites affaires sont en sursis, les mousquetaires cherchent l’entrée de la cour, jusqu’ici introuvable. Le siège de la ville dans la ville ne saurait tarder.

© Piatzszek/Maffre/Durandelle chez Quadrants
© Piatzszek/Maffre/Durandelle chez Quadrants

Carcéral ou à ciel ouvert, ce deuxième tome part dans d’autres directions que son prédécesseur et explose l’action pour suivre la Marquise et son père déchu et bien mal parti. De quoi rythmer un tome bruyant (Julien Maffre a sa façon bien à lui et déchirant le papier pour faire parvenir le son à l’oreille du lecteur) qui se termine dans un affrontement final de cape et d’épée grandiose.

© Piatzszek/Maffre/Durandelle chez Quadrants

C’est épique. Du très grand divertissement historique et jubilatoire. Dont, une nouvelle fois, la psychologie des personnages, marqués au fer et à la cisaille, ne sortira pas indemne. Laure Durandelle fait un travail magnifique pour éclairer la nuit sans sources de lumière sinon la Lune qui se couvre les yeux pour ne pas être témoin du massacre.

© Piatzszek/Maffre/Durandelle chez Quadrants

Série : La cour des miracles

Livre : 2 – Vive la reine

Scénario  : Stéphane Piatzszek

Dessin : Julien Maffre

Couleurs : Laure Durandelle

Genre: Historique, Aventure

Éditeur: Soleil

Collection : Quadrants

Nbre de pages: 64

Prix: 15,50€

Date de sortie: le 22/01/2020

Extraits : 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.