HOMMAGE À CHRISTOPHE| À l’heure bleue, dessins, musiques et paroles font la part belle à l’étincelant bizarre, à l’immortel Bevilacqua

Comm’si la terre penchait… du mauvais côté. Jeudi, à l’heure du lever pour le Beau Bizarre, un peu après 18h, il a émergé et est parti, pas dans la direction qu’on espérait. Comme un interdit, it must be a sign. Christophe a rejoint les étoiles qu’il avait pris l’habitude de fréquenter à toute heure de la nuit.  Depuis Brest, et ses tonnerres, pour une dernière fois tremper les Mots bleus d’un Océan d’amour, depuis la plage désertée, où l’on avait dessiné un nom, pour qu’il revienne. La mer qu’il avait entendu, plonger dedans de manière ultime, danser parmi les sirènes, qui l’entraînent vers les profondeurs du mystère d’une existence capable de donner du sens à d’autres. Et une bande-son. Comme au cinéma puisqu’il en faisait de chaque note.

À lire aussi | Christophe a troqué le crépuscule contre l’aurore du grandiose au Cirque Royal

Christophe, c’est sans doute pour moi la perte la plus dure à encaisser pour mon coeur cultureux. Avant, il y avait eu Delpech, dans un autre genre, toujours celui où il faut creuser au-delà des tubes pour trouver des trésors. Mais Christophe… C’est le ptit gars qui avait toujours un coup d’avance, qui mettait les jeunes à l’amende là où les chanteurs de son âge recyclent en général les vieilles recettes.

En guise de recettes, le dernier Bevilacqua avait des formules magiques. On l’aurait bien vu en Albus Dumbledore, dans une autre histoire, même si son dernier rôle, offert par l’inénarrable Bruno Dumont lui allait comme un gant, avec quelque chose de christique, même ange sale.

Christophe était un magicien, un chercheur… De ceux qui cherchent pour ne pas trouver, de quoi renforcer le rapport intime et obsessionnel à la musique, de quoi prolonger le plaisir. Pourtant des trouvailles, il y en a eu. Au-delà des tubes que les radios ressassent depuis hier. Depuis que je l’ai rencontré par chaîne hi-fi interposée,  il y a quelques années (je suis jeune, mais j’avais l’impression que ce dandy rock était jeune à jamais, peut-être plus que la majorité des jeunes), je ne pouvais m’empêcher de réécouter en boucle des titres comme Mal Comme, Nuage d’or, Un peu menteur, It must be a sign, Comme un interdit, puis est venu Dangereuse, Tangerine et deux albums de duos remarquables.

Oui, Christophe, indomptable, intraquable (qui nous dit d’ailleurs que sa révérence n’était pas l’occasion de s’enfuir au volant d’une italienne sur une île où seraient Elvis, Robert Johnson et autres James Dean ? Et Bashung… dire que même Arman Méliès et son féroce tueur à gages n’avaient pas su avoir sa peau…) Son dernier coup d’avance? On aurait préféré qu’il attende encore un peu. Mais, je suis sûr que dans ses coffres, il doit y avoir des inédits pas piqués des vers, pour d’autres heures de bonheur. C’est un incroyable réinventeur qu’on perd ici, comme il y en a si peu à l’heure formatée. Stephan Eicher, notamment, mais aussi Olivier Terwagne et Daan par chez nous. Quelques autres, aussi. Et des dizaines d’héritiers,  parmi lesquels Raphaël, Julien Doré, Pascal Obispo, Juliette Armanet.

Mais en un seul coup, tout s’appauvrit, pourtant on a pas encore épuisé la profondeur de ses vertiges, ses vestiges. La preuve, les hommages se succèdent depuis hier, tous azimuts. J’ai tenté de les regrouper ici. Avec Kent, Axel Bauer (qui s’est relevé de la nuit), Manu Lanvin, Jean-Michel Jarre, M, Nicolas Reyes, Jean-Louis Aubert, Francis Cabrel…

View this post on Instagram

Nous n’avons pas les mots. De notre petite échelle, de notre petit appartement, de toute cette inspiration qu’il nous a donné et nous donnera toute notre vie, on lui offre aujourd’hui notre petit hommage pour ce si grand artiste. Aujourd’hui Simon le reprend en chanson et moi le garde à jamais sur papier. Merci Christophe de nous avoir bercé, fait chanter, fait sourire, fait pleurer, fait danser, fait vivre. Pour toujours. 🤍🕊 🎵Christophe – Dangeureuse – extrait repris par mon talentueux Simon 💜 #christophe #forever #illustration #procreate #graphicdesign #sketchoftheday #creative #drawingoftheday #digitalwork #procreateart #music #duocreative #aurevoir #paris #digitalart #digitalartwork #gradient

A post shared by • | Bobette Creative (@bobettecreative) on

https://www.instagram.com/p/B_HBdInjsmb/

View this post on Instagram

Salut l artiste.

A post shared by L’ORACLE EN CHAUSSETTES (@l_oracle_en_chaussettes) on

© Terreur Graphique
© Patrick Lacan
© Patrick Lacan
© Zac Deloupy
© Walter Minus
© Philippe Luguy
© Stéphane Oiry
© Sintès

© Serge Dehaes
© Ralph Meyer
© Plantu
© Patrick Lacan
© Patrick Lacan
© Man
© Maester
© Laurent Lolmède
© J-Psy
© José Corréa
© Hubert PB
© ENki Bilal
© Christophe Blain
© Charles Berbérian
© Caroline Sury

Bref, oui, le vent d’hiver souffle en avril, mais comme on le voit, il transporte mille émotions, mille ressentis, autant d’interprétations différentes, pour bâtir le mythe Christophe longtemps après sa mort. Respect l’artiste. C’était vraiment la Dolce Vita.

L’infini je sais

C’est presque rien

Et ça se finit

Au p’tit matin

Mais l’infini tu sais

C’est déjà bien

C’est toute la nuit

Et puis plus rien…

(Parle lui de moi)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.