Du psychologique et des peurs qu’exploite allègrement Sebastian Fitzek

Un roman psychologique, c’est toujours une expérience différente. Il joue sur les ressorts de l’angoisse, les interrogations et les limites personnelles des personnages. C’est exactement ce que propose Sebastian Fitzek avec Siège 7A. Un roman qui alterne le huis clos d’un avion et le calvaire d’une jeune femme enlevée sur le point d’accoucher. Un roman qui utilise tous les ressorts de l’angoisse, de la tension et de la montée sous pression.

« Il existe une arme létale que chacun peut embarquer sans encombre à bord d’un avion. Aucun contrôle au monde ne peut la détecter…

Un vol de nuit Buenos Aires-Berlin.

Une passagère fragile psychologiquement.

Un psychiatre contraint à la manipuler afin de provoquer le crash de l’appareil. A défaut, sa fille, la seule famille qu’il lui reste, mourra… »

Avion, Battant, Ciel, Nuage, Nature, Tempête

Phobique de l’avion s’abstenir. Mais quel calvaire cela doit-il être de se confronter à cette lecture si l’on souffre soi-même de cette peur qu’est celle de l’avion.

Parce que notre bon docteur Mats Krüger en souffre lui. Psychiatre de formation, il a quitté l’Allemagne pour l’Argentine, il y a quatre ans. Il est parti en bateau, pour fuir un passé auquel il ne veut pas repenser. Mais il a laissé sa fille Nele seule à Berlin et, maintenant, elle va accoucher. Il a reçu un SMS le prévenant qu’elle se rendait à la maternité. Alors, il n’a pas le temps pour une nouvelle traversée des océans en bateau. Il doit de résoudre à monter à bord d’un avion pour un vol de plus de 18 heures. Une éternité.

Il a d’ailleurs réservé plusieurs sièges, en fonction du degré de sûreté de ces derniers et de statistiques qu’il est sans doute le seul à avoir étudié. Malgré sa préparation intellectuelle, psychologique et matérielle, rien ne va se passer comme prévu.

Plan, Voyage, Explorer, Découvrez, Ciel, Aile

À l’embarquement d’abord, une passagère, jeune mère est complètement désabusée. Au bord des larmes, elle s’inquiète de devoir vivre ces longues heures de traversée sans un seul endroit pour poser son bébé. Elle avait pourtant réservé un berceau mais il y a eu une erreur et la voilà bien démunie, en classe économique, avec des hommes bruyants autour d’elle… Mats est tellement sensible à sa cause qu’il lui propose son siège le plus confortable, celui de la classe affaire, le 7A.

Puis, au moment de s’asseoir, il réalise qu’un homme est endormi là où il pensait prendre place. Il avait pourtant tout anticipé. C’est, d’après ses calculs, le siège le plus sécurisant pour cette première phase du vol. Il va devoir prendre celui d’à côté. Et son voisin de droite qui lui fait la promotion des somnifères…. Si seulement il pouvait lui aussi accepter le lâcher prise. Mais la boule de feu et d’angoisse qui lui enserre la poitrine ne fait que croître.

Rouille, Boulon, La Porte, Fermé, Fer, Porte D'Entrée

Et quand son téléphone sonne quelques minutes après le décollage, il est au paroxysme de l’anxiété. Il est à deux doigts de faire un malaise tellement cette situation l’insupporte. Mais il décroche en espérant que cette conversation va l’aider à se calmer… Et c’est le pire qui s’annonce. Un ravisseur l’informe que Nele vient d’être enlevée et qu’il a dix-huit heures pour user de ses talents de psy afin de réactiver le traumatisme d’une ancienne patiente présente à bord.

Les minutes vont alors défiler sans même s’en apercevoir et le psychiatre va renier son serment d’Hippocrate pour tenter de sauver sa fille et le bébé qui va naître. Les chapitres sont courts et alternent le huis-clos de l’avion où la tension et la pression sont maximales, une enquête en Allemagne, menée par une ancienne collaboratrice de Mats – Féli – pour retrouver sa fille et la situation de Nele, dont les contractions annihilent toute possibilité de fuite et qui essaie de mettre au monde un bébé, enfermée dans une ancienne étable.

Château, Verrouillage De La Chaîne, U-Lock, Porte

Le livre est bien construit, les chapitres sont découpés afin de permettre une montée en tension. Puis, quand un événement, un retournement, s’annonce, alors on change de situation, de protagoniste, de pays. Bref, Fitzek construit son récit pour faire durer le suspense.

Alors pourquoi je ne fais pas wouaw ? Parce que les pensées des personnages sont trop explicitées. Le narrateur omniscient ne nous laisse que peu de latitude pour nous faire une opinion et que parfois, j’ai trouvé quelques réflexions de psychologie de comptoirs.

Mais surtout pour cet épilogue désarmante qui brise tout. Parce que lorsqu’on pense avoir enfin compris cette histoire, on tourne les dernière pages et on est soufflé ! Certains adoreront, seront époustouflés et trouveront cela extraordinaire… En ce qui me concerne, que ce soit dans des films ou dans des livres, ces fins-là ne me séduisent pas. 

Mais reconnaissons que ce récit est extrêmement bien construit et qu’il est riche en rebondissements de qualité. Qu’il est un peu comme un serpent qui s’enroule autour de votre cou et vous prive progressivement d’oxygène. On suffoque. Il pourrait servir d’exemple à la définition du thriller psychologique.

Auteur : Sebastian Fitzek

Titre : Siège 7A

Editions : L’Archipel Suspense

Sort le 4 mars 2020

Nbre de pages : 377 pages

Prix : 22 €

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.