Pas de pitié pour les indiens, pas de panique pour l’enfance hors-la-loi et sans limite !

Valeur sûre du catalogue Futuropolis, Nicolas Dumontheuil, après de grandes aventures, revient au plus près de chez lui dans un album mêlant souvenirs d’enfance et de bêtises fantasmées. Avec pas de pitiés pour les Indiens, l’auteur chronique l’enfance hors-la-loi et sans souci… jusqu’au jour où il y en a. En douze chapitres et nonante pages.

Résumé de l’éditeur : 1976. Un petit village de 400 habitants dans le sud-ouest de la France. Ici, le curé et les fermiers côtoient les quelques hippies qui sont venus s’installer en communauté. C’est surtout le terrain de jeu de Jean, 8 ans, et de ses copains Titi et Jules. Insouciants, ils font péter des bouses de vaches et jouent aux cows-boys … jusqu’au jour où une de leurs bêtises coûte la vie à un fermier…

© Dumontheuil chez Futuropolis

Il y a quarante ans, qu’il faisait bon être insouciant. Pas de coronavirus et d’autres sueurs nourries par les médias, c’était un autre temps, un autre monde, une autre France. Quand la vie des mômes n’avait pas d’écran pour étancher la soif d’aventure et qu’il fallait sortir dehors, cavaler et s’inventer des rôles, de cowboys plus que d’indiens.

© Dumontheuil chez Futuropolis

Jules, Titi et Jean étaient comme ça, repoussant les limites autorisées par les parents, faisant sauter les bouses à la dynamite pour mieux s’en prendre plein la tronche. Le trio boit aussi des coups avec les deux frères Ardaillou, vole aussi un peu d’argent pour s’attirer les bonnes grâces de Manitoba, l’idole planquée dans une grotte dont ils gardent le secret. En dehors de cette bulle aventureuse et modelable au gré de l’envie de ces gamins, les grands, eux, ont d’autres chats à fouetter, des étrangers à discriminer et le nucléaire à combattre.

© Dumontheuil chez Futuropolis

Jusqu’au jour de l’accident. Celui-là même qui va amener Jules, Titi et Jean à culpabiliser, à perdre de leur innocence, à se sentir indien face à des cowboys qui pourraient leur faire la peau et les mettre en prison.

© Dumontheuil chez Futuropolis

Avec ses couleurs pleines de vie et d’envie, Nicolas Dumontheuil livre un récit où l’action se trouve au coin de la rue. Dépeignant la société d’alors selon la vision de petits gars pas plus haute que trois pommes, l’auteur pèche parfois à vouloir trop en mettre. Et les chapitres qui découpent ce récit sont un peu artificiels, cassant le rythme inutilement. Ce n’est pas un mauvais album pour autant, loin s’en faut, il est bourré de charme et de cocasserie. Le dessin de Nicolas Dumontheuil est toujours autant haut en couleur et énergie. Pittoresque.

© Dumontheuil chez Futuropolis

Titre: Pas de pitié pour les Indiens

Récit complet

Scénario, dessin et couleurs : Nicolas Dumontheuil

Genre: Comédie dramatique

Éditeur: Futuropolis

Nbre de pages: 88

Prix: 19€

Date de sortie: le 08/01/2020

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.