Antoine Hénaut, moderne et intemporel, émouvant et terriblement divertissant

De manière homophone, il porte le nom de sa province, le Hainaut. Enfant du cru, Antoine Hénaut entame 2020, à 33 ans, en publiant déjà son quatrième album. Cet artiste, pour moi, c’est avant tout un rendez-vous manqué, un premier tube à large audience (La vie s’écoule, peut-être justement trop bassiné à l’époque) qui était entré par une oreille pour mieux ressortir de l’autre. Une arrivée tardive à Scène-sur-Sambre qui m’avait fait louper la prestation de ce qui m’a l’air d’être une bête de scène. C’est un tout autre personnage que j’ai découvert avec Par Défaut, onze titres au style particulier, audacieux, pour un cousin musical d’un Mickey 3D par exemple.

Cet album, il a été principalement enregistré au Grenier de Maman. Et ce n’est peut-être pas un hasard tant il a le charme des jolies choses qu’on dépoussière pour s’en saisir. Antoine Hénaut a une manière de faire de la musique (principalement en compagnie du multi-instrumentiste Jérôme Hiernaux) quasi-ancestrale. Avec des mécanismes qu’on entend, des bruitages hors-du-temps (Les filles sages, le très bien trouvé et troussé Menteur à gages). Par défaut, c’est un numéro de cirque par la force d’une voix délicatement posée, sans trop de voltige, et de partitions équilibristes. Entre sérieux et humour, selon une marque de fabrique déjà testée et réapprouvée dans le fanfaronnant Le Copain (en compagnie de la Royale Fanfare Communale d’Huissignies). Il y a contre toute attente un côté Patrick Sébastien qui aurait appris la finesse.

Dans son plus petit cabaret du monde, Antoine sait aussi se faire tonitruant avec des purs moments de guitare héroïque (l’excellent Pain bénit qui se termine en transe), accompagné de frénésie pianistique et accordéonique), acérée.

Enchanteur, Antoine Hénaut aime aussi les formules magiques, comme sur À table qui dévoile un peu plus tout le bonheur qu’à l’auteur à se saisir de quelques pincées de mots pour se jouer d’eux et les cuisiner pour qu’ils sonnent à sa manière. En amoureux des lettres. Cet amour, il se sent et se ressent, avec ce qu’il faut de bourrasques musicales pour rendre palpitante l’écoute de cet album un peu inclassable, mais tout autant incassable. À la fois moderne et intemporel. À la fois émouvant et terriblement divertissant, par défaut est sans défaut.

À découvrir live, les 13 et 14 mars à la Salle René Magritte de Lessines.

Antoine Hénaut

Par défaut

11 titres (+ une piste cachée)

39 minutes

62 TVRecords

Sortie le 17/01/2020

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.