Saison One 2.0, venez applaudir votre série TV au théâtre !

Imaginez une pièce de théâtre qui vous parle d’une série télé qui serait basée elle-même sur la vie quotidienne d’un théâtre mais qui se déroule par épisode comme dans une sitcom… Vous me suivez ? C’est le défi que nous propose Saison One 2.0 qui se joue actuellement au Théâtre de la Toison d’Or jusqu’au 18 janvier 2020.

Lorsqu’on pousse la porte du TTO, on sait généralement ce qu’on vient y chercher. Ici, rares sont les tragédies, les drames, ou l’interprétation de grands classiques du répertoire théâtral, la majorité de la programmation vise à générer la bonne humeur souvent par le biais de créations, et à vous faire passer une soirée de détente. Avec des pièces comme Saison One 2.0 le Théâtre de la Toison d’Or reste dans cet ordre d’idée pour le plus grand bonheur de nos zygomatiques.

Faisant suite à une première création intitulée tout simplement Saison One et créée en 2007, cette saison 2.0 nous replonge dans ce petit monde théâtral pour quatre épisodes de 26 minutes proposés en deux parties entrecoupées d’un court entracte.

L’idée est sympa, mais le résultat est il à la hauteur de nos attentes ?

Dans un décor simple qui représente plusieurs lieux différents (bureau du directeur, salle de répétition, vestiaire), nous retrouvons les personnages d’un petit théâtre belge, fragiles, passionnés, névrosés, mais au final attachants. Rien à dire concernant les comédiens tous efficaces dans leurs rôles respectifs avec une mention particulière pour Emmanuelle Mathieu, irrésistible dans son rôle de metteuse en scène déjantée, et pour Pierre Poucet, le directeur un peu coincé, décidément à l’aise dans bien des registres différents. Autour d’eux on retrouve un jeune comédien prodige sorti du conservatoire campé par François Heuse, un comédien tourmenté en fin de carrière joué par Frédéric Nyssen, une costumière amoureuse de son patron sous les traits de Catherine Decrolier et la secrétaire multi-fonctions de celui ci interprétée par Martine Willequet.

L’écriture de Marie-Paule Kumps et de Bernard Cogniaux se veut simple et efficace, parodiant l’univers des série tv comme Friends, Hélène et les garçons ou Premiers baisers, pour n’en citer que quelques-unes qui font référence. Néanmoins si l’effort est louable, le résultat est inégal. Durant la première partie, la trame peine à s’installer, et la pièce a du mal à démarrer souffrant de certaines longueurs. Les choses s’arrangent ensuite dès l’arrivée de la pétillante et excentrique metteuse en scène qui redonne du rythme au spectacle qui se met alors en place et on rit de bon coeur aux répliques et bons mots croustillants qui émaillent les savoureux dialogues entre les personnages. Situations loufoques et burlesques peuplent alors la suite de ces quatre épisodes entrecoupés d’inserts musicaux et de plans « arrêts sur image » de quelques secondes sur les comédiens, comme dans les génériques des séries télé.

Saison One 2.0 n’est donc pas une pièce parfaite, mais qu’importe, elle reste néanmoins une excellente comédie amusante sur la vie mouvementée d’un théâtre qui prépare sa prochaine saison et doit faire face aux aléas financiers et artistiques que rencontrent bien des institutions vouées à la culture. Et comme tout ça se passe dans la bonne humeur au prix d’un humour efficace et bon enfant, je ne peux que vous recommander la vision de cette pièce pour bien terminer ou commencer l’année avec un sourire aux lèvres.

Jean-Pierre Vanderlinden

SAISON ONE 2.0

de Marie-Paule Kumps et Bernard Cogniaux

Mise en scène : Marie-Paule Kumps et Bernard Cogniaux

Avec Catherine Decrolier, Emmanuelle Mathieu, Frédéric Nyssen, Pierre Poucet, Martine Willequet, François Heuse

Scénographie : Anne Goldschmidt

Costumes : Laurence Van H

Création lumières : Gaëtan Vandenberg

Décor sonore : Laurent Beumier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.