Faites une folie, allez savourer l’écriture incisive et percutante mais toujours éminemment moderne de Sacha Guitry, à La Comédie Claude Volter

Entre La Comédie Claude Volter et l’oeuvre de Sacha Guitry, il y a une indéniable histoire d’amour. Depuis 1968, Claude Volter le fondateur, monta, joua et mis en scène dix huit pièces de Guitry qu’il considérait comme son maître. Il n’est donc pas étonnant de retrouver Une Folie, en cette fin d’année à l’affiche du théâtre aujourd’hui dirigé par Michel De Warzée.

Guitry était un homme d’esprit qui mettait en exergue dans ses pièces un franc parlé et une liberté de ton qui gardent encore aujourd’hui un caractère intemporel. Non seulement, ses idées étaient en avance sur son temps, mais son audace sans concession renversait les barrières imposées par les bons penseurs.  Observateur attentif, critique acerbe et parfois désabusé, il prônait la tolérance et la liberté. Et il aimait les femmes, malgré une misogynie latente que ses détracteurs lui reprochaient souvent, même si elle était doublée d’humour, et d’une certaine tendresse. Guitry se maria cinq fois, toujours avec des actrices, et eut aussi de nombreuses liaisons qui alimentèrent en sujets la plupart de ses pièces.

Avec Une Folie, l’auteur se pose la question : mariage ou divorce ? Dans un style ciselé parfois à la limite du burlesque mais toujours agrémenté de bons mots, l’auteur permet à ses comédiens de s’en donner à coeur joie avec quelques moments de bravoure inoubliables. Que dire du premier monologue de Monsieur Cousinet interprété par l’atypique Bruno Georis lors de sa première visite au Docteur Flache, qui laisse ce dernier sans voix..? Que dire également du formidable numéro de charme de Missia jouée par la charmante et talentueuse Stéphanie Moreau lorsqu’elle déboule elle aussi dans le cabinet du médecin ? Sans oublier la tirade incroyable sur le divorce du Docteur Flache magiquement incarné par un Michel De Warzée en toute grande forme qui constitue le point d’orgue du deuxième acte. Durant deux heures on se délecte réellement de cette écriture intelligente à l’humour ravageur.

Au côté de ces trois comédiens qui tiennent les rôles principaux, on retrouve Catherine Claeys, tendre et drôle dans son rôle d’assistante fidèle du docteur Flache, et Amandine Chevigny qui campe une irrésistible Mademoiselle Putifat naïve et quelle peu nunuche. Même si le premier acte souffre de quelques longueurs qui cassent un peu le rythme, la deuxième partie de la pièce, totalement jouissive, nous emporte jusqu’à la scène finale. Et on ne peut qu’admirer l’actualité toujours brûlante et la grande modernité d’un texte qui fut écrit en 1938 (!), et remanié par Guitry en 1951 pour sa première adaptation d’Une Folie au Théâtre des Variétés à Paris.

Si la mise en scène et les décors sont assez conventionnels et sans surprises, le jeu des comédiens lui est parfait, et on sort de ce spectacle le sourire au lèvres et le coeur léger.

Une Folie constitue donc un excellent spectacle pour amorcer les fêtes de fin d’année en famille ou entre amis. Je ne peux dès lors que vous conseiller d’aller applaudir cette pépite de Sacha Guitry qui se jouera encore sur les planches de La Comédie Claude Volter jusqu’au 31 décembre.

Jean-Pierre Vanderlinden

Avec :  Stéphanie MORIAU, Michel de WARZEE, Bruno GEORIS, Catherine CLAEYS & Amandine CHEVIGNY

Mise en scène : Danielle FIRE

Décors : Francesco DELEO

Régie & lumière : Bruno SMIT

Réservations et infos : https://www.comedievolter.be

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.