Ils ont crée une chose mais l’Histoire en a fait un mythe, (re)découvrez la créature du marais de Wein et Wrightson, puis Moore

Le marais fait des émules. Deux ouvrages ont vu le jour chez Urban Comics, ces derniers mois, près de cinquante ans après la création de cet autre géant vert. Le premier raconte l’avènement et la notoriété de notre monstre végétal dans une intégrale en noir et blanc. Le deuxième (premier d’une trilogie) est l’adaptation portée par Alan Moore (Watchmen). Dans les marais, les choses ne sont pas toujours ce que l’on croit ou ce que l’on voit.

Swamp Thing: la créature du marais

Résumé: Isolé en plein marais de la Louisiane, le docteur Alec Holland et sa femme Linda étudient une formule bio-restauratrice capable de mettre un terme à la faim dans le monde. Menacé par une entreprise concurrente, le couple meurt dans l’explosion criminelle de son laboratoire. Alec Holland en proie aux flammes et recouvert de sa solution bio-restauratrice fuit vers les marais pour y mourir et renaître sous une autre forme…

Professeur en biochimie, Alec Holland et sa femme tentent d’endiguer la faim dans le monde. Malheureusement, leur découverte attire toutes les convoitises. Confiné dans un endroit isolé et pris en tenaille entre organisations mafieuses et gouvernementales, notre couple ne se sent pas en sécurité. Suite à l’explosion de leur laboratoire, notre docteur se voit séparé de sa femme mais également de sa condition humaine. Hantant le marais qui l’a vu renaître, il veille sur sa femme mais également sur l’humanité. Luttant contre les force du mal, la créature du marais essaie désespérément de retrouver sa vie d’avant son accident. Mais y parviendra-t-il?

On doit ce monument aux regrettés Len Wein et Bernie Wrightson. Len Wein (décédé il y a deux ans), le scénariste, est aussi le créateur de Wolverine. Il quitte DC et rejoint Marvel et succède à Stan Lee. Bernie Wrightson (décédé lui aussi en 2017) met en scène l’histoire de Wein. Son dessin met en lumière les vicissitudes de la créature en prise avec le genre humain et des forces occultes.

Avec cet album, on revient au fondement de l’univers de DC. On suit les aventures de notre anti-héros fangeux dans sa quête de vengeance. Passée la première histoire, la créature poursuit son rêve de redevenir humain mais il va se frotter à d’autres créatures issus du bestiaire de contes et de légendes. Mais son pire ennemi sera le regard des autres… et surtout le sien. Il va devoir transcender sa condition de monstre immortel pour essayer de retrouver une place dans la société humaine. Au-delà de l’aspect fantastique du comics, on peut y entrevoir une réminiscence du Frankenstein de Shelley. Il y a des similitudes dans leurs comportements, sur leur recherche d’humanité. On comprend que sous ces airs de monstre se cache encore le Dr Holland. Malgré sa force et son aspect hideux, il pense et vit les choses comme un homme. Le recueil nous permet d’admirer le travail graphique de Bernie Wrightson. Le noir et blanc souligne la tristesse des marais et la profonde solitude de la créature. C’est magnétique, une fois que vous y avez goûté, vous restez scotché.

Alan Moore présente Swamp Thing volume 1

Résumé: Une créature semblable à nulle autre vient d’être découverte au coeur d’un marais de Louisiane. Jason Woodrue, brillant botaniste engagé par la Sunderland Corporation, réalise bien vite que cette aberration végétale est habitée pas la mémoire d’un homme. Son employeur décide alors de s’en approprier les propriétés exceptionnelles. Débute pour la créature une quête d’émancipation d’une humanité qu’elle aura trop longtemps rêvée…

Ce livre est l’adaptation de la créature du marais par Alan Moore. Cette oeuvre sera composée de trois tomes. Cette reprise révélera le scénariste anglais à l’industrie des comics. Alan Moore est parvenu à révolutionner cet univers grâce à une mise en scène graphique et une narration quasi poétique. Ses planches sont découpées différemment, ce qui met plus de rythme dans l’histoire. Il est l’auteur de la série Watchmen, qui est elle aussi devenue culte et est rentré dans la légende du 9ème art.

Cet album reprend l’ensemble du travail d’Alan Moore sur la créature. On y découvre toujours notre monstre végétal en confrontation avec sa part d’humanité et luttant pour sa survie. On suit les aventures tumultueuses de Swampy avec avidité. Alan Moore a su sublimer le scénario mais il faut souligner le travail graphique de Stephen R. Bissette, John Totleben, et la couleur de Tatjana Wood. On a vraiment l’impression de passer dans la modernité. On comprend qu’il est entré dans les classiques qu’il faut posséder dans la bibliothèque.

Je dois dire que la lecture de ces deux albums m’a procuré beaucoup de plaisir. On y voit l’ascension de deux grands scénaristes de génies, mais également le passage d’une oeuvre classique noire et blanc à une bande dessinée moderne. Cette créature semble toujours avoir habité les marais et notre imaginaire. Malgré sa création en 1970, elle est intemporelle. On doit ces albums à Urban Comics, et on n’est pas déçu  par le format et la qualité d’impression.

Observez-bien les marais à la tombée du jour ou à l’aube, car c’est à cette heure que la créature regagne son monde fantastique et calme.

Ma bande sonore pendant l’écriture de ma chronique est Massive Attack avec l’album « Mezzanine »

Titre: Swamp Thing la créature du marais

Scénario: Lein Wein

Dessin: Bernie Wrightson

Traduction: Maxime Le Dain

Genre: Comics/horreur/fantastique

Éditeur: Urban Cult

Nbre de pages: 408

Prix: 35€

Date de sortie: 28 juin 2019

Titre: Alan Moore présente Swamp Thing

Scénario: Alan Moore / Len Wein

Dessin: Stephen R. Bissette

couleurs : Tatjana Wood

Traduction: Alex Nikolavitch

Genre: Comics/ horreur/ fantastique

Éditeur: Urban Comics / Vertigo DC

Nbre de pages: 448

Prix: 35€

Date de sortie: 05 juillet 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.