Les voyages de Cosme K. Ou les pérégrinations d’un jeune homme qui rêvait de voler au-dessus de la canopée

Lorsque Cosme, géant blond de 19 ans, claque la porte de chez lui en pleine nuit, son petit frère ne se doute pas qu’il ne le reverra pas de sitôt. Où s’en est donc allé celui qui adorait le prendre sur ses épaules? Ce frère qu’il idéalisait tant. Durant plusieurs années, le cadet n’aura de cesse que de retrouver ce grand-frère adoré. Mais qu’il n’est pas simple de suivre les traces d’un être qui, pétri de liberté, cherche à fuir par tous les moyens la platitude de son existence ainsi qu’une mère peu aimante.

Car Cosme est loin. Il est en Norvège, près de Maïken, une jeune veuve qui élève quelques bêtes et où il accompagne les touristes lors de safaris à la baleine. Un lieu sublimé par les fjords et les aurores boréales. Endroit magique que Cosme quittera bientôt pourtant pour un autre ailleurs. Une autre destination. Et si ces pérégrinations avaient une finalité bien précise.

Un jour, autrefois, il me portait sur ses épaules et le monde se penchait doucement. Nous étions invisibles. Nous étions insoupçonnables. Et mes mains tendues vers le ciel, effleuraient les pétales blancs des pommiers en fleurs, qui se répandaient sur le sol comme des larmes. Un jour, autrefois, il me portait sur ses épaules et le monde ne pouvait se réaliser sans lui.

Chaque année, des centaines de Belges disparaissent. Certains sont retrouvés vivants, ou morts, tandis que d’autres ne refont plus jamais surface. Où sont passés ces gens? S’ils font le choix délibéré de disparaître dans la nature ont-ils pour autant le droit d’abandonner leurs proches les laissant ainsi dans l’attente et l’angoisse? Qu’ils aient de bonnes raisons ou pas de disparaître, qui sommes nous de toute façon pour les juger? Certaines personnes n’ont aucune attache, il faut s’y résoudre.

C’est cette thématique qu’aborde Philippe Gerin dans son second roman. Un roman qui nous donne parfois l’impression de tenir un Henning Mankell entre les mains (surtout dans la première partie) tant on retrouve dans Les voyages de Cosme K la mélancolie et la joliesse des paysages que l’on peut croiser dans les écrits de l’auteur des Chaussures italiennes.

Philippe Gerin a beaucoup voyagé et ça se sent. Il nous entraîne ici sur les pas de Cosme K, jeune homme au regard d’enfant perdu dans un monde qu’il ne comprend pas, dans un périple dépaysant mais surtout rempli d’humanité. Suivons-les donc.

Titre : Les voyages de Cosme K

Auteur : PhilippeGerin

Genre : Roman

Éditeur : Gaia

Nbr de pages : 288

Date de sortie : 21/10/2019

Prix : 20€

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.