Akû: la création des premières tribus va de pair avec la naissance des premiers préjugés, « Tu vas devoir te battre contre la fatalité ».

On a tous en tête nos cours d’histoire ou plutôt de préhistoire. L’homme apprivoise le feu, les animaux sont fabuleux, mammouth et tigres à dents de sabres sont légion. Mais est-ce que cette époque est si différente de la nôtre?

Résumé: Une quête de vengeance 30 000 ans avant notre ère. À l’ère froide et inhospitalière du Paléolithique, Akû a le malheur de naître une nuit de lune rouge. L’ancêtre du village lui prédit alors un avenir funeste, synonyme de destruction, et appelle ses parents à sacrifier l’enfant. Mais Dadâ, son père, meilleur chasseur de la tribu, brave cette fatalité et décide d’affronter une bête féroce pour en faire une offrande contre la vie de son fils.

Dadâ est un chasseur hors du commun, sans son soutien, la tribu ne saurait survivre bien longtemps. Lulu est une charmante jeune femme, douce et aimante. Ce couple, malgré les difficultés de cette époque, vit en parfaite harmonie avec les gens du village. Les chasses s’enchaînent et Dadâ se montre toujours aussi habile. Alors que Lulu donne naissance un garçon, Dadâ est appelé par le chaman. L’enfant, née au cours de la lune rouge, doit mourir car il va amener le malheur sur le village. Mais Dadâ décide d’affronter une bête féroce en échange de la vie de son fils.

On doit cette adaptation de l’oeuvre originale de Muneyuki Kaneshiro à Akeji Fujimura. Brillant dessinateur, on lui doit également le Survival Game « Jeux d’enfants ».

La qualité graphique est indéniable. La trame est bien utilisée. Les scènes de combats et de course dans la forêt sont bluffantes. Le mouvement et la vitesse sont vraiment bien représentés et certaines chasses sont à couper le souffle. Les expressions faciales des personnages sont convaincantes et ne souffrent d’aucune irrégularité durant l’ensemble du manga. Les armes, les techniques de survie ou les bêtes rencontrées sont bien représentatives de l’époque et le lecteur est réellement plongé au paléolithique.

Le scénario est lui des plus classique. Hormis la transposition à la préhistoire, on se retrouve sur les bases d’un nekketsu aussi aiguisé qu’une lance en obsidienne. La vengeance est omniprésente. Notre héros,  après avoir subi tous les affronts et la méchanceté des membres de son village, décide de punir la bête qui a ravagé son camps et tué ses parents. On va voir l’évolution de son comportement et de ces techniques de combats et de chasse au travers de ces différentes rencontres. Mais c’est du thème sous-jacent que le titre tire toutes ses qualités. L’acceptation de l’autre malgré sa différence et l’importance donnée aux fausses croyances. Sous prétexte que l’enfant était né sous une lune rouge, il devait être sacrifié. Malgré l’époque de l’histoire, on peut facilement la postposer à notre époque. Ce qui rend malgré tout ce manga très contemporain.

En se privant ainsi des qualités de leur meilleur chasseur, tous se sont exposés aux dangers mais également au courroux d’un enfant qui aurait dû être élevé dans le respect des anciens et des traditions. En persécutant et en brimant cet enfant, ils ne respectent ni la nature, ni l’humain. En faisant ce choix, ils ont créé les deux monstres qui allaient mettre fin à leur tribu mais aussi à leur existence. Il ne faut pas voir uniquement ce manga comme une chronique du temps jadis mais également comme une fable sur le comportement humain et le respect des différences.

La lecture m’a beaucoup plu et j’ai hâte de voir comment Akû va pouvoir évoluer sans les repères familiaux et tribaux. Comment va-t-il pouvoir survivre dans ce monde et cette époque hostile? On doit aussi féliciter l’auteur pour ses recherches sur les techniques de chasse et de survie de nos ancêtres. Les Editions Pika ont réalisé un beau travail sur la couverture avec beaucoup de détails. Les peintures rupestres, le chasseur et la lune qui semble dominer tous les espoirs humains. Les pages colorées sont superbes et donnent envie d’entrer de l’univers d’Akû.

Titre: Akû, le chasseur maudit

Tome: 1

Dessin: Akeji Fujimura

Oeuvre originale: Muneyuki Kaneshiro

Traduction: Djamel Rabahi

Genre: Seinen/action/aventure

Éditeur: Pika

Nbre de pages: 228

Prix: 8,20€

Date de sortie: 17 février 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.