Lost Angels au Zik Zak à Ittre, l’essence même du rock en démonstration de haut vol !

Jeudi soir, à Ittre, la salle Zik Zak accueillait Lost Angels. Le nom semble peut-être inconnu aux moins assidus d’entre vous, mais on tient là un supergroupe (comprenez un groupe de pointures) dont le leitmotiv est à coup sûr le fun, encore le fun et toujours le fun ! Compte-rendu d’une soirée explosive qui restera longtemps gravée dans les mémoires.

C’est sur le coup de 21h que The Banging Souls déboulent sur les planches.

Ça fait toujours plaisir de retrouver la charmante et talentueuse Gaëlle Mievis en compagnie de son combo 100% énergie. Aux-cotés de Gaëlle; on retrouve Pierre à la batterie et Ludwig à la guitare. Le trio ouvre avec « Roots »  suivi de « Rage Racer », puis se fend de quelques reprises de titres classiques comme « I Got a Woman », « Sweet Dreams » et « Here Comes The Rain Again » de Eurythmics avant de continuer sur sa lancée avec « Be », « Live It Up », « A Change » et « Race ».

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En tout, huit titres décapants qui ont plu à la majorité du public, même si la filiation de genre avec ce qui allait suivre n’était pas réellement évidente

Mais ceux que le public attend avec impatience, c’est bien entendu Lost Angels !

Quel bonheur de pouvoir apprécier le travail de ces musiciens prestigieux dans une configuration club alors que nous sommes habitué à les voir dans des salles immenses ou des stades.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ryan Roxie (chant, guitare) joue avec Alice Cooper, et fut membre de Slash Snakepit, Roxie 77, Casablanca et Electric Angels entre autres. Eric Dover (chant, guitare) a lui aussi joué avec Alice Cooper, avec Jellyfish, Sextus et Slash Snakepit. Quand à la section rythmique elle est composée de EJ Curse à la basse qui a officié dans Silent Rage et Gilby Clarke band et Troy Patrick Farrel, ex-batteur de White Lion et Gilby Clarke band également. Bref, du beau monde qui prend un plaisir fou à être sur scène et à proposer un set exclusivement composé de covers. Mais attention pas n’importe quels covers, déclare Ryan avec humour, ce sont des covers du groupe de nos vies !

Et le band d’ouvrir le set avec « Action » de The Sweet, et dès ce premier titre, on constate que le groupe s’éclate sur scène !

Et puis il y a la voix de Dover, elle est toujours là !  L’homme est un excellent chanteur et s’avère être aussi de surplus un excellent guitariste lorsqu’il enflamme sa Gibson Les Paul rouge.

Ryan Roxie, se pose lui en fameux lead guitarist et en bon chanteur, et possède aussi, outre son charisme naturel et sa virtuosité à la six cordes, un gros sens de l’humour. Régulièrement, il vanne ses camarades dans la bonne humeur, et nous explique à quel point son amitié pour Dover est forte en déclarant : « This man is my best friend ever in all over the world ! »  Et d’ajouter que les deux autres gars avec qui ils jouent sont aussi des mecs formidables.

Et c’est d’ailleurs ce qu’on ressent avant toute chose, c’est ce plaisir immense de jouer que ces quatre types partagent sur scène avec comme seul but de donner du plaisir au public venu les applaudir.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On s’éclate à voir avec quel talent ils nous balancent une flopée de classiques comme « 20th Century Boy » (quel plaisir de réentendre ce classique de T. Rex !), « Under Pressure » (Brian May est un des guitaristes favoris de Dover), « Man Of The Year », « I’m Eighteen », « No More Mister Nice Guy », « Rebel with a Cause », « Stay with Me », « Boy or Girl », « Me Gen » (Roxie), « Sin City » et un « Radar Love » du feu de dieu pour n’en citer que quelques-uns. Les sourires sont présents sur les visages des spectateurs et sur ceux des musiciens, et ça c’est réellement formidable.

Et cette sympathie perçue lors de leur set va se perpétuer en backstage lors d’une séance photo spéciale pour Branchés Culture acceptée par le groupe et son management qui va vite se transformer aussi en un moment de rigolade spontanée. Ces types-là sont des musiciens formidables doublés de mecs charmants totalement abordables, et ce fut un réel plaisir de les rencontrer et de pouvoir discuter avec eux. Merci à eux.

Bref, ceux qui n’étaient pas présents, ce jeudi soir à Ittre, ont raté un vrai moment privilégié de pur rock n’ roll qui aurait mérité une audience bien plus étoffée. Pas de séance de rattrapage pour les absents, c’était le seul concert du band sur nos terres européennes et on ne peut remercier assez  le Zik Zak d’avoir pu nous proposer un tel évènement. La tournée des Lost Angels s’intitule « Good To The Last Drop Fall », et on n’aurait pas pu lui trouver meilleur titre.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Alors si The Lost Angels reposent un jour leur santiags en Belgique dans le futur, bougez vos fesses et venez voir ces héros du hard rock qui déversent sur scène autant de sueur que d’énergie. Un must !

Jean-Pierre Vanderlinden

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.