À l’aube du soulèvement des machines et bien avant Dark Fate, Skynet essaie toujours de réduire la résistance humaine à zéro, mais Sarah et John ne seront pas seuls dans leur combat semblant perdu d’avance

À renvoyer toujours les T800 dans le passé, on a l’impression de vivre toujours la même histoire. Y compris quand on s’avance en Sector War.

Résumé de l’éditeur : 1984. Lucy a rendez-vous avec le futur… Deux Terminator ont été envoyés en 1984, l’un pour tuer Sarah Connor, l’autre pour éliminer Lucy Castro, femme flic dans le pire quartier de New York. Isolée et incapable d’appeler des renforts, Lucy doit survivre aux attaques du T800 pour accomplir son destin.

Dans une banlieue New Yorkaise en 1984, débarque un T800. Sa mission? Éliminer la future descendance de Lucy Castro. Tombant nez à nez avec cette machine, la jeune femme apprend alors qu’elle est enceinte et qu’elle donnera naissance à un membre important de la résistance humaine. Luttant pour sa vie et pour celle de son enfant, elle va devoir trouver un refuge mais surtout une importante puissance de feu pour venir à bout de ce monstre de métal. Skynet parviendra-t-il à ses fins? Qui va venir en aide à une fliquette perdue dans les bas fonds de la Big Apple?

On doit ce comics à Brian Wood et Jeff Stokely. Brian Wood a commencé sa carrière dans les jeux vidéo comme graphiste avant devenir un scénariste en vue et que tout le monde s’arrache. Pour preuve Vestron lui dédie purement et simplement une collection. Avec Aliens, Robocop et, forcément, Terminator. Rien que ça. Le dessin, lui, est réalisé par Jeff Stokely, on lui doit entre autre « Six-Gun Gorilla » et « The Spire ».

Il n’y a aucun effet de surprise, ici. On prend plus ou moins les mêmes et recommence. Le seul point fort du scénario est d’apprendre que les Terminator n’avaient peut être pas qu’une seule cible en 1984. Pour le reste, c’est un peu pauvre. En effet, à part le changement d’objectif du T800, c’est à dire Lucy, il n’y a rien d’autre. La mythique scène de fusillade du commissariat est remplacée par une tuerie dans un immeuble. Notre implacable machine prend un camion poubelle, qui « une fois passé les 50km/h fait autant de ravage qu’un tank », heu… bref rien ne sort de l’ordinaire. Si vous voulez revivre le même scénario que le premier film, vous serez satisfait. Par contre, si comme moi, vous vous attendiez à un approfondissement du scénario et bien vous serez déçu. Il y avait, il me semble beaucoup mieux à faire avec cette licence.

Ce qu’il faut retenir le plus, c’ est la qualité graphique de l’album. Jeff Stokely a réussi à faire ressortir son art malgré un scénario insipide. Le découpage des planches mets beaucoup de dynamisme dans l’histoire. Les scènes d’action qui font la réussite de l’oeuvre cinématographique sont très nombreuses et de bonne qualité. Il y a une réelle sensation de vitesse lors des poursuites en voiture. Je peux aussi vous dire que sur le point des séquences de tir, le lecteur n’est pas en reste non plus. Les visages sont assez bien définis même si, sur certains personnages secondaires, les traits sont succincts. J’aurais aimé pour ma part retrouver un peu plus de Schwartzi plutôt que du Solomon Grundy pour le T800, mais il était peut être préférable de s’éloigner de l’acteur d’origine. Les décors sont riches et bien détaillés.

Le comics n’est pas des plus original mais pour son aspect esthétique, il mérite de trôner dans notre bibliothèque. Par contre, vous n’apprendrez pas grand-choses sur « l’Histoire » de la saga. La lecture sur son ensemble est agréable mais est assez courte, quelques dizaines de minutes vous permettront d’en venir à bout. J’ai eu un sentiment de trop peu. L’impression est irréprochable et la galerie bonus en fin de comics en ravira plus d’un. Les Edition Vestron ont réalisé un travail soigné.

Titre: Terminator Sector War

Scénario: Brian Wood

Dessin: Jeff Stokely

Traduction: Arnaud Takahashi

Genre: Comics/ Science Fiction

Éditeur: Vestron

Nbre de pages: 80

Prix: 14,95€

Date de sortie: 26 septembre 2019

Pour rappel, mais faut-il le rappeler ?, Terminator Dark Fate sort ce mercredi 23 octobre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.