Ça ressemble à du Ghibli, ça sent le Ghibli mais ce n’est pas Ghibli: rentrez avec moi dans la maison des esprits pour un voyage onirique à la rencontre des kamis

Pas de doute, la rencontre entre les vivants et les forces surnaturelles nous procure toujours autant de plaisirs…visuels et spirituels. Place à Mes voisins les esprits.

Résumé: Une fabuleuse plongée dans l’univers des esprits japonais! Afin de retrouver les « notes sur le royaume des morts » qui lui permettront d’en savoir plus sur la disparition de sa mère, Yachiho emménage avec son chat dans une vieille maison abandonnée où se passe des choses étranges. Elle va y faire la rencontre de Moro, un mystérieux esprit qui lui demande de l’aider dans son « travail »… Et la jeune fille n’est pas au bout de ses surprises avec toutes les créatures fantastiques étonnantes qu’elle va côtoyer!

Une jeune fille nommé Yachiho emménage dans une nouvelle maison. On se rend vite compte que des choses étranges s’y passent. Et c’est au détour d’un couloir qu’elle rencontre Moro, un kami, qui permet aux entités surnaturelles de passer dans le monde des esprits. Mais notre jeune héroïne n’arrive pas dans cette maison « hantée » par hasard…Elle n’a pour but que de découvrir le livre contenant les « notes sur le royaume des morts ». Celui-ci pourrait lui permettre de communiquer avec sa maman disparue beaucoup trop tôt. Mais, très vite, son rôle dans la maison va prendre une tournure particulière, Moro lui propose de l’aider dans son travail. Son enquête va-t-elle progresser plus vite grâce à son nouveau « travail »? Va-t-elle découvrir les fameuses notes?

Le scénario et le dessin sont l’oeuvre de Shirotori Ushio. C’est une jeune mangaka japonaise. On peut découvrir tout son univers et son coup de crayon grâce à ce shonen de très belle facture.

Dès l’ouverture, on reçoit une belle claque visuelle. Ce manga frôle la perfection. Le trait est fin et rigoureux et ne se perd pas tout au long de l’histoire. Les décors sont riches et variés. Beaucoup de petits détails viennent agrémenter les planches et on se plait à déambuler dans tous les recoins de la maison. Je dirais qu’on a tendance à s’attarder plus qu’il ne faut sur les pages tant il y a des choses à voir. Toute l’énergie que l’auteure déploie pour rendre le dessin si « vivant » fait ressortir l’ambiance onirique de ce shonen, c’est surnaturel. Surnaturel, c’est ce qu’on peut dire aussi sur l’esthétique utilisée pour la création de tous les esprits qui nourrissent cette histoire. Le découpage des planches est très bon et inventif, ce qui dynamise la lecture, c’est très agréable.

Le récit est très proche de ce que peuvent proposer les studios Ghibli. L’histoire est riche et spirituelle, mais elle n’est pas mise en avant seulement par l’esthétisme de son graphisme. Il y a également la profondeur de son intrigue et des ses enseignements. Elle joue sur plusieurs tableaux comme les oeuvres de Hayao Miyazaki. En premier, nous avons une histoire classique: la jeune héroïne rencontre des personnages fabuleux et avance dans sa propre aventure. On y apprend qu’elle a perdu sa mère et que son père, peu présent voire jamais là, mène des recherches sur le monde de l’au-delà. La spiritualité apparaît alors, que ce soit sous la forme d’esprits de la nature ou sous le ressenti d’Hayaet, et donne une nouvelle dimension au manga. Tout le monde voudrait savoir ce qui se cache derrière le voile et en comprendre les arcanes. Et, pour terminer, on a la dimension culturelle ramenée par le folklore japonais. Riche en enseignements que ce soit sur le respect de la nature et ou du genre humain mais également sur la transmission des savoirs entre les générations. L’humour est bien au rendez-vous. Les passages comiques et les cases en chibi sont nombreux et allègent le scénario. Cela rend les personnages plus touchant et plus attachant.

Bref, c’est un vrai conte moderne. Le folklore, les interactions avec la nature, la compassion: tout est réuni dans un écrin de délicatesse et d’élégance. J’adore ce monde ouvert où tout peut se produire mais dans les règles de la nature (même imaginaire). J’ai hâte de lire la suite et de me laisser emporter dans cet univers. Les Editions Doki-Doki ont fait un magnifique travail sur la jaquette et le choix de ces couleurs. Mais aussi sur la couverture du manga où l’on peut voir la maison dans son ensemble.

Titre: Mes voisins les esprits

Tome: 1

Scénario et Dessin: Shirotori Ushio

Traduction: Pénélope Roullon-Ishibara

Genre: Seinen

Éditeur: Doki-Doki

Nbre de pages: 176

Prix: 7,50€

Date de sortie: 03 juillet 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.