Du Burn Out au million de followers sur Spotify: Joep Beving suspend le temps avec son piano

Le pianiste hollandais Joep Beving n’était pas seul sur scène vendredi dernier au Centre Culturel d’Hasselt (CCHA)Après un solo d’une vingtaine de minutes, il a été rejoint par Maarten Vos & Echo Collective. Ce trio a fait transplaner l’audience à travers l’Univers. 

Joep_Beving_UNE
Joep Beving et moi à la fin du concert au CCHA. On se sent tout petit avec 1m85! ^^

« Cette combinaison entre le piano et musique électronique est unique. L’impression d’être au fin fond du cosmos ou 10.000 lieues sous les mers est surprenante. »

Il n’a fallu que cinq ans et quatre albums pour que Joep Beving devienne l’un des pianistes les plus écoutés de Spotify et de la toile. Cet Amstellodamois est catalogué comme néo-classique par les critiques musicaux. Lui explique qu’il emprunte surtout à la pop et à l’électro minimaliste avec les codes de la musique classique. Le résultat? Des mélodies différentes et originales qui font voyager dans l’espace et le temps.

Ses notes simples et épurées surprennent et apaisent les esprits stressés. Dans une société où la pression sociale est omniprésente et le rythme de la vie effréné, Joep Beving a décidé un jour de prendre le temps. Le temps pour faire ce qu’il voulait. Le temps qu’il faut avant d’appuyer sur la note suivante.

Les vides entre les notes sont aussi importants que les notes elles-mêmes. « Less is more » L’ECHO – Joep Beving, un burn-out, un piano et Spotify

La démarche n’est pas anodine. Ce géant de plus de deux mètres travaillait dans une agence de presse qui fournissait de la musique pour la publicité et la télévision (Nike, Adidas, etc.). Ses choix de vie l’ont poussé au burn out et à avoir des crises d’angoisse intenses. La suite est digne d’un conte de fée… mais plutôt avec une ambiance inspirée des Frères Grimm que de Walt Disney. Grâce à la mise en ligne de ses albums sur Spotify, sa fan base s’est vite décuplée et il comptabilise désormais des millions d’écoutes un peu partout à travers le monde.

Joep_Beving_Facebook_Official_003
Joep Beving – Lowlands Festival – Facebook OfficielPhoto: Rahi Rezvani

Son style est particulier et imprégné de mythologie grecque comme en atteste les intitulés de ses albums (Solipsism, Prehension, Conatus et Henosis). Ses morceaux pourraient d’ailleurs facilement être utilisés dans des BO de films. Lors une interview publiée en mai dans « Magic, la revue pop moderne », Joep Beving révèle qu’il est occupé de travailler en ce moment sur une bande son avec un réalisateur japonais.

L’artiste a pris la parole longuement avant le début de son concert au CCD d’Hasselt. Les notions de bien et de mal, d’obscurité et de lumière sont très présentes dans son esprit et cela se ressent dans ses compositions.  Les interrogations qui le poussent à l’ introspection se ressentent fortement dans sa musique.

Ce voyage vers l’henosis (titre de son dernier album) peut être effrayant parfois. Ce serait bizarre qu’il ne le soit pas. Ce n’est pas agréable, mais chacun doit passer par là afin d’aller vers la lumière. Il y a une grande beauté dans l’obscurité. C’est un espace de création et de contemplation. Si on ne considère que la lumière, elle finit par se ternir et transmet un sentiment dénué de substance.

Interview accordée à Magic, la revue pop moderne. 

Lors de son intervention au début du concert, il est également revenu sur sa volonté de travailler avec d’autres musiciens alors qu’au début, il voulait composer et accomplir sa mission en solitaire. Si le dernier album Henosis marque une rupture avec les trois précédents, ce n’est pas pour autant qu’on y perd en émotion. L’émotion est peut-être moins intime mais pas moins interpellante.

Ma musique est le reflet de cette époque dans laquelle je vis. Il y a toujours eu de la violence. La plupart des gens saisissent que ce qui se passe n’est pas normal, mais ça se passe quand même, et de façon invariable. (…)

Interview accordée à Magic, la revue pop moderne. 

L’intimité et la solitude sont des notions souvent abordées quand on s’intéresse à l’artiste. Cette solitude que beaucoup d’entre-nous peuvent ressentir à notre époque et qui constitue l’un des paradoxes de notre temps est centrale dans son oeuvre.

Lentement, j’essaie de sortir les gens de leur ego. L’album est comme un voyage cosmique. Il commence avec des lieux familiers, représentés par les parties de piano, puis emmène doucement vers le voyage introspectif.

Interview accordée à Magic, la revue pop moderne. 

Le paradoxe réside dans le fait que malgré la multiplication des moyens de communication, les relations humaines « réelles » par opposition aux « virtuelles » sont de plus en plus difficiles à établir et à consolider, et pas uniquement auprès des jeunes générations. Et c’est probablement en cela que la musique de Joep Beving touche un large public.

Joep_Beving_Facebook_Official_002
Cover de l’album Henosis de Joep Beving – Facebook Officiel

Son concert au Centre Culturel d’Hasselt fut une expérience unique et sensorielle. Ce centre très dynamique qui se situe à moins d’une heure de Bruxelles propose une programmation très riche: Jean Michel Blais + Wouter Dewit (3 décembre), le festival IMPACT sur les nouvelles technologies du 9 au 23 novembre,  le festival Nordic Nights du 24 au 27 octobre où Echo Collective sera de retour pour jouer avec Deaf Center (jeudi 24 octobre).

Echo Collective, dont la collaboration avec Joep Beving est une réussite, est un groupe composé de musiciens formés à la musique classique. Par contre, ils interprètent des morceaux issus de différents répertoires et styles musicaux. 

Une de leurs volontés est de briser les frontières virtuelles entre les genres. On peut les définir comme « néo-classique » mais ils n’aiment pas spécialement qu’on leur colle une étiquette. 

Echo Collective sera de retour au CHAA pour jouer avec Deaf Center (jeudi 24 octobre).

Pour d’autres découvertes, n’hésitez pas à vous abonner à la page de Branchés Culture.

La page Facebook du CCHA

La page Facebook de Joep Beving

La page Facebook de Echo Collective

La page Facebook de Maarten Vos

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.