Il ne reste qu’une poignée de jours avant le rentrée scolaire, alors partez à la rencontre d’élèves en option… héroïque

Poudlard version heroic fantasy, ça existe! Classroom for Heroes: magie, amitié, combats, amour, tout y est… et même plus.

Résumé: Blade, un jeune homme ayant hérité du pouvoir des braves à l’âge de trois ans, se retrouve soudainement dépourvu de sa force exceptionnelle suite à son combat contre le Seigneur des démons. Lui qui rêve depuis toujours de mener « une vie normale » se réjouit de pouvoir finalement goûter aux joies de l’école et de se faire des amis. L’établissement dans lequel il est accueilli a pour vocation de former les héros de demain, et bien qu’il soit entouré des meilleurs, il va avoir énormément de mal à se rabaisser au niveau des autres tant sa puissance dépasse l’entendement et les possibilités humaines!

Voulant échapper à la vie stressante de héros et voulant aussi récupérer sa puissance perdue lors d’un affrontement avec le Seigneur des Démons, Blade rejoint une école où les futurs Braves apprennent les rudiments du combat. Mais cet intermède ne sera pas, pour lui, de tout repos. Voulant lui faire récupérer son pouvoir, le Directeur n’hésite pas à le mettre dans des situations parfois très inconfortables. Force est de constater qu’il est plus facile à Blade, malgré la diminution de sa puissance, de détruire un mur que de se faire des amis. Mais contre toutes attentes, la magie va opérer et des liens fort vont se créer. Mais l’amitié peut prendre bien des formes et c’est ce que notre jeune brave va découvrir car il n’y a pas que les humains qui vont en Classe Héroïque.

Classroom for Heroes (The return of the former brave) est une adaptation de l’oeuvre originale de Shin Araki. Nous avons Koara Kishida au dessin et Haruyuki Morisawa pour le design des personnages.

Le dessin est de bonne facture. La trame bien exploitée sert bien les émotions et les actions durant les combats. La vitesse et l’intensité des affrontements sont très correctes grâce un découpage classique. L’aspect humoristique est lui aussi mis en valeur grâce au passage en mode SD (super déformed= grosse tête, petit corps ou chibi). Celui-ci rajoute une légèreté et de la compréhension aux gags. La qualité graphique est un sans faute et ne souffre d’aucune baisse technique durant tout le manga. Sans oublier non plus les forces féminines souvent misent en valeur (un peu de fan-service mais sans être dérangeant) mais qui s’intègrent bien dans l’action. Les culottes ou poses suggestives ne mettent pas mal à l’aise mais donnent un éclairage plus léger sur certaines scènes.

Le scénario, somme toute classique, joue sur du velours grâce à un apport constant de nouveaux personnages. Ceux-ci, grâce un casting très intéressant de Haruyuki Morisawa, viennent nourrir l’histoire (dragons, guerrière avec une épée démoniaque ou encore fruit d’une expérience), mais attention quand même aux stéréotypes. Chacun amène bien sûr son lot de quiproquos et de gags. On se plait à suivre cette bande de joyeux drilles dans leur école façon Poudlard. On ne s’ennuie pas non plus car sous cet aspect bon enfant, l’histoire est assez prenante et bien entrecoupée de scènes de combats, ce qui donne beaucoup de rythme au manga.

Ce manga léger conserve bien les bases de l’Heroic Fantasy. Que ce soit le bestiaire, les armes ou les armures, tout y est, mais, ce qui est plaisant, c’est de ne pas être devant l’ascension d’un héros et son affrontement avec un ennemi surpuissant mais de plutôt voir sa vie après. On se retrouve ainsi à suivre des jeunes gens aux origines et pouvoirs différents dans leur apprentissage du combat mais également dans leurs relations avec les autres. Et que ce soit du héros de guerre ou de la jeune dragonne, leur but principale est de se faire des amis. L’humour et la légèreté de certaines tenues renforcent l’ambiance bon enfant qui règne tout au long du récit. Il ne faut pas oublier aussi que ce manga est une adaptation tirée de romans écrits par Shin Araki (10 tomes), série toujours en cours, et que c’est la première oeuvre de Koara Kishida. Les Editions Doki-Doki ont bien joué le coup grâce aux choix des couleurs de la jaquette et les sentiments légers qui sortent de l’oeuvre. La qualité d’impression est parfaite.

Titre: Classroom for Heroes

Tome: 1

Dessin : Koara Kishida

Character design: Haruyuki Morisawa

Scénario: Shin Araki

Traduction: David Gondelaud

Genre: Shonen/heroic fantasy

Éditeur: Doki-Doki

Nbre de pages: 192

Prix: 7,50€

Date de sortie: 06 février 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.