DIAPO| Ronquières, de babord à tribord, quand il fait beau dehors et que les artistes sont en or

Il a fait beau, il a fait chaud et il y avait de la bonne musique. De quoi, durant un beau week-end, faire le plein de musique en tout genre. Et on n’était pas seuls. Ils étaient 48 000 festivaliers à se balader sur les plaines du plan toujours incliné de Ronquières .

Ronquières, c’est un festival très familial qui propose une ambiance qui l’est tout autant. Entre les odeurs des nombreux foodtrucks et les bonnes ondes des artistes qui se sont succédé sur scène, Axel Tihon était sur place pour nous ramener quelques photos. Un impressionnant line-up a vite permis à chacun de trouver son bonheur tout au long des deux jours .

Le Samedi , j’ai pu photographier Glauque, Juicy, Claire Laffut, Le loup, Last Train, Coeur de Pirate, Typh Barrow, Boulevard des Airs, Mustii, Lomepal, Todiefor avant la clotûre par 2ManyDjs et KID Noize.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le dimanche, le public est toujours aussi chaud pour une journée animée par Circus Café, YKons, Novastar, GrandGeorge, Ro X Konoba, Adam Naas, Clara Luciani, Eddy De Pretto, Eagle-Eye Cherry, BigFlo & Oli, Hooverphonic, Zaziela soirée se terminant sur les tempos de Daddy K .

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Bien sûr , il y a eu des coups de coeur, comme Last Train, un groupe bien rock avec des guitares qui envoient du lourd pendant tout le set. Claire Laffut s’impose de plus en plus parmi nos chanteuses féminines belges qui comptent. Typh Barrow a enflammé la plaine, le public en redemandant. Mustii s’est une nouvelle fois montré sous un grand jour en performer de talent (ps : merci de m’avoir amené sur la scène avec mes autres collègues photographes. Les Liégeois YKons ont assuré et assumé la comparaison qui les présente comme les Imagine Dragons belge. Au rayon des grands moments, Adam Naas, Clara Luciani et Zazie n’ont pas déçu.

On regrettera, de notre coté, qu’en tant que photographe – chroniqueur, nous n’ayons pas eu accès au frontstage, notre zone de travail, pour  Eddy de Pretto et BigFlo & Oli qui ont laissés la place au major de la presse alors que, nous aussi et parfois même bien plus souvent, nous faisons la promotion de vos créations. Mais c’est le jeu.

On relèvera enfin que pour Bigflo &Oli, il y a eu une incompréhension technique entre leur production et le Ronquières Festival et que les festivaliers ont été privés des écrans de visualisation latéraux. C’est dommage, tout marchait bien et les jeunes enfants venus pour la circonstance ont été un peu déçus de ne pas les voir de plus près leurs vedettes malgré une ambiance soutenue. On dira ce qu’on veut mais un festival doit rester un festival, les gros décors sont faits pour les salles, les artistes doivent pouvoir montrer ce qu’ils savent faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.