L’été meurt jeune… direction les Pouilles pour une jolie histoire d’amitié signée Mirko Sabatino

Il s’en est passé des choses en 1963. JFK décède tragiquement à Dallas, les Beatles enregistrent leur premier 33 tours, le pape Jean XXIII tire sa révérence… Mais il faut bien l’avouer, pour Primo, Damiano et Mimmo, ce qu’il se passe en dehors de leur village perdu du Gargano dans le sud de l’Italie les indiffère complètement. Eux, ce qui les préoccupe avant tout, du haut de leurs 12 ans, ce sont les bagarres avec Sabino et sa bande, et les filles, oui n’oublions surtout pas les filles, sujet de préoccupation majeure pour tout jeune italien qui se respecte.

Des préoccupations, ils en ont pourtant beaucoup d’autres. Difficile de ne pas s’interroger sur le sens de l’existence lorsque comme Primo, on a un papa qui vient de mourir d’un cancer, ou lorsqu’on a des parents qui prient chaque jour pour que vous deveniez le prochain pape. Car lorsqu’on grandit dans un village où le catholicisme est omniprésent, il est parfois difficile de s’affranchir, d’oser aller de l’avant de peur de froisser les susceptibilités, les convenances. Nos trois ados des Pouilles y parviendront-ils? Ou la vie leur réserve-t-elle encore d’autres épreuves.

Mirko Sabatino

Des gamins, l’Italie du début des années 60, il est difficile de ne pas penser à Elena Ferrente et à sa célèbre amie prodigieuse lorsqu’on lit le premier roman de Nirko Sabatino, car « L’été meurt jeune » raconte lui aussi une jolie histoire d’amitié et pointe la fragilité de celle-ci écornée par le temps qui passe, ce temps susceptible de tout chambouler même les plus beaux instants d’une vie. Car on retrouve rarement l’insouciance de la jeunesse. Cet âge où l’idée de sauter d’une falaise pour plonger dans une eau certes rafraîchissante mais truffée de dangereux rochers grise plus qu’elle n’effraie celui qui s’y risque.

Oui, l’été meurt jeune, l’été file vite, l’été s’en va peu à peu alors pourquoi ne pas le prolonger encore en plongeant dans ce roman au bon parfum d’orecchiette et dans lequel on peut même entendre résonner au loin la voix d’Adriano Celentano.

Titre : L’été meurt jeune

Auteur : Mirko Sabatino

Genre : Roman

Éditeur : Denoel

Nbr de pages : 288

Date de sortie : 22/08/2019

Prix : 19,90€

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.