De mémoire : une histoire à oublier

Il n’oublie jamais rien. Jamais. Avec un pitch comme ça, on pourrait se croire dans la nouvelle aventure de Liam Neeson, Bruce Willis ou Denzel Washington au cinéma. Vous seriez loin du compte. Parce que Nick n’a pas beaucoup de charisme derrière sa barbe. Son super-pouvoir est super-handicapant et fait de lui un homme comme un autre, malmené par une vie sans confort, autre que celui des boîtes dans lesquelles il essaie d’emprisonner ses souvenirs trop encombrants.

© Corbeyran/Winoc/Bouet chez Grand Angle

Résumé de l’éditeur: Il n’oublie jamais rien. Jamais. Nick possède une mémoire absolue. Tout ce qu’il entend, tout ce qu’il voit, tout ce qu’il lit, il l’enregistre. Cela ressemble à un super pouvoir, mais c’est un truc à vous rendre dingue. Heureusement, Julia, sa psy, lui a montré comment oublier. Mais quand Nick est enlevé, il n’a d’autres choix que de faire remonter ses souvenirs enfouis. Car ses kidnappeurs veulent tout savoir des recherches de son père, un scientifique brillant, disparu dans un accident quand Nick avait 5 ans.

© Corbeyran/Winoc/Bouet chez Grand Angle

Nick se souvient de tout, il mémorise chiffre, lettre et instant en une fraction de seconde, sans nul effort, sans aucun souvenir. Sans éprouver ni facilité ni difficulté. C’est comme ça, comme un poison empêchant Nick de vivre la vie dont il aurait pu rêver. Au lieu de ça, il doit se contenter d’une vie d’errance, compilant les jobs d’un jour dont il se lasse vite quand on n’essaie pas de rentabiliser son extraordinaire capacité qui fait le boulot de plusieurs employés en un temps record. Extraordinaire pour tous, sauf pour Nick qui, comme si ça ne suffisait pas, se retrouve traquer par les hommes de main au service d’on ne sait quel méchant. Une sordide affaire peut-être pas sans lien avec la disparition tragique de ses parents dans un accident dont Nick est le seul rescapé.

© Corbeyran/Winoc/Bouet chez Grand Angle

D’une excellente et inédite idée, encore plus aux mains d’un pauvre bougre, Éric Corbeyran se perd dans les méandres de l’esprit en péchant par too much et éléments poussifs. Si le dessin de Winoch fait le boulot malgré quelques scènes semblant expédiées et une couleur qui le dessert, le cours de cette histoire, entre passé, souvenirs et présent, déçoit de par les attentes qu’elle suscite pour ne jamais les rencontrer et verser dans un final convenu, cliché et manquant indéniablement de courage. Mais notre héros n’est pas Denzel ou Bruce tout puissant, on l’avait dit.

© Corbeyran/Winoc

Titre : De mémoire

Récit complet

Scénario  : Éric Corbeyran

Dessin : Winoc

Couleurs : Sébastien Bouet

Genre: Thriller psychologique

Éditeur: Grand Angle

Nbre de pages: 72

Prix: 14,90€

Date de sortie: le 05/06/2019

Extraits : 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.