1000 degrés dans la fosse ardente pour un dernier jour au pays de Bob Marley et Jeannine !

Toute bonne aventure a une fin… Aujourd’hui, après trois jours riches en émotions, en découvertes et bien sûr en musique, la foule s’avance fatiguée pour les dernières heures des festivités. Entre annulation de dernières minutes et ciel couvert, l’affiche reste tout de même alléchante et nous sommes toujours présents pour vivre comme il se doit la fin de cette édition 2019 des Ardentes.

L’air est frais, je m’en vais me réchauffer dans la foule en attente du concert de l’homme masqué. Toujours dans la vibe de la nouvelle génération de rap, sur la scène de la Rambla, Kekra a réussi en quelques minutes à recharger les batteries de son public malgré les quelques problèmes de micro. Les bras sont levés, les corps bougent sur le beat, quelques pogos se forment à gauche à droite. Dans son album Vréalité, il mélange le franglais et nous parle de maille… 

IMG_9310.jpg

Au Parc, les gens se reposent. Mais cela ne va pas durer, après quelques minutes de retards, un des interprètes de All I do Is Win, Rick Ross débarque. Un des maîtres du bling bling américain et des featurings de haut niveau, avec sa voix grave et sa grosse chaîne en or, il plante une ambiance en feu. Le côté mou de ce dimanche s’efface, le public est déchaîné. Quand il dit Rick, on doit dire Ross. Il nous chante ses plus vieux hits comme Hold Me Back et Hustlin’, mais aussi ses tout nouveaux : BIG TYME et Act a Fool. Un surplus d’énergie fort agréable, mais j’ai besoin d’un break, car la fatigue est présente.

IMG_9406.jpg

Je retourne donc à la Rambla pour voir la cinquième artiste féminine de ma liste : Claire Laffut. Un peu de repos pour mes oreilles qui entendent des cris depuis trois jours. La jeune chanteuse Namuroise nous offre un concert pétillant, plein de fraîcheur et à l’acoustique estivale. Elle nous interprète Nudes (sa chanson en duo avec Yseult), La fessée, ou encore Mojo. On roule des épaules, on chante, on se dandine. Elle joue avec ses musiciens, avec le public, danse. Claire dégage quelque chose de simple et naturel, comme si la scène n’avait aucun secret pour elle. D’autant plus que sa musique fait du bien, déjà conquise auparavant, je le suis d’autant plus après l’avoir découverte en live.

IMG_9538.jpg

Changement de dernière minute… Après l’annulation de Lil Uzi Vert, c’est au tour de son remplaçant Off Set de ne pas venir. Koba Lad remonte dans la soirée, et le Rappeur Conscient arrive aux Ardentes. On l’appelle V.A.L.D, il est connu pour son personnage déjanté, drôle, mais hyper talentueux. Je crois n’avoir jamais autant rigolé à un concert. Vald arrive 10 minutes avant sur scène, l’air de rien, il traverse et fait comme si le public n’était pas là. Ensuite, des coulisses il laisse son micro allumé, quelques réflexions s’échappent. Quand il arrive désinvolte, mais cette fois-ci pour de bon, la foule devient folle. Je ne sais même plus dire ses commentaires, mais même son DJ Aociz se marrait derrière son ordi. Cependant il y a un temps à tout, outre l’humour, sa prestation n’en reste pas moins excellente ! Il nous a dit Bonjour, a créé l’Élévation du public et on ne peut pas lui Désaccordé le fait d’être un pro pour mettre l’ambiance. D’ailleurs, devrions-nous calculer la réussite d’un concert au nombre de malaises et de pogos ? Plusieurs seraient dans les favoris pour gagner la coupe.

IMG_9667.jpg

Il est temps de courir à l’autre bout du site pour voir Dadju. Avec sa plus belle paire de baskets, le frère de Gims vient nous chanter ses plus grands hits. Il parle du Congo qui joue aujourd’hui lors de la CAN (malheureusement éliminée au seuil des quarts de final). Une personne du public lui temps d’ailleurs un drapeau qu’il arbore fièrement. Du RnB avec beaucoup de flow, la foule chante avec lui l’envie de partir au pays de Bob Marley, a repris Bella Ciao et bien sûr nous a expliqué a quel point il est Jaloux.

IMG_9675.jpg 

L’envie de partir au Québec me prend, vol direct pour Montréal… Je ne connais pas du tout l’artiste, mais allons à la rencontre de Loud, rappeur à la plume efficace et groovy. L’utilisation de l’anglais, du français et de quelques expressions québécoises donne des textes surprenants, mais j’apprécie beaucoup. Son public aussi d’ailleurs, lui connait la majorité des chansons par cœur. Son arrêt aux Ardentes aura bien été rentabilisé vu le nombre de personnes qui sont venues le soutenir !

IMG_9914.jpg

Le soir commence à tomber… Plus le concert de Lomepal approche, plus mon ventre se serre. Quelques heures plus tôt, à l’écoute de Jeannine pour au moins la millième fois en me préparant, les émotions m’ont prises aux tripes. Si en streaming il arrive à faire remonter tout ça, ce qu’en live ça donnera. Sera-t-il encore plus bouleversant ? Bien sûr, il l’a fait. Le public frissonne, de la première à la dernière chanson. Antoine n’aurait même pas eu besoin de chanter. Nous connaissons tout. Une osmose, un partage, un moment beau et magique autour de ce personnage si authentique. Il avait l’air ému de remplir le Parc entièrement seulement deux ans après où la foule était moitié moindre. Il l’a répété, plusieurs fois. Si humble et reconnaissant, comme s’il ne se rendait pas compte de l’ampleur de son talent. Flip était déjà un très bon album, mais Jeannine est pour moi un livre chanté de sa vie. Encore une fois authentique, sans filtre. Au moment de Beau la Folie, Yeux Disent, Plus de Larmes ou encore Trop beau, les yeux se mouillent de toute part. Il finira de la manière la plus forte, une apothéose avec 1000°C : des pogos, des cris, ses amis avec lui sur scène.

IMG_0083.jpg

La foule chauffée par ce final attend impatiemment Koba LaD, parce que c’est trop beau la vie d’artiste. Un personnage haut en couleur reconnu pour sa voix et son flow hors du commun, parodié d’ailleurs par Mister V qui avait créé le buzz. À seulement 19 ans, il a réussi à mettre le feu dans un Parc comble. Encore une fois, des immenses pogos, des malaises et des cris. Son concert est directement suivi par celui de Niska. La transition se fait sur RR 9.1 leur duo. Je m’éclipse, beaucoup trop fatiguée après ces quatre jours.

IMG_0129

C’est ainsi que se clôture l’édition 2019 des Ardentes. C’était une première pour moi et ce ne sera certainement pas la dernière. Avec une affiche riche en artistes passionnants, le festival aura offert tant de rencontres inespérées que de redécouvertes d’artistes confirmés. Quelques petites fausses notes, mais éclipsées par la qualité de la programmation. Il ne reste plus qu’à remettre ses écouteurs pour réécouter tous ces artistes… À l’année prochaine !

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.