Quand l’art du ninjitsu croise le fer avec les dieux et les démons, cela donne Buchimaru Chaos

Il est toujours difficile de comprendre le lien qui unit la culture féodale japonaise aux art martiaux. Mais ce lien si ténu soit-il permet de développer une mythologie pleine de rebondissements et d’effusions d’hémoglobine. Dans Buchimaru Chaos, on n’échappe pas à la règle. Bienvenue dans l’univers le plus sombre des ninjas.

Résumé: La chasse aux dieux est ouverte! Il y a bien longtemps, les êtres humains vivaient en harmonie avec les forêts et vénéraient des divinités appelées « esprits gardiens ». Byakuya et Buchimaru sont deux ninjas qui, après avoir déserté leur clan, se lancent dans uns chasse aux dieux qui ébranle toute la province…Dès lors, les désirs et les aspirations des deux traîtres, des esprits gardiens et des ninjas s’entrechoquent!

Quand la traque commence, tout chasseur se sent fort, puissant et aguerri. Mais quand on affronte une divinité, qu’elle soit bonne ou mauvaise, personne n’est jamais prêt. Deux ninjas renégats s’attaquent à une tâche colossale: affronter et vaincre des dieux pour acquérir plus de pouvoir. Mais Buchimaru et Byakuya vont devoir faire preuve de férocité et d’abnégation pour y parvenir. Buchimaru, sous les ordres et sous le charme de son aînée, va devoir pactiser avec un démon pour rester en vie et poursuivre sa belle qui l’a lâchement abandonné. Va-t-il survivre? Va t-il retrouver sa dulcinée ? Où son pacte va t-il l’amener?

Tsutomu Ohno est le dessinateur et le scénariste. Il a crée aussi Tigers & Bunny.

Le graphisme est beau et cohérent. Les trames sont très variées et l’emploi du noir permet d’assombrir encore l’atmosphère pourtant déjà bien glauque (on est dans de la Dark Fantasy). Le Japon féodal est superbement mis en valeur, les immenses forêts, les décors montagneux, on sent la précision et la maîtrise du dessin. Les mouvements ainsi que les accélérations durant les bastons (et il y en a!) sont bien marqués, de quoi permettre une fluidité des actions impliquant davantage le lecteur dans les combats. C’est très plaisant. Il y a quand même quelques imperfections au niveau des visages.

Pour le scénario, en revanche, on s’ennuie vite, passant trop vite d’une situation à l’autre. En conséquence, on a du mal à s’attacher aux personnages. Buchimaru, sous certains aspects, semble grotesque. Sa dévotion sans borne, l’odeur enivrante de Byakuya plombent un peu son potentiel pour le combat et sa crédibilité. Pire, les personnages annexes n’ont aucune consistance et n’apportent rien à l’intrigue. Le seul protagoniste intéressant est Byakuya, dont on ne sait pas grand-chose, ni sur ses motivations. Son caractère dénué d’empathie et sa puissance font d’elle un redoutable ninja. Les dieux affrontés sont creux, sans que le lecteur ait l’impression qu’ils servent beaucoup à l’intrigue. Dommage car il y a du potentiel si on n’effleurait pas cette histoire où les choses vont trop vite et où le fond est peu exploité.

Bref, j’espère que la suite de l’histoire va pouvoir décoller et que nos héros vont développer un peu plus leurs caractères sans trop tomber dans les clichés. L’intrigue doit absolument se renforcer, les thèmes abordés sont assez riches que pour le permettre. Que ce soit sur la motivation de Byakuya, la mythologie japonaise ou encore sur la diversité des techniques de combats. Je vous avoue que je reste un peu sur ma faim. Les Editions Doki-Doki ont encore fait un beau travail sur le choix des couleurs et le dessin de la jaquette.

Titre: Buchimaru Chaos

Tome: 1

Scénario et dessin : Tsutomu Ohno

Traduction: Jean-Benoît Sylvestre

Genre: Seinen

Éditeur: Doki-Doki

Nbre de pages: 160

Prix: 7,50€

Date de sortie: 03 avril 2019

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.