À mi-chemin entre la créature de Mary Shelley et les univers de Tim Burton et Tolkien, Marry Grave nous plonge dans un univers fantastique haut en couleurs

Magie dans les bras, bandages autour de ses membres rafistolés, le corps couvert de cicatrices et portant sur son dos un cadavre dans un cercueil, voilà la parfaite panoplie d’un héros…quoiqueuh, peut-être pas. Suivons les aventures de Sawyer Riseman.

Résumé: Pour ressusciter sa Rosalie, il est prêt à tout affronter! Dans un monde envahi par des gobelins, orcs, slimes et autres créatures féroces, Sawyer Riseman erre à la recherche des nombreux composants d’un puissant rituel magique capable de ramener les morts à la vie! Son but: ressusciter sa femme Rosalie, qui ne le quitte jamais puisqu’il la porte sur le dos dans son cercueil! Mais, bien évidemment, sa quête ne sera pas de tout repos et cette recette na manquera pas de susciter des convoitises…

Se baladant dans un monde où les humains sont en infériorité et pourchassés par des hordes d’ogres, gobelins et d’autres créatures de l’Obscur, un jeune homme aux allures d’undertaker et répondant au nom de Sawyer recherche des pièces magiques. Une fois en possession de tous les artefacts et grâce aux incantations détenues dans un vieux grimoire, notre héros pourrait parvenir à ressusciter sa belle. Allant de rencontres en rencontres ou d’affrontements en affrontements, ce charmant olibrius (car on rit beaucoup) nous raconte son aventure et celle de son épouse Rosalie. Va-t-il parvenir à la faire renaître? Et si oui à quel prix?

Hidenori Yamaji est le dessinateur et scénariste. Il est aussi le créateur de Atlandid.

Avec Marry Grave, nous sommes sur une super production, je ne parle pas du budget ou du nombres de collaborateurs y travaillant mais de la qualité artistique et du contenu de cette bande dessinée. L’esthétisme des personnages est bluffant. Les traits de caractère comme les traits de crayon sont justes et servent à merveille le scénario. Sous la chevelure de Sawyer, on remarque certains traits de la créature de Frankenstein (le corps rafistolé, les bandages et son corps agrémenté de nombreuses cicatrices), sans parler de ses mimiques qui apportent beaucoup de fraîcheur à l’histoire qui parfois est très noire. Les arrière-plans ne sont pas en reste non plus,  les décors intérieurs ou extérieurs (et ils sont nombreux et variés) sont richement détaillés. La fluidité et la précision dans les cases pendant les scènes d’actions rendent les combats encore plus palpitants. On se plait à suivre Sawyer dans ces aventures épiques et rocambolesques.

L’humour est dans la ligné de Beetlejuice ou d’un Sleepy Hollow. À la fois désopilant et étrange (j’aimerais me perdre dans cet univers). Par contre, pour la multitude de créatures, on est dans un roman de Tolkien. Rien ne manque, les orcs, les fées, les morts, les magiciens…bref une belle cohorte de l’Obscur.

Le scénario est juste parfait, ménageant un excellent timing entre l’action et les dialogues. Le thème de la résurrection maintes fois abordé est ici magnifié par le contexte. Je m’explique: grâce au sacrifice de sa bien aimée, Sawyer a pu retrouver la vie et est, maintenant, lui-même à la recherche de ce procédé. Il ne veut pas cette transmutation pour amasser de l’argent ou du pouvoir mais bien pour l’amour. Un amour sans condition pour revoir son âme soeur, quitte à perdre de nouveau la sienne. Quoi de plus noble et plus beau? Nous sommes sur les bases d’un shonen. Les codes sont bien respectés et mis en valeur, l’amour et l’humour, les antagonistes devenant amis ou ennemis et les héros à la volonté inébranlable. Sans parler du parcours initiatique de Sawyer qui va l’amener à se dépasser.

Je suis tombé sous le charme de cette bande dessinée tant pour son graphisme que pour son originalité. L’humour déjanté de Sawyer Riseman n’y est pas pour rien non plus. Cette série, prévue en 5 tomes, va me sembler bien courte. Les éditions Kana ont réalisé un beau travail sur la page de garde. La mise en valeur du héros grâce aux couleurs et le cadre drapé ouvrant vers l’au-delà est judicieuse. La qualité d’impression est à la hauteur du manga.

Titre: Marry Grave

Tome: 1

Scénario et dessin : Hidenori Yamaji

Traduction: Julien Delespaul

Genre: Shonen

Éditeur: Kana

Nbre de pages: 208

Prix: 5,45€

Date de sortie: 15 mars 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.