Ainsi marchait Zad’rathoustra

C’ est todi li ptit k’ on spotche, comme on dit chez nous et comme je vous l’ai déjà appuyé par ailleurs sur ce blog. Mais quand les petits s’allient, le collectif peut faire bouger les choses. La Zad, c’est plus grand que nous est un roman graphique de Simon Rochepeau et Thomas Azuelos, une oeuvre qui raconte la réalité sans avoir peur de se frotter à la fiction, pour mieux incarner et nourrir, se projeter dans une horde de personnages dépassé par les événements. Ceux de Notre-Dame des Landes.

© Rochepeau/Azuelos chez Futuropolis

Résumé de l’éditeur: En 2000, l’ancien projet d’aéroport du Grand Ouest est réactivé dans le bocage de Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes. En 2009, après tous les recours juridiques imaginables, des habitants envisagent de s’opposer physiquement au démarrage des travaux et lancent l’appel des « habitant-e-s qui résistent ». Des centaines de jeunes gens de la France entière, issus des luttes politiques écologiques, antiautoritaires ou à la recherche de modes de vie alternatifs, commencent à venir s’installer sur la zone promise aux grands travaux. Le 16 octobre 2012, le gouvernement Ayrault lance « l’opération César » qui a pour but d’évacuer, par la force, Notre-Dame-des-Landes et d’en chasser les occupants qui s’opposent au projet de construction de l’aéroport. Le 17 janvier 2018, le projet est officiellement abandonné. Entre ces deux dates, les zadistes résistent, s’organisent collectivement, cultivent, avec l’aide des paysans restés sur place, des terres dans le bocage, rêvent d’une autre façon de vivre : « Nous sommes une armée de rêveurs (rêveuses) et pour cette raison nous sommes invincibles. »

© Rochepeau/Azuelos chez Futuropolis
© Rochepeau/Azuelos chez Futuropolis

Ce n’est pas tout de se retrouver tous ensemble à jouer les Astérix face à l’envahisseur impitoyable et violent (on se dit que les policiers qui tabassent du Gilet Jaune – aussi vrai que certains GJ casse du « poulet » – ont eu un bon entraînement en Zad), encore faut-il trouver un leitmotiv commun. Et c’est loin d’être gagné.

© Rochepeau/Azuelos chez Futuropolis

Dans cette zone à défendre où il y a tellement mieux à faire que de construire une piste pour propulser des oiseaux de fer, la foule est hirsute, souvent jeune (les vieux étant généralement les paysans du coin), leaders ou en manque d’idéaux, tentant de trouver un but dans leur vie ou simplement de s’opposer à l’autorité. Des utopistes, des progressistes ou des extrémistes. Des doux et des durs. Et pourtant un collectif.

© Rochepeau/Azuelos chez Futuropolis

Avec ses planches habillées de grisaille pour mieux faire surgir les couleurs au moment opportun, son aspect mystique, cette BD est immersive et étonnante, documentaire et manifeste. Avec une manière légère d’amener les indications sur la diversité naturelle et la faune de cette zone menacée. Et des scènes d’affrontement remarquables. Engagé et engageant.

Recherche de couverture © Rochepeau/Azuelos
Recherche de couverture © Rochepeau/Azuelos

Titre : La Zad, c’est plus grand que nous

Récit complet

Scénario : Simon Rochepeau

Dessin et couleurs: Thomas Azuelos

Genre : Docu-fiction, Drame, Société

Éditeur : Futuropolis

Nbre de pages : 208

Prix : 25€

Date de sortie : le 06/02/2019

Extraits : 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.