L’Eden est bien pâle à l’ombre de l’arbre de Tenrô

En suivant les aventures de Shiki, nous traversons les quatre saisons. Espérons que les températures hivernales ne descendent pas en-dessous du zéro absolu.

Résumé de l’éditeur: Rebecca, jeune B-Cubeuse en quête de millions de vues sur sa chaîne, et Happy, son chat bleu, débarquent sur l’île de Granbell, réputée pour son gigantesque parc d’attractions géré uniquement par des robots! Ils rencontrent toutefois un humain, le seul de l’île: Shiki, un jeune garçon un brin sauvage qui rêve d’autres horizons. C’est alors que les employés mécaniques se montrent menaçants à l’égard des humains…Voici le début d’une aventure extraordinaire où un destin hors du commun décidera du sort de l’Univers!

La jeune et jolie Lucy… heu… Rebecca et son chat Happy (tiens tiens déjà entendu ce nom-là) arrivent dans un parc d’attractions aux dimensions planétaire. Cette planète est gérée et administré uniquement par des robots. Le but de Lucy… heu encore ce lapsus… de Rebecca est de faire le plus de vues possibles pour ses vidéos (façon Youtube). Elle fait alors la rencontre du seul humain de l’île qui, lui, n’a jamais vu d’humain (heu heu). Bref, l’aventure se corse quand ils sont poursuivis par les animateurs mécaniques du parc.

Le dessinateur et scénariste n’est autres que Hiro Mashima, le créateur de Rave mais aussi de Fairy Tail.

Graphiquement sur ce shonen, il n’y pas grand chose à redire. Les dessins sont soignés et constants sur l’ensemble du manga. Les traits fins donnent une bonne fluidité aux mouvements durant les combats. Les décors et les vêtements sont richement détaillés. Sans oublier la touche sexy des personnages féminins. C’est du beau travail et on ne peut pas être déçu par ce dessinateur de génie.

En ce qui concerne le scénario et le choix des personnages, j’ai eu du mal. Vous l’avez compris avec les « lapsus » sur Lucy: il y a trop de similitude avec la série précédente de l’auteur. Je suis un grand fan de Fairy Tail et là… c’est trop. Rebecca/Lucy, Happy/Happy, Shiki/Natsu, Erza/Erzy, c’est trop !  Happy transformé en robot chat double flingues, Erza/Erzy en Albator féminin, comment ne pas soulever un gros manque d’originalité. Si ce sont des clins d’oeil, ils sont trop nombreux, trop appuyés et nuisent à la crédibilité du manga. Je ne parviens pas à trouver mes marques. Les traits de caractères sont identiques à mes héros fétiches sans parler de leur look vestimentaire. Pourquoi reprendre tous les codes de son manga phare pour en faire une pâle copie. Le scénario est un peu bancal et manque de fond. Les effets humoristiques sont bons mais pas très relevés, les combats sont assez vite réglés, on en voudrait un peu plus.

 

Bref, je suis déçu de ce manga et de ce maître du manga qu’est Hiro Mashima. Je le dis et je le répète, je suis un fan de Fairy Tail et je m’attendais à autre chose. Il n’y a aucune prise de risque, ni dans le scénario ni dans le choix des personnages.  Je ne sais pas si c’est par « fainéantise » ou pour rester sur les bases de sa réussite mais ce titre manque d’âme et d’originalité, beaucoup trop proche de sa dernière oeuvre. On a l’impression d’avoir un bis repetita de Fairy Tail façon galactique. Il est peut-être préférable de ne pas connaître Natsu et sa bande pour aimer et profiter pleinement de ce titre.

Les éditions Pika ont encore fait de beau travail sur l’impression qui est de grande qualité ainsi que sur la mise en couleur de la jaquette.

Je vais suivre ce manga malgré son manque de personnalité car je fais partie de la guilde d’Hiro Mashima.

Titre: Edens Zero

Tome: 1

Scénario et dessin : Hiro Mashima

Traduction: Thibaud Desbief

Genre: Shonen

Éditeur: Pika

Nbre de pages: 192

Prix: 6,95€

Date de sortie: 10 octobre 2018

Un commentaire

  1. Bonjour,
    je suis d’accord avec l’analyse du contenu, mais pas du tout au niveau de son impact sur les lecteurs.
    Je suis peut être « à part », mais moi j’ai beaucoup ces similitudes avec ces personnages avec lesquelles j’ai passé pas mal d’année à rire, pleurer et bondir de joie et de rage (quand les embrassades n’arrivent pas!!!) .
    Laissons une chance au scénario car même c’est quand même ça aussi qui fait une œuvre.

    Design : +++
    Ecriture: +++
    Originalité: +

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.