J’serai content quand tu seras mort vieille c…harogne

Rien ne se passe jamais comme prévu! Notamment quand il fait beau, trop chaud pour la saison et qu’on s’engouffre dans un album dont on va sortir rincé, trempé jusqu’à l’os… tellement il pleut dans Charogne, la BD de Benoit Vidal et Borris, récent lauréat du Prix Polar BD au festival de Cognac.

Études de Borris

Résumé de l’éditeur : Dans ce petit village des Pyrénées, le curé ne viendra plus célébrer l’office, tant que l’église ne sera pas réparée. Monter jusqu’à mi-pente pour les grands événements, il veut bien, mais pas plus loin ! Malheureusement, Joseph, le maire, homme bienfaiteur et aimé de tous, meurt brutalement. Il va falloir descendre le cercueil à dos d’hommes pour une dernière bénédiction en suivant un chemin de montagne escarpé. Et ça ne sera pas une partie de plaisir car, en plus du poids du mort, le cortège funèbre trimbale son lot de rancœurs familiales et de lourds secrets. Pour finir, les éléments s’en mêlent et la tension déjà palpable devient électrique lorsque l’orage survient. Le dernier voyage de Joseph pourrait bien être aussi le leur…

Benoit Vidal/Borris chez Glénat

Une histoire dingue dans laquelle le lecteur se dira qu’on est bien peu de chose quand on n’a pas la chance. Encore plus quand on habite ce coin reculé et échancré de l’Aude pyrénéenne, séparé du monde quand les torrents du ciel viennent à tomber.

© Benoit Vidal/Borris chez Glénat

Toujours plus quand on est petit maire de ce petit village, la petite main sur le petit coeur pour tenter de tirer le petit peuple des grandes famine et pauvreté. Un petit maire qui meurt dans les champs pour avoir voulu donner le coup de main en de trop.

Rough © Benoit Vidal/Borris

Il n’aura pas vu l’église de son village restaurée, encore moins vu monter le curé pour le bénir et l’enterrer. Il ne se déplacera pas tant que les villageois n’auront pas rafistolé leur relation avec Dieu.

Recherches © Borris
Recherches © Borris

Le dernier voyage de Joseph, le sauveur de la dernière épidémie de choléra, aura tout d’une descente aux enfers, le cercueil porté à bout de bras par les plus téméraires du village ou pas. Pas forcément en bons termes. Et les masques vont tomber, l’hagiographie écorchée par les secrets découverts ne résistera pas à la montagne et à son tranchant.

© Vidal/Borris chez Glénat

Cet album, ce sont 150 pages pour un aller-retour (réalisée en 155 jours, au crayon suivi d’une colorisation sépia, sans encrage), pavé d’histoire et mouillé de drache. Avec les traits tirés, les limites humaines et mentales repoussées, les jurons bien de là-bas. Implacablement écrit, Charogne est encore mieux dessiné par Borris qui dépayse chaque case même là où on est déjà passé. Au couteau, au scalpel, burinant tout.

© Vidal/Borris
© Vidal/Borris

Sans redondance et poussant toujours plus les héros dans leurs retranchements. Et si tout va vite, comme un long sprint contre la mort ou pour survivre, la psychologie se développe elle aussi pour éclairer et assombrir cette histoire de fou. D’un autre temps.

© Vidal/Borris chez Glénat

Titre : Charogne

Récit complet

Scénario : Benoit Vidal et Borris

Dessin et couleurs : Borris

Genre : Drame

Éditeur : Glénat

Collection : Treize étrange

Nbre de pages : 160

Prix : 19€

Date de sortie : le 13/06/2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.