Tanguy s’en va tanguer : un retour et un plaisir en demi-teinte

Tanguy revient et c’est avec un réel plaisir que l’on retrouve les excellents Sabine Azéma et André Dussolier. Couple mythique du cinéma  à l’affiche du premier opus de Tanguy mais aussi dans Aimer boire et chanter, Les herbes folles, La chambre des officiers… 11 films en commun, ça crée des liens entre les acteurs et ça se voit au cinéma. Leur complicité, leurs talents respectifs, leur manière de rebondir sur la réplique de l’autre… Bref, ils sont excellents. Le public rit de leur situation en espérant secrètement ne pas s’y retrouver à son tour. Pour la seconde fois, ils sont les parents désabusés d’un fils qui ne fait vraiment pas comme les autres.

Les amis du couple sont aussi très bons dans leurs rôles respectifs. Olivier Claverie dans le rôle d’Axel ou encore Frédérique Tirmont en retraitée à la dent dure. Ils sont parfaits. Drôles, espiègles, justes dans leurs expressions. On rit, on sourit, on les aime.

Eric Berger (le rôle de Tanguy) qu’on se réjouissait de retrouver est moins convainquant. Il faut avouer que les quelques apparitions de cet acteur dans d’autres films (Un homme à la hauteur, …) ou séries (Mongeville, Chefs, Candice Renoir …) n’arrivaient pas à faire oublier ce rôle si marquant de trentenaire qui vit toujours chez ses parents. Un désastre, j’imagine, pour un acteur mais pour un spectateur, c’était agréable d’avoir un acteur aussi juste dans son premier rôle… Quelle déception malheureusement que ses interventions dans le deuxième opus… On en croit pas à ses jérémiades de la première demi-heure, il est un peu plus crédible en quadragénaire qui retrouve une vie de séducteur et clairement pathétique dans la dernière partie du film, en père responsable. Bref, on n’y croit pas…

Dois-je aborder le sujet de Emilie Yili Kang (le rôle de Zhu, la filel de Tanguy) et de Weiting Cho (le rôle de Mei Lin, l’épouse de Tanguy)? Mauvais jeu, mauvaise intonation, des blancs, des temps morts,d es rires qui n’ont pas d’intérêt, … Aucun regard, c’est plat, c’est épouvantable. On se demande comment le réalisateur Etienne Chatiliez a accepté de monter ces scènes. C’est dommage parce que le duo Dussolier – Azéma est tonitruant mais tellement mal accompagné.

Finalement, Tanguy aurait mieux fait de rester en Chine et nous aurions pu découvrir les histoires des retraités et de leurs amis. Eux au moins, ils sont drôles, ils sont peps, ils sont bons ! Un petit conseil, n’attendez pas un miracle mais faites vous votre propre avis en allant voir le film. Parce que ce n’est qu’un avis après tout…  Et puis revenez sur la page Branché Culture pour nous faire part de votre opinion !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.