CONCOURS| Ordinaire, éternellement jeune et dont on ne guérit jamais : le Charlebois dont on se chauffe fête ses cinquante ans de chansons à Bruxelles et Liège

Y’en a qui ont perdu leur accent pour faire carrière, ont vendu leur vocabulaire pour le polisser… Il n’en est rien pour Robert Charlebois qui réaffirme toute son âme de poète brut de décoffrage et au vocabulaire fleuri (et en québécois dans le texte) dans un nouvel album (neuf ans après le précédent, tout de même) qu’on a écouté, tout écarquillé ! Ça s’appelle Et voilà mais ça ne met pas de point final, car tel Lindbergh, Charlebois aime à traverser l’Atlantique et à venir nous rendre visite.

En Belgique, ce sera le 28 mars au Cirque Royal de Bruxelles et le 29 mars au Forum de Liège, avec le spectacle 50 ans, 50 chansons: un répertoire XXL. Raison pour laquelle, avec notre chouette partenaire Enjoy your show, nous vous avons mis de côté 3X2 pour la date belge que vous souhaitez. Comment les gagner ? C’est simple :Raison pour laquelle, avec notre chouette partenaire Enjoy your show, nous vous avons mis de côté 3X2 pour la date belge que vous souhaitez. Comment les gagner ? C’est simple :

  1. Likez les pages Facebook de Enjoy your show et Branchés Culture
  2. Likez et partagez cet article en mode public
  3. Taguez en commentaire la personne avec qui vous voudriez assister à ce concert
  4. Envoyez-nous un petit mail (branchesculture1@gmail.com) et répondez à cette question : Dernièrement, en compagnie de Renaud et David McNeil, Robert Charlebois reprenait une chanson québécoise emblématique. Laquelle ? N’oubliez pas d’y joindre vos coordonnées et la date (le 28 ou le 29, donc) pour laquelle vous jouez ?

Fin du concours le 27 mars à midi. Bonne chance à tous !

Infos et réservations : www.enjoyyourshow.net/agenda

Mais puisqu’il revient avec un nouvel album, parlons-en un peu. Nul doute qu’il mettra l’une ou l’autre chanson en avant au cours de son tour de chant. Dès le premier morceau, la voix est bien présente, l’esprit est intact, et même si ce géant répète à l’envi qu' »on va manquer notre coup », ça ne sera pas le cas, que du contraire. Appliqué et toujours avec cette capacité à investir de vie, d’humour, d’éternelle jeunesse autant que d’expérience depuis 50 ans, Robert Charlebois tisse une nouvelle belle histoire remuant le passé sans trop de peine et lançant un regard psychédélique vers l’avant (une pochette comme l’artiste en a le secret), se sentant parfois dernier des Mohicans (en témoigne un hommage énergique et souriant à Johnny), pensant à l’après (le bouleversant et formidable titre éponyme de l’album) mais n’abdiquant pas.

« C’est entouré de deux jeunes New-Yorkais issus de la scène hip-hop, le multi-instrumentiste Jesse Signer et le claviériste Chris Soper, que Robert Charlebois a enregistré Et Voilà aux studios Boiler Room à Brooklyn. Ce remarquable brassage des générations et des bagages musicaux s’est avéré prolifique et il en résulte une heureuse fusion des influences sur chacune des chansons du disque. » explique un peu plus le communiqué.

Parce que ce septuagénaire éternel adolescent a encore plein de choses à raconter, cet homme à la tignasse reconnaissable entre mille. Son album alterne morceaux rock comme à la belle époque et moments plus calmes. En réalité, c’est un album taillé pour la scène dans la musique et dont les mots s’écoutent et se pèsent aussi dans l’intimité. Charlebois s’amuse comme un fou mais va aussi en profondeur dans cette collection anniversaire (il fête ses cinquante ans de tournées… sur le vieux continent) de titres qu’il a majoritairement écrits. Ou réécrit, comme la chanson finale, un majestueux Can’t Help falling in love « charlebois-sisé ».

On ne peut mieux dire et pour reprendre un titre désormais incontournable de l’oeuvre de cette sorte de cousin québécois de Schmoll : Charlebois, on n’en guérit jamais.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.